Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Demies
  3. // Angleterre-États-Unis

Le moment de rugir

Comme la France, l’Angleterre fait partie de ces équipes souvent placées, mais jamais gagnantes. Comme la France, l’Angleterre doit passer par l’épreuve des États-Unis si elle veut remporter sa première couronne mondiale. Mais contrairement à la France, l’Angleterre aborde sa demi-finale sans complexe. Parce que les Three Lionesses sont prêtes. Et qu’elles n’ont aucune raison d’avoir peur.


Évidemment, cette demi-finale ne pouvait pas se préparer sans une anicroche. Et celle-ci s’est présentée sous la forme d’une affaire d’espionnage dont le ridicule aurait bien fait rigoler les auteurs des plus grands romans se déroulant sur fond de guerre froide. Alors que les Anglaises étaient parties s’entraîner, des émissaires de la sélection américaine se sont rendus dans leur hôtel. Officiellement pour observer les installations qui accueilleront les joueuses de Jill Ellis en cas de qualification pour la finale. Un geste pas forcément du goût de Phil Neville : « J’espère qu’ils ont apprécié l’hôtel ! Je ne voudrais pas que des membres de mon staff fassent cela en tout cas. De toute façon, jamais une sélection anglaise ne ferait une chose pareille. »


Réponse de son homologue Jill Ellis : « Je crois que tout le monde fait ça. C'est important pour mon équipe et mon administratrice. Cela n'a rien à voir avec de l'arrogance, c'est simplement de la préparation et de l'anticipation pour le staff. C'est tout à fait habituel. » Dans le combat entre l’étiquette et l’arrogance, la Team USA a choisi son camp. À l’occasion d’une balade dans Lyon, Alex Morgan et ses partenaires l’ont d’ailleurs rappelé à travers un vêtement au message pour le moins explicite.

Chacun son arme


En même temps, elles auraient tort de s’en priver. Cette arrogance, que d’aucuns préféreront qualifier de confiance en soi, les Américaines ont prouvé qu’elle était leur meilleure alliée pour enchaîner les victoires. Mais face à l’Angleterre, il faudra probablement donner un peu plus sur le terrain. En froid avec sa Fédération, l’ancienne gardienne internationale Hope Solo, chroniqueuse pour le quotidien britannique The Guardian, semble connaître le secret pour faire tomber les championnes du monde en titre. Et d’ailleurs, elle ne se prive pas de le révéler au pays à qui elle prête sa plume : « L’Angleterre peut battre les États-Unis. Et je déteste dire ça, mais mon conseil à Phil Neville serait d’attaquer immédiatement. La plupart des équipes veulent être divertissantes, faire tourner le ballon et jouer un jeu attrayant. Le problème, c’est que les États-Unis savent défendre contre les équipes qui jouent comme cela. La solution pour gagner, c’est de profiter des carences des États-Unis au niveau de leur vitesse en défense et le moyen d’y parvenir, c’est de jouer vite et directement. »


Cela tombe bien, la future Lyonnaise Nikita Parris, qui s’apprête donc à découvrir son nouveau terrain de jeu en avant-première, est parfaitement de cet avis : « On ne prendra pas de précaution face aux États-Unis. On doit jouer à notre manière, et notre manière n’est pas précautionneuse. Il s’agit de jeu offensif, de possession de balle et on doit s’en tenir à cela, car au bout du compte, c’est comme ça que l’on sera capable de gagner. »

« On y va pour tout flinguer »


Si l’Angleterre aborde cette demi-finale avec une telle confiance en elle, c’est parce les Three Lionesses, déjà présentes dans le dernier carré en 2015 (et éliminées 2-1 par le Japon) ont le vent en poupe. Après avoir également terminé demi-finalistes de l’Euro 2017, les Anglaises ont remporté la prestigieuse SheBelieves Cup au mois de mars. Depuis son arrivée à la tête de la sélection en janvier 2018, Phil Neville n’a d’ailleurs jamais caché ses ambitions. Sans surprise, elles sont grandes et la solidité de son groupe est complète, à l’arrière (quatre clean-sheets en cinq matchs, c’est déjà plus que les trois concédés lors de leurs dix-neuf dernières apparitions en Coupe du monde), comme à l’avant (avec cinq buts à son actif, Ellen White caracole provisoirement en tête du classement des buteuses, à égalité avec... Megan Rapinoe et Alex Morgan).



L’attaquante fan d’Anthony Modeste illustre d’ailleurs à merveille l’état d’esprit dans lequel se trouvent ses coéquipières : « Elles sont évidemment championnes du monde, elles sont numéros un mondiales. Pour nous, c’est le plus grand match, et nous devons faire tout ce que nous sommes capables de faire, que ce soit en matière de récupération, d’analyse, d’entraînement, de tout en somme. Et ensuite, on démarrera bien ce match qui nous excite, mais ne nous perturbe pas. On y va pour tout flinguer. » Phil Neville ne peut qu'approuver : « C’est pour ce genre de moment que je me suis préparé. C’est pour ce genre de moment que j’ai travaillé. »


Et en face ? Le poison Megan Rapinoe a salué la motivation de ses futures adversaires : « Chaque équipe qui s’est qualifiée pour la Coupe du monde devrait se sentir comme cela. Particulièrement l’une des plus grosses équipes de notre sport. Elles jouent bien et ont réussi en dominant. Elles devraient donc absolument se sentir en confiance. » Mais si elle marque à nouveau dans le premier quart d’heure, les statistiques seront alors en faveur d’une nouvelle victoire américaine. Aux Anglaises de mettre fin à cette série infernale. Elles ont toutes les cartes en main pour. Et surtout, leur destin.

Par Julien Duez, à Lyon Tous propos recueillis en conférence de presse
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 177 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39