Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Gr. D
  3. // Angleterre-Argentine

Argentine, au début était le Mexique

Alors que l'Argentine, qui a accroché le Japon lors de la première journée, affronte l'Angleterre vendredi pour une rencontre qui s'annonce déséquilibrée sur le papier, il faut se souvenir que les deux nations se sont déjà affrontées en 1971, lors d'une Coupe du monde non homologuée par la FIFA et organisée au Mexique. Là où tout a commencé.

Modififié

Une photo en noir et blanc : dix-sept femmes alignées côte à côte devant la porte d’un hôtel de Mexico, dix-sept femmes qui ont fait le voyage avec la sensation d’être seules contre le reste du monde. Elles sont arrivées au pays à peine quelques jours plus tôt. Sans rien. Ni crampons, ni staff médical, ni coach, ni maillot. Sur le cliché, on peut en voir certaines avec des survêtements unis, donnés au dernier moment par l’Unión Tranviarios Automotor (UTA), un syndicat national rassemblant entre eux les différents employés des sociétés de transport argentines et qui leur a mis à disposition certains espaces pour s’entraîner quelques mois plus tôt. Certaines de ces femmes sont encore mineures, comme Marta Soler, dix-sept ans, dont les parents ont dû signer une autorisation pour qu’elle puisse quitter l’Argentine et rejoindre le Mexique.

Match truqué et danse


C’est le début du mois d’août 1971, un coup d’État se prépare en Bolivie, l’opération Demetrius s’organise autour de Belfast, Pete Sampras vient de naître et la Coupe du monde invisible est sur le point de débuter. Invisible, parce que la Coupe du monde féminine n’est pas encore reconnue par la FIFA, comme lors de la précédente édition, organisée en 1970 en Italie et remportée par le Danemark. Et alors ? Les Argentines débarquent au Mexique avec leurs convictions et un paquet de matchs d’exhibition dans les pattes, dont un joué au mois de juillet, à Buenos Aires, contre les Mexicaines. Ce jour-là, les joueuses argentines ont disputé une mi-temps avec un maillot de Nueva Chicago, l’autre avec celui de l’Alumni. L’histoire raconte que durant la rencontre, plusieurs supporters ont tenté de faire péter les grilles pour approcher au plus près ces femmes. Le plus important : plus de 438 000 pesos ont été récoltés, et l’Argentine s’est imposée (3-2).



Ce petit groupe découvre Mexico le 14 août et a rendez-vous le lendemain avec le pays hôte. Ce Mondial 1971 regroupe six nations : le Mexique et l’Argentine, mais aussi l’Angleterre, le Danemark, l’Italie et la France, qui terminera cinquième de la compétition. Mais ce Mondial débute aussi par un arrangement local : le Mexique s’impose à l’Azteca (3-1), mais les Argentines, à qui la Fédération mexicaine a fourni des maillots, ont toujours affirmé que le match avait été truqué. Résultat, ces dernières rentrent à l’hôtel avec un sentiment renforcé : si on ne veut rien leur donner, alors elles l’arracheront. Avant le deuxième match prévu contre l’Angleterre, un certain Norberto Rozas, un footballeur argentin évoluant au Mexique, se pointe et propose ses services. Parce que les Anglaises font flipper, sont équipées et surtout athlétiquement prêtes. Déclic : une « danse » se prépare.

« On a joué comme des déesses »


Une danse racontée par Marta Soler il y a quelques mois : « Dès que le match a commencé, on s’est rendu compte qu’on était supérieures techniquement. Alors, on les a fait danser. Ce jour-là, on a joué comme des déesses. » Et l’Argentine a bâti son exploit, remportant largement la rencontre (4-1) dans un Azteca blindé, grâce à un quadruplé d’Elba Selva et s’offrant ainsi la première victoire majeure de son histoire. Diego Maradona a alors dix ans, il n’y a pas encore eu de main de Dieu. Ni de guerre aux Malouines (1982) pour attiser de quelconques tensions entre les deux nations. À leur retour à l’hôtel, le propriétaire de l’établissement offre une excursion d’une journée à Cuernavaca aux joueuses argentines, et ces femmes sont assaillies dans les rues de Mexico. On les arrête pour des photos et des autographes. Elles le font en échange de pesos, et Soler utilisera notamment l’argent gagné pour envoyer des lettres à sa mère.

Vidéo

Problème : au pays, les journalistes spécialisés dézinguent le football féminin, et le Clarín affirme notamment que le foot n’est fait que « pour les hommes avec un torse velu et un buste musclé » . La suite de la compétition de l’Argentine est également un massacre : en demi-finales, les filles s’inclinent contre le Danemark (5-0) et se font également balayer lors du match pour la troisième place par l’Italie (4-0). Le football féminin argentin vient malgré tout d’écrire son premier chapitre par une victoire significative contre l’Angleterre, que l’Argentine s’apprête à retrouver vendredi soir au Havre, et ce, après une nouvelle lutte des membres de sa sélection pour exister. Avant la compétition, la star de l’Albiceleste actuelle, Estefanía Banini, affirmait venir en France avec sa bande pour montrer ce dont est capable « la femme argentine » . Après le nul historique contre le Japon (0-0) lors de la première journée, l’occasion est belle, et huit des dix femmes présentes au Mexique en 1971 seront là, en tribune. Jolie passerelle.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 177 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39