Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Euro 2020
  2. // Demies
  3. // Angleterre-Allemagne

Ces Anglais que personne ne veut voir gagner

Opposée ce mercredi soir à des Danois qui ont conquis le cœur des Européens durant cet Euro, l'Angleterre est à 90 minutes (ou un peu plus si affinités) de sa première finale d’un tournoi majeur depuis 1966, et le sacre mondial de Bobby Moore et ses potes. Clairement avantagés par un dernier carré intégralement disputé à Wembley, les Three Lions, qui ont peiné à exciter le public dans le jeu malgré une génération brillante, ont une bonne tête d’équipe à abattre à tout prix.

Modififié


Les Anglais doivent être familiers avec la fable d’Ésope, L’Enfant qui criait au loup. Et tout particulièrement avec sa morale : « Les menteurs ne gagnent qu’une chose, c’est de n’être pas crus, même lorsqu'ils disent la vérité. » Dans la Perfide Albion, le mensonge n’implique pas de bête aux crocs acérés, mais une petite chanson, dont les quatre mots du refrain reviennent comme une inépuisable rengaine à chaque édition d’une compétition majeure : « Football’s coming home » , le football rentre à la maison pour ceux qui ont séché les cours d'anglais. Sorti en 1996 à l'occasion du trentenaire du sacre de la bande à Bobby Moore sur les terres du Royaume, le tube des Lightning Seeds est depuis devenu l’hymne d’une équipe de losers magnifiques : une Angleterre qui a empilé les légendes, les générations dorées, et qui n’a pourtant jamais, depuis 1966, ne serait-ce qu’atteint la finale d’une Coupe du monde ou d’un Euro. Opposés au Danemark en demi-finales de l’Euro 2020, dont le Final four se disputera intégralement dans ce même Wembley où Elizabeth II remit le trophée Jules-Rimet à Bobby Moore il y a 54 ans, les Anglais sont à deux matchs de faire de cet interminable mensonge une réalité. Même si plus grand monde n’a envie de les croire.


L'Ajax contre Tottenham


Cette obstination joyeuse à chantonner que le football appartient comme de droit divin au chef-lieu de la royauté britannique, terre natale du ballon-pied, fait peut-être partie des raisons d’un certain désamour envers cette pourtant très belle équipe anglaise. Dans cet Euro qui n’a jusqu’ici réservé quasiment que des surprises, rien ne serait plus barbant qu’un finish qui verrait tout simplement le football « rentrer à la maison » , même plus de cinquante ans après avoir quitté le domicile. En cela, l’opposition de ce mercredi soir est un affrontement entre deux mondes : celui où tout se passe comme prévu, et où les machines de guerre anglaises façonnées dans l’exigeante Premier League repartent avec un nouveau ticket pour Wembley ; et celui où l’aléa est maître du football, et où les Danois, leur jeu séduisant et leur effectif au-dessus des individualités font mentir tous les pronostics pour écrire l’une de ces belles histoires dont seul le sport détient le secret.

S’ils joueront à domicile et devant leur public exclusivement, mesures sanitaires obligent, les Anglais ont déjà perdu la bataille du sympathie-mètre dans ce dernier carré, face à une Italie au jeu séduisant, un Danemark solidaire et une Espagne – un peu – retrouvée après des années d’errance. Dès ce mercredi, ils affrontent des Scandinaves qui rappellent un peu l’Ajax de 2019 en Ligue des champions, demi-finaliste romantique aux dépens de quelques grosses cylindrées bien mieux huilées. Alors que les Anglais sont plutôt Tottenham : l’équipe rationnelle et pas trop séduisante, que personne ne voyait en finale avant le début du tournoi et qui a gravi les échelons avec autant d’efficacité que de discrétion. Et clairement, tout aussi impressionnant qu’avait été Tottenham, la majorité aurait préféré que l’Ajax aille en finale.

La meilleure attaque, c'est la défense


Pas loin d’être les favoris les plus décevants de la phase de groupes, qu’ils ont bouclée avec deux victoires 1 à 0 face à la Croatie et la Tchéquie, et un abominable 0-0 face à l’Écosse, les Anglais ne déméritent pourtant pas en ce début de success story. Les succès contre l'Allemagne (2-0) en huitièmes, puis l'Ukraine en quarts (4-0) ont été acquis avec la maîtrise d'un futur champion, entre solidité et efficacité. Résultat, les Three Lions n'ont toujours pas encaissé un seul but du tournoi, Jordan Pickford enchaînant les clean sheet comme les shots à une compétition de darts. « Nous avons tellement de talents offensifs, quand vous vous entraînez contre ces joueurs tous les jours... vous êtes prêt, justifiait lundi Kieran Trippier. Quand vous vous entraînez tous les jours contre Sancho, Rashford, Foden, Grealish, Calvert-Lewin, vous n’avez plus peur de rien. »


Surtout pas de la bande d’irréductibles Danois qui se dresse entre cette équipe d’Angleterre et un sixième et dernier match à Wembley. Ce même Wembley où les Rød-Hvide (Rouge et Blanc) étaient venus s’imposer 1-0 en octobre, lors d’un match de Ligue des nations. L’histoire sera différente, cette fois-ci, assurait Gareth Southgate : « Nous sommes mieux préparés pour cette demi-finale dans la mesure où nous avons déjà vécu ça. À Rome, tout le monde était assez calme par rapport à ce qui se passait, et nous savions que nous n'avions pas encore atteint ce que nous voulions, donc ce sont ces choses qui vous préparent à un grand match comme celui-ci. » Une posture qui rappelle les paroles d’un des couplets de cette fameuse chanson des Lightning Seeds : « Trente ans de douleur ne m’ont jamais empêché de rêver / Tant de blagues, de ricanements, mais toutes ces fois où ce n’est pas passé loin, ça vous épuise au fil des ans. » Gare quand même à la fracture de fatigue.

  • Analyse, paris à prendre & meilleurs bonus : Retrouvez notre pronostic Angleterre - Danemark sur la deuxième demi-finale de l'Euro !

    Luke Shaw must go on


    Par Alexandre Aflalo
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Partenaires
    Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE
    il y a 1 heure Le cousin d'Erling Haaland marque pour ses débuts pro 3
    Hier à 13:40 Joey Barton jugé lundi pour une accusation d'agression d'une femme 42