Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Ángel Di María, cœur avec les doigts

Face à Metz, Ángel Di María jouera ce samedi son dernier match avec le Paris Saint-Germain qu'il quittera avec le statut de meilleur passeur de l'histoire du club (113). Dans le public, tout le monde repensera aux nombreux coups de génie de l'Argentin. Et regrettera déjà son départ, alors qu'il aurait encore pu rendre quelques services au club de la capitale. Les dirigeants parisiens ont délaissé leur seul joueur offensif capable de faire des replis défensifs.

Modififié

C’est une ambiance particulière qui régnera ce samedi soir au Parc des Princes pour la dernière journée de Ligue 1 face à Metz. Dans un monde idéal, la soirée serait l’occasion de faire une belle fête pour célébrer le titre de champion de France, voir Marquinhos soulever l’Hexagoal et rendre hommage aux joueurs qui quitteront la capitale à l’issue de la saison. Oui, mais voilà, tout ne va pas se passer comme ça. Le virage Auteuil, mené par le Collectif Ultras Paris, est en grève depuis l’élimination du PSG face au Real en Ligue des champions et le sera encore pour la réception de la troupe de Fred Antonetti. Au-delà de cette absence, l'incertitude qui plane sur l'avenir de Kylian Mbappé au PSG a le don de jouer avec les nerfs de tout le monde et de vampiriser toutes les conversations. Suffisamment, en tout cas, pour gâcher les adieux au club de la capitale d’Ángel Di María. Un homme qui, lui, aurait probablement accepté une prolongation de contrat. Sauf que celle-ci n’est jamais venue et le voilà attendu du côté de la Juventus, un club qui n'a jamais été effrayé par l'âge inscrit sur le passeport. Alors oui, l’Argentin vient de faire sa pire saison depuis son arrivée à Paris à l'été 2015, mais difficile de considérer qu'il est le grand responsable de toutes les désillusions parisiennes. Résumer l'ailier de 34 ans à son dernier exercice poussif serait surtout terriblement injuste au regard de l'ensemble de son œuvre, ces sept saisons lors desquelles El Fideo a construit sa légende.

L'homme des grands rendez-vous


À lire Confucius, il paraît qu’une image vaut mille mots. Et il faut croire que le philosophe chinois disait vrai. Il n’y a qu’à voir l’image de Di María, en mars 2020, torse nu, debout dans les travées du Parc des Princes. Face à lui, des milliers de supporters présents sur le parvis du stade qui chantent et éclatent des fumigènes après la qualification du Paris Saint-Germain face au Borussia Dortmund en huitièmes de finale de Ligue des champions. Il y a tout ce que représente le natif de Rosario à Paris sur cette photo. D’abord la communion avec le public, Di María ayant toujours fait l’unanimité auprès des supporters. Preuve qu’il n’y a pas besoin de s'exprimer en français pour se faire aimer du public. Du génie, de la bagarre, des replis défensifs et des cœurs avec les doigts suffisent. Ce cliché rappelle aussi à quel point l’ancien de Benfica aime les grands rendez-vous. D’ailleurs, lorsque l’on pense à Di María au Paris Saint-Germain, les buts ou les actions que l’on a en tête ne sont pas ses triplés contre Dijon, Caen ou Guingamp, ni même ses petits ponts face à Bordeaux.



Non, il y a ce but de la victoire pour offrir la Coupe de la Ligue au PSG en 2016 face à Lille alors que les Parisiens étaient réduits à dix. Il y a aussi cette frappe enroulée du gauche - sa spécialité - dans les dernières minutes contre Naples en octobre 2018 pour permettre au PSG d’arracher le nul et ne pas sortir de la Ligue des champions dès la phase de groupes. Mais aussi son coup franc - une autre spécialité - de 30 mètres face à l’Olympique de Marseille en mars 2019. Ou encore ses deux passes décisives - là encore une spécialité - délivrées face au RB Leipzig pour envoyer le PSG en finale de la C1 en 2020. Et surtout, sa masterclass face au Barça lors du fameux 4-0 du 14 février 2017, le jour de ses 29 ans. Une rencontre qui a été éclipsée par le match retour et le score que le monde entier connaît. Pourtant, personne n’a oublié que le PSG a joué ce soir-là peut-être la plus belle partition de son histoire et que le chef d’orchestre se nommait Ángel Di María, auteur notamment d’un doublé.

Ángel, loin d'être un démon


Il est vrai qu'El Fideo pouvait parfois agacer lorsqu'il tentait son corner rentrant à chaque match - après avoir réussi à en mettre un contre Nîmes en 2018 - ou qu’il semblait se cacher sur le terrain quand il était dans un mauvais jour. Sauf que Di María n’a jamais triché, n’a (presque) jamais gueulé lorsqu'il était sur le banc ou quand il était toujours remplacé en premier alors qu’il n’était pas forcément le moins bon de ses compères offensifs... Et contrairement aux autres membres des Quatre Fantastiques (Mbappé, Neymar et Icardi lorsqu'il plantait des buts à chaque match puis Mbappé, Neymar et Messi depuis l’été dernier), Di María n’a jamais rechigné à faire les efforts défensifs et à se dépouiller quand les trois autres imitaient Yohann Diniz et esquivaient les replis défensifs. Contrairement à eux, celui qui est le joueur le plus titré de l’histoire de la Coupe de France n’a jamais fait le perso en optant toujours pour l’option collective. À l’image de ses 113 passes décisives, record du Paris Saint-Germain battu. Autant de qualités qui auraient pu à nouveau servir au club parisien la saison prochaine. Sauf que la direction préfère visiblement des joueurs offensifs qui errent sur le terrain pendant que les autres courent pour eux. A priori, le PSG va donc perdre cet été Kylian Mbappé. Mais aussi le meilleur passeur de son histoire, le douzième joueur le plus capé de son histoire (il égalera Blaise Matuidi à la 11e place face à Metz), le neuvième meilleur buteur de son histoire, le seul joueur offensif à ne jamais avoir été pris en grippe par les supporters, et son plus beau pied gauche. Et surtout, la seule personne encore autorisée en 2022 à faire des cœurs avec les doigts pour célébrer un but.



Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 23:11 Willian quitte le Corinthians après avoir reçu des menaces 29
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons