Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. // So Foot n°63
  2. // Interview
  3. // Carlo Ancelotti

Ancelotti : « L'image que les gens ont de Beckham est fausse »

Comme en 2011, la rumeur de Beckham au PSG refait surface. Et comme l'an dernier, nous republions donc l'interview de Carlo Ancelotti. Début 2009, l'Italien accordait à l'époque deux heures de son temps à So Foot pour parler du Spice Boy entre autres.

Modififié
Pourquoi avoir pris Beckham alors que vous aviez déjà Flamini ?
Nous n'avons pas pris Beckham pour jouer à la place de Flamini. Son transfert était une pure coïncidence. Il avait besoin de s'entraîner pour garder la forme et pour retrouver la sélection anglaise. Après, c'est allé très vite. Il s'est entraîné avec nous, et vu ses bonnes prestations à l'entraînement, je n'ai pas eu d'autre choix que de le faire jouer.

Comment gère-t-on la déception d'un joueur –par exemple Flamini– qui s'apprête à être titulaire et puis qui est à nouveau relégué sur le banc quand un joueur plus fort ou plus star arrive?
Ce n'est pas facile, mais à Milan, il n'y a aucun titulaire indiscutable. Si un joueur ne joue pas, c'est parce que j'estime qu'il peut faire mieux à l'entraînement, ou tout simplement parce que d'autres joueurs ont été meilleurs pendant la semaine.

En faisant jouer Beckham et Ronaldinho ensemble dès le départ, vous cherchez à avoir plus de verticalité?
Non, pas immédiate en tout cas. Je dispose d'attaquants véloces, comme Pato, qui sont plus explosifs et efficaces sur des distances courtes ou moyennes que sur des longues courses. Je n'aime pas voir mon équipe balancer, une passe courte bien dosée dans l'espace suffit à déstabiliser une défense adverse.

C'est difficile de gérer un joueur ultramédiatique comme Beckham?
Non. C'est vraiment un professionnel parfait. L'un des plus professionnels que j'ai eus sous mes ordres. Au départ, il devait juste s'entraîner avec nous pendant deux mois, je ne pensais même pas le faire jouer… Comme quoi…

Tout le monde dit que c'est un grand professionnel, ok, mais qu'est-ce qu'il a de si intéressant que les autres joueurs n'ont pas?
Beckham est quelqu'un de très intelligent, en plus d'être très sérieux au quotidien. C'est vraiment une bête de travail. Sur le terrain, il voit tout avant tout le monde. Je pense même qu'il a la meilleure vision du jeu de mon équipe. Bien meilleure aujourd'hui qu'à l'époque de Manchester. Il n'a de ce point de vue rien à envier à un joueur comme Kaká. Il a compris très vite, en perdant un peu de sa vitesse, que sa vision du jeu allait pouvoir lui faciliter son adaptation dans un rôle un peu plus axial. David n'a plus rien à voir avec le joueur qu'il était à Manchester. Ses caractéristiques ont changé, il est un peu plus lent, mais tactiquement et techniquement, je pense qu'il est plus fort.

Il y a quatre ans, vous aviez raté sa signature de peu. Vous l'auriez fait jouer de la même manière qu'aujourd'hui s'il avait signé?
Il y a deux ans, nous avions également essayé de le faire venir à Milan, mais ça a échoué une fois encore. Aujourd'hui, je le fais jouer comme j'aurais voulu le faire jouer quelques années auparavant. C'est-à-dire dans un rôle un peu plus axial. Vu ses caractéristiques physiques, sa résistance, sa combativité et sa qualité de passe, c'est sa meilleure position sur un terrain.

Est-ce que David Beckham ne serait pas une sorte de Maldini anglais?

On peut dire ça. Ce sont des garçons intelligents, sérieux, professionnels, élégants, qui ne font jamais de polémiques dans un vestiaire. L'image que les gens ont de David Beckham est totalement fausse.

À cause de sa femme?
Je le répète, l'image que les gens ont de David Beckham est totalement fausse.

Quelle image vous aviez de lui avant de l'avoir sous vos ordres?
Je le considérais comme un bon joueur, mais pour moi ce n'était pas un top class. Aujourd'hui que je le connais un peu plus, je peux dire que c'est un grand joueur, vraiment très intelligent, mais personnellement, je ne le considère toujours pas comme un fuoriclasse, même s'il m'a conquis par ses prestations et son caractère.

Et vous lui parlez également italien à Beckham?
Je lui parle italien, il comprend et, de toute façon, si finalement il reste avec nous, il faudra bien qu'il l'assimile comme tous les autres joueurs. Selon moi, le Milan doit conserver son âme italienne. Il est fondamental pour Milan de conserver ces traditions liées à la culture du travail, à la discipline, et ce serait plus difficile sans joueurs italiens.

Propos recueillis par Simon Capelli Welter, Vikash Dhorasoo et Javier Prieto-Santos
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié