Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Norwich-Manchester United

Anthony Martial, l’heure de pointe

Auteur de son premier triplé en carrière mercredi soir face à Sheffield (3-0), Anthony Martial réalise actuellement sa meilleure saison sur le plan offensif depuis qu’il a débarqué à Manchester United. Une réussite qui s’explique par un positionnement désormais affirmé à la pointe de l’attaque d’Ole Gunnar Solskjær. À 24 ans, l’attaquant français semble enfin parti pour exploiter tout son potentiel. Et Dieu sait qu’il en a.

Modififié
À en croire son brillant sourire au sortir de la rencontre face à Sheffield United mercredi soir (3-0), on a vite compris qu’Anthony Martial venait de s’éclater. En s’offrant le droit de repartir avec le ballon du match, l’attaquant français a non seulement inscrit son premier triplé en carrière, mais il est également devenu le premier joueur de Manchester United à réaliser une telle performance depuis Robin van Persie en 2013. La preuve supplémentaire que l’ancien Monégasque est clairement en train de franchir un nouveau cap cette saison. Il avait pourtant démarré sa campagne 2019-2020 en mode diesel, avec seulement trois petits buts inscrits en championnat jusqu’à début décembre. Mais un derby gagné à Manchester City trois semaines avant Noël (1-2) a permis de lancer une machine qui ne s’est plus arrêtée depuis, et qui culmine aujourd’hui à 14 buts en Premier League (19 toutes compétitions confondues). C’est simple : jamais Martial n’avait atteint un tel total chez les professionnels.

Un poste de numéro 9 qui lui convient à merveille


« Chez les jeunes, Anthony a toujours joué en pointe. Il est technique, puissant, adroit devant le but... À ce poste-là, il était déjà très au-dessus des autres. » Anthony Briançon, coéquipier à Lyon
Bridé depuis plusieurs saisons sur un côté, l’attaquant tricolore retrouve cette année enfin le poste qui est le sien, sur le front de l’attaque. Et force est de constater que c’est bien là qu’Anthony Martial est le meilleur. C’est en effet dans cette position que le Français avait pu exploser à Monaco il y a cinq ans et c’est ici encore qu’il évoluait parfois lors de sa première saison (2015-2016) – la plus réussie – chez les Red Devils, sous les ordres de Louis van Gaal. « Chez les jeunes, Anthony a toujours joué en pointe. Pour moi, c’est ici qu’il est le plus performant, souligne le Nîmois Anthony Briançon, qui l’a côtoyé au centre de formation de l’Olympique lyonnais. Il est technique, puissant, adroit devant le but... À ce poste-là, il était déjà très au-dessus des autres. »

Dans l’esprit d’Ole Gunnar Solskjær, tout est très clair : Martial est LE numéro neuf des Red Devils. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si, il y a un peu plus d’un an, le coach norvégien reprochait à son attaquant de ne pas inscrire plus de « buts moches » . Un son de cloche qui n’a pas changé. Face à Sheffield, les deux premiers buts de Martial ont été marqués en vrai renard des surfaces, tandis que le troisième est à la conclusion d’une superbe action collective, ponctuée par un une-deux d’école entre Rashford et le Français. « Le troisième but était joli, s’est pourtant contenté de dire Solskjær aux médias après le match. Mais pour moi, le premier et le deuxième étaient meilleurs. Il est dans la surface, prêt à passer à l'action. Nous avons travaillé là-dessus et il a fait preuve de sang-froid. » Un vrai neuf. Et le Norvégien en sait quelque chose.

La perte de confiance sous Mourinho


Cette réussite, aujourd’hui évidente, en ferait presque oublier les heures plus sombres qu’a connues l’attaquant outre-Manche. Il faut dire qu’il n’a pas été vraiment aidé par José Mourinho. Sur le banc mancunien pendant deux saisons et demie, le Portugais a d’abord privilégié Zlatan Ibrahimović, puis Romelu Lukaku à la pointe de l’attaque mancunienne, cantonnant le Français à un poste sur l’aile, voire même souvent au banc de touche. Pire, l’actuel coach de Tottenham n’a cessé de multiplier les déclarations fracassantes envers l’international tricolore. À tel point que sa crise de confiance traversée sous les ordres du Special One aurait pu (dû ?) le faire quitter Manchester. À l’été 2018, son agent Philippe Lamboley assurait en effet que le départ de son protégé était imminent. Un concours de circonstances l’obligera finalement à rester dans le nord de l’Angleterre. Et comme toujours, Martial a continué de bosser. Sans broncher. Sans faire part de ses états d’âmes, non plus. « C’est vraiment quelqu’un de très discret et réservé, se souvient Briançon. D’ailleurs, quand il est sorti face à Sheffield, il a été filmé sur le grand écran du stade lorsqu'il était sur le banc et il était super gêné. Ça le représente bien. »



Avec sept saisons pleines accomplies chez les professionnels et déjà près de 300 matchs joués en carrière, on en oublierait presque qu’à seulement 24 ans, l’ancien buteur monégasque possède encore « une grosse marge de progression » , selon Briançon. Et ses 210 rencontres accumulées sous le maillot des Red Devils doivent l’aider à exploiter pleinement celle-ci. Pour retrouver l’équipe de France de manière plus régulière ? Appelé lors du dernier rassemblement en mars – finalement annulé par la pandémie de coronavirus –, Martial avait toutes ses chances de figurer dans la liste pour le prochain Euro. Mais le report de la compétition pourrait finalement profiter au natif de Massy, qui prouverait enfin à Didier Deschamps sa capacité à faire preuve d’une régularité qui lui a tant manqué durant son début de carrière. Présent à l’Euro 2016, mais absent lors du mondial 2018, celui qui compte aujourd’hui 18 sélections (un but) a conscience qu’une place à la pointe de l’attaque des Bleus devrait se libérer à court ou moyen terme. Il ne tient qu’à lui de la prendre.

Par Félix Barbé Propos d'AB recueillis par FB.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Hier à 18:08 Les finales de Coupe de France et de la Ligue se joueront devant 5000 personnes 9 Hier à 17:52 Le calendrier de la prochaine saison de Ligue 2 dévoilé 3
Hier à 17:34 Un joueur amateur italien viré pour injures racistes et misogynes 63
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom
Hier à 12:32 La Ligue des champions asiatique va reprendre 1 Hier à 11:50 Quatre nouveaux cas de Covid-19 détectés à Nashville 1