Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 18 Résultats Classements Options

Anin : « J'ai tout ce qu'il faut, je ne marche pas, c'est tout »

Modififié
Le 3 juin 2013, la vie de Kévin Anin bascule. Ce soir-là, le joueur de l'OGC Nice est victime d'un violent accident sur l'autoroute A28, en Seine-Maritime.

Natif du Havre, l'homme de 29 ans a perdu l'usage de ses jambes suite à ce drame. «  Il y a de nouvelles sensations que je ne connais pas, mais je ne souffre pas. Ou alors je vis avec. C'est bien, cela veut dire que mon corps n'est pas mort. (...) Ce n'est pas de la souffrance, c'est de la gêne » , pose Kévin Anin dans un entretien à L'Équipe.

« Tu crois avoir tout vécu, le plus dur. Les croisés, par exemple, je pensais que c'était la blessure la plus grave pour un footballeur. Puis avec ma paralysie, je pensais avoir tout eu, alors que non, poursuit celui qui est passé par le HAC et Sochaux. J'ai compris que j'ai eu de la chance, car j'ai encore mes bras. Avant de voir ce que tu n'as pas, regarde ce que tu as. J'ai appris ça. »

Avant son accident, Kévin Anin songeait à arrêter sa carrière, en proie à la dépression et dégoûté par « un monde de putes » . Aujourd'hui, il se sent mieux : « J'ai tout ce qu'il faut, je ne marche pas, c'est tout. C'est bizarre, mais par rapport à avant, je respire. Si j'avais aujourd'hui mes jambes, si je jouais encore au foot, peut-être serais-je devenu fou ! »


Sacré destin. FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 14:20 Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 151
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
jeudi 16 août Gervinho vers Parme 18 jeudi 16 août Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti jeudi 16 août Une ville anglaise ne veut plus des supporters 4 jeudi 16 août Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 30 jeudi 16 août Un match de Liga prochainement joué aux States 65