Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bordeaux-Copenhague

Andreas Cornelius, le grand blond en avant

Pour affronter Copenhague pour son deuxième match de poule, Bordeaux espère pouvoir opposer aux Danois une arme que ces derniers ont eux-mêmes créée : Andreas Cornelius. Mais si ses diverses expériences à l'étranger ont rarement été concluantes, le géant scandinave a une vraie place à se faire dans l'attaque girondine.

Modififié

Avoir un nom que l’on pourrait croiser dans un catalogue d’ameublement a ça de pratique : visualiser rapidement l’utilité de l’objet. Et dans le cas d’Andreas Cornelius, il s’agirait certainement d’un cale-porte. Celui qui, s’il avait été acquis un peu plus tôt durant l’été, aurait pu empêcher Gustavo Poyet de la claquer, la porte. Quand mi-août, le technicien uruguayen enrageait d’apprendre le départ de son attaquant Gaëtan Laborde à Montpellier, dernière goutte d’eau ayant fait déborder le vase, il se désolait de ne pas avoir assez d’options offensives.


« J'ai dit au club qu'il ne pouvait pas partir jusqu'à ce qu'on prenne un autre joueur, pestait-il. Ils ne s'en sont pas occupés et ont laissé partir Laborde. » La direction était convaincue également de leur besoin d’un attaquant pouvant servir de pivot, avec comme référence en tête le rôle d’Olivier Giroud avec les Bleus en Russie. Stéphane Martin en rigolait même avec Yannick Stopyra, envisageant d’installer le tricard Paul Baysse à ce poste...

Un piquet en magasin


Finalement, ce « target-man » est arrivé au Haillan dans les dernières heures du mercato, en la personne d’Andreas Cornelius, prêté par l’Atalanta avec une option d’achat fixée à 7 millions d’euros. S’il a mis du temps à être livré, c’est parce qu’avec ses trois buts en 23 matchs à Bergame la saison dernière, le Danois laissait planer quelques doutes autour de ses capacités. « On a eu du mal parce que ce sont des joueurs (ceux de son profil, N.D.L.R) très chers, très demandés et qu'il n'y en a pas beaucoup, explicitait le président Martin à L’Équipe. Quand on a eu la possibilité de se faire prêter Cornelius, on s'est dit que c'était intéressant. Que ça nous donnerait du temps pour réfléchir. »



Aujourd’hui, le Danois a bien trouvé sa place en vitrine, notamment titularisé lors des déplacements à Guingamp et Reims. Dans la rotation mise en place par Ricardo et Eric Bédouet, l’attaquant d’1,93m a rapidement montré ses qualités dans le jeu de déviation et sa faculté à peser sur les défenses adverses – preuve en est son implication sur deux des trois buts girondins à Guingamp. Ce que peuvent plus difficilement apporter Jimmy Briand et Nicolas de Préville et semble complémentaire avec les styles de François Kamano et Samuel Kalu. « Andreas Cornelius apporte une solution supplémentaire au jeu de l’équipe, témoignait Bédouet. Ces joueurs d’ancrage apportent une solution différente. » Notamment dans le jeu long, sur lequel Bordeaux était déficient.

Copen' d'avant


Pourtant, miser sur Andreas Cornelius reste un pari, car le garçon de 25 ans a vécu des expériences plutôt ternes dès qu’il s’aventurait loin de ses bases scandinaves. Formé au FC Copenhague, la tête blonde avait d’abord impressionné à ses débuts en 2012. Son coach Ariël Jacobs en avait rapidement fait un de ses hommes de base. Au point que la tête blonde facturait sa première saison à 18 buts en 34 matchs de championnat et des prestations intéressantes dans les compétitions européennes. Assez pour attirer les gros poissons britanniques, comme Cardiff. Après avoir déboursé près de 9 millions d’euros, les Gallois sont rapidement déçus par leur nouvelle pointe. En quelques semaines, son sort en Premier League est jeté : Cornelius est alors considéré comme « le flop le plus infâme de l’histoire de Cardiff » par le site Wales Online. Un avis partagé jusqu’au bureau du proprio, puisque Vincent Tan affirmait qu’il s’agissait du « pire exemple » de la politique de recrutement menée par Malky Mackay.



Six petits mois plus tard, Andreas est de retour à la maison. À Copenhague, il se relance et pose une question : n’est-il qu’un joueur domestique ou faut-il lui redonner sa chance à l’étranger ? Premier élément de réponse en Ligue des champions 2016-2017 avec les Løverne, où il épate Wes Morgan et Robert Huth. La charnière qui a amené Leicester City au titre de champion d’Angleterre avouait alors que Cornelius était l’attaquant le plus fort qu’elle avait à marquer lors de cette saison. Une belle ref sur le CV avant de découvrir l’Italie, avec une réussite plus que modérée, et aujourd’hui la France. Ce jeudi, il affrontera son ancien club, pour la troisième fois en deux mois. Lors du troisième tour préliminaire, son Atalanta est passée à la trappe face au FCK. À lui de prouver au Matmut-Atlantique qu’il n’est pas un agent double au service de la couronne.



Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 7 Hier à 11:02 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League
Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 10:55 Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 4 Hier à 10:00 R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 17 Hier à 08:46 Gignac plante son dixième but de la saison 24
À lire ensuite
Gustavo, au milieu !