Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options

Amérique Latine

Ce message a été modifié.
Dernier message de la page précédente, posté par Alain Proviste
le 11/12/2018 à 20:32
Alors pour schématiser et caricaturer un peu, River a toujours eu une tradition de jeu léché et flamboyant, dont on pourrait dater les débuts à la mythique Maquina des années 40, avec son légendaire quintet offensif Pedernera-Moreno-Loustau-Muñoz-Labruna. Encore aujourd'hui, cette équipe est considérée non seulement comme la plus belle de l'histoire du club mais aussi comme l'une des meilleures équipes sudam de tous les temps ! River, c'est un peu le club des esthètes (un ADN que l'on peut retrouver aussi dans des clubs comme Huracan ou le Racing - à certains moments de l'histoire pour ce dernier), où le beau jeu a toujours été vu comme une composante indispensable de l'identité de La Banda Roja... Et c'est aussi un club dont les plus fameuses générations se sont toutes appuyées sur un grand meneur de jeu (que ce soit un pur 10, un meneur plus reculé ou un 9 et demi) : Pedernera et Moreno pour la Maquina, Di Stefano et Sivori (même si celui-ci était plutôt un attaquant, c'était également un créateur) dans les 50's, Ermindo Onega dans les 60's, Beto Alonso dans les 70's, Francescoli dans les 80's, Ortega, Gallardo et Aimar dans les 90's, Pity Martinez aujourd'hui...

Quant à Boca, certaines grandes équipes xeneizes pratiquaient également un football plaisant et offensif : je pense au Boca du trio Varallo-Cherro-Benitez Caceres dans les années 30, à l'équipe des Boyé et Pescia dans les années 40, aux finalistes de la Libertadores 63 emmenés par Sanfilippo, Rojitas et Grillo ou encore au Boca 2000 de Bianchi et Riquelme. Mais traditionnellement, l'ADN bostero est un peu plus basé (davantage que son rival River en tout cas) sur la grinta, la combativité, la hargne, etc... Ce qu'on appelle "huevos" en Argentine (les couilles quoi). Une dimension qu'incarnait parfaitement un joueur comme Antonio Rattin par exemple, grand "cinco" et capitaine de Boca dans la décennie 60. C'est vrai que les hinchas boquenses attendent de leurs joueurs qu'ils donnent tout et soient prêts à "mourir" sur le terrain. Néanmoins, il ne faut pas tomber non plus dans la caricature trop facile et si cette grinta a toujours été une caractéristique du jeu de Boca, cet élément a toujours été sublimé par l'apport d'un grand 10 ou meneur de jeu (un peu comme River) : Grillo et Angel Clemente Rojas (alias Rojitas) dans les 60's, Zanabria dans les 70's, Maradona au début des 80's, Beto Marcico dans les 90's, Riquelme dans les années 2000...
Réponse de NSOL
le 12/12/2018 à 11:46
Message posté par Alain Proviste
Sinon, en réponse à quelques coms lus sous cet article :

J'avoue que je suis toujours un peu agacé en lisant les réactions ironiques feignant de s'étonner du niveau technique moyen des matchs de clubs sud-américains... Pourtant, tous les connaisseurs et passionnés de foot sud-américain sont les premiers à le marteler depuis des années (sur So Foot comme ailleurs) : oui, le foot de clubs sudam a considérablement décliné au cours des deux dernières décennies et n'a plus rien à voir avec sa splendeur passée !

Au-delà des facteurs structurels - qui peuvent d'ailleurs varier d'un pays à l'autre -, les causes principales sont bien connues : l'arrêt Bosman, la mondialisation du football et l'exode massif des footballeurs sud-américains. Ben oui, forcément, quand tous les meilleurs joueurs d'un pays évoluent en Europe et que les espoirs les plus prometteurs traversent l'Atlantique après simplement une demi-saison ou une saison chez les pros, c'est tout de suite plus compliqué !

Le constat est de toute façon limpide : dans les 80's et jusqu'au milieu des 90's, les championnats argentin et brésilien faisaient ainsi encore partie des meilleurs championnats au monde et pouvaient rivaliser avec n'importe quel championnat européen (à l'exception peut-être de la Serie A à partir de la fin des 80's).
Il suffit de regarder les équipes nationales. L'Argentine est championne du monde en 78 avec un seul joueur évoluant à l'étranger (Kempes à Valence) et seuls trois joueurs du onze-type argentin de 86 ne jouent pas en Argentine (Maradona, Burruchaga et Valdano). Idem chez le voisin brésilien : le mythique Brésil 82 ne comprend que deux joueurs évoluant en Europe (Falcão à la Roma et Dirceu à l'Atletico) et même en 94, la Seleçao est championne du monde avec 12 joueurs sur 22 évoluant dans le Brasileirão...

Et jetez un œil aux compos des dernières grandes équipes sud-américaines : le São Paulo FC 92 de Telê Santana (Cafu, Rai, Cerezo, Müller), le River 96 de Ramon Diaz (Ortega, Crespo, Francescoli, Ayala, Almeyda, Sorin, Gallardo), le Vasco 99-2000 (Romario, Edmundo, Jorginho, Juninho, Viola) ou le Boca 2000 de Bianchi (Riquelme, Palermo, Cordoba, Ibarra, Basualdo, Serna, Burdisso, Barros Schelotto)... Quels clubs sudam seraient aujourd'hui capables d'aligner de tels effectifs, avec un mix d'internationaux confirmés et de futures stars du foot national et mondial ? C'est bien simple, aucun !


Pour confirmer tes propos, ce petit graphique que j'avais réalisé sur la sélection brésilienne et l'origine des joueurs brésiliens à la Coupe du Monde. Les chiffres sont saisissants.

https://www.demivolee.com/wp-content/up … -Monde.png
Ce message a été modifié.
Réponse de Alain Proviste
le 12/12/2018 à 15:11
Message posté par NSOL
Pour confirmer tes propos, ce petit graphique que j'avais réalisé sur la sélection brésilienne et l'origine des joueurs brésiliens à la Coupe du Monde. Les chiffres sont saisissants.

https://www.demivolee.com/wp-content/up … -Monde.png


Graphique très parlant qui rappelle aussi qu'en 2002 encore, le Brésil est champion du monde avec une (courte) majorité de joueurs évoluant au Brésil (12 ou 13 sur 23, selon qu'on compte ou non Juninho Paulista, qui venait de quitter Flamengo pour Middlesbrough). Après, ça peut paraître trompeur puisque dans le onze-type de la Seleçao 2002, il n'y a que trois joueurs du championnat brésilien : Marcos, Gilberto Silva et Kleberson. Une proportion logique vu que les stars du Brésil 2002 (les Ronaldo, Rivaldo, Ronaldinho, Cafu, Roberto Carlos, Lucio et autres Edmilson) jouent inévitablement dans les grands championnats européens... Mais ça reste quand même assez significatif car on n'est sans doute pas prêt de revoir en CDM des sélections brésilienne, argentine ou uruguayenne composées en majorité de joueurs évoluant au pays, voire même en Amérique du Sud !
Ce message a été modifié.
Réponse de sox75
le 13/12/2018 à 05:05
Message posté par Alain Proviste
Je reposte ici mes deux coms postés sur l'article/compte-rendu du match car je suis arrivé un peu après la bataille...

Sentiments un peu contrastés pour ma part, après cette finale.
D'un point de vue personnel, un peu déçu car j'ai toujours été plutôt pro-Boca dans le Superclasico (même si plus sympathisant que supporter bostero). Et puis forcément, le scénario de ce match retour, avec les événements du Monumental, donne quelques regrets : sans être mauvais perdants, les joueurs comme les hinchas de Boca ne pourront s'empêcher de se demander ce qui se serait passé si le match retour avait eu lieu au jour et dans le stade prévus...

Après, pour être objectif, je me dis qu'il y a une certaine forme de "justice" ou plutôt de correction d'une anomalie historique à voir River sacré. Car si j'ai toujours comparé l'America Cali à Benfica dans le rôle du club maudit (à une nuance près, c'est que Benfica, lui, au moins, a tout de même remporté deux C1 avant sa succession de finales perdues), je fais également une analogie entre River et la Juve, c'est-à-dire des clubs faisant incontestablement partie des plus grands de leur continent mais dont le palmarès dans la plus prestigieuse compétition continentale (Libertadores/C1) ne correspond pas à la véritable grandeur ni à la place dans la hiérarchie.
Il faut dire que les Millonarios ont longtemps entretenu une histoire contrariée avec la Libertadores, pour ne pas parler d'une véritable malédiction ! Déjà, il y a le fait que l'apogée du club intervient à une période où la compétition n'existait pas encore : dans les années 40 et 50, River est sans aucun doute l'une des, voire la meilleure équipe sud-américaine (devant des équipes comme Vasco, Peñarol ou Racing)... Et la mythique Maquina (de 41 à 47 grosso modo) est même souvent considérée officieusement comme la meilleure équipe du monde à son époque. Malheureusement, la Libertadores est créée en 60, au moment où le club de Nuñez vient d'entamer sa longue traversée du désert (aucun titre de champion d'Argentine entre 57 et 75).
Et puis, arrivent ensuite tous ces rendez-vous manqués en Libertadores, à commencer par LE principal trauma de River : la fameuse finale 66 face à Peñarol, où la génération des Oscar Mas, Luis Cubilla, Ermindo et Daniel Onega et autres Miguel Loayza (+ Amadeo Carrizo qui vit là ses derniers moments avec La Banda Roja) s'incline 4-2 au match d'appui après avoir pourtant mené 2-0 à la mi-temps... Une défaite qui marquera profondément le club et ses hinchas, lui conférant notamment le surnom de Gallinas que se plaisent à lui donner tous les supporters de clubs adverses depuis !
Mais même après cette génération maudite des 60's, ses successeurs qui incarneront le renouveau de River dans la seconde moitié des 70's en lui permettant de retrouver les sommets du championnat argentin ne parviendront pas à endiguer sa légendaire lose en Libertadores. On parle pourtant là de l'équipe des Fillol, Passarella, Perfumo, Beto Alonso, Luque, Ortiz, etc, coachée par l'idole Angel Labruna : des légendes du foot argentin sur le terrain comme sur le banc... Mais rien n'y fait ! En 76, c'est d'abord la défaite contre le Cruzeiro de Nelinho et Jairzinho en finale alors que tous les hinchas des Millonarios se voyaient déjà au sommet de l'Amérique du Sud. Une déception suivie de la double humiliation constituée par les deux éliminations successives face au Boca de Toto Lorenzo en Libertadores, en 77 et 78 (Boca qui, humiliation suprême, sera sacrée ces deux années-là roi d'Amérique du Sud).
Il faudra finalement attendre le doublé Libertadores-Coupe Intercontinentale de 86 pour voir River mettre en partie fin à son éternel complexe continental. Et encore, d'autres défaites douloureuses ont encore eu lieu par la suite. On comprend donc à quel point ce titre de 2018 possède un goût de savoureuse revanche sur l'histoire pour le club. On pourrait même quasiment parler de sacre thérapeutique...^^

N'exagères pas non plus Alain. Des libertadores ils en ont 4.

Independiente 7 (1964, 1965, 1972, 1973, 1974, 1975 et 1984)
Boca Juniors 6 (1977, 1978, 2000, 2001, 2003 et 2007)
Peñarol 5 (1960, 1961, 1966, 1982 et 1987)
Estudiantes 4 (1968, 1969, 1970 et 2009)
River Plate 4 (1986, 1996, 2015 et 2018)

C'est correct pour un club qui a la guigne non ? Ils ont certes mis du temps à la gagner mais on peut avoir deux lectures différentes à ce que tu indiques. C'est qu'avant de la gagner, c'était déjà un très grand club.
Ce message a été modifié.
Réponse de sox75
le 13/12/2018 à 05:12
Message posté par Alain Proviste
Sinon, en réponse à quelques coms lus sous cet article :

J'avoue que je suis toujours un peu agacé en lisant les réactions ironiques feignant de s'étonner du niveau technique moyen des matchs de clubs sud-américains... Pourtant, tous les connaisseurs et passionnés de foot sud-américain sont les premiers à le marteler depuis des années (sur So Foot comme ailleurs) : oui, le foot de clubs sudam a considérablement décliné au cours des deux dernières décennies et n'a plus rien à voir avec sa splendeur passée !

Au-delà des facteurs structurels - qui peuvent d'ailleurs varier d'un pays à l'autre -, les causes principales sont bien connues : l'arrêt Bosman, la mondialisation du football et l'exode massif des footballeurs sud-américains. Ben oui, forcément, quand tous les meilleurs joueurs d'un pays évoluent en Europe et que les espoirs les plus prometteurs traversent l'Atlantique après simplement une demi-saison ou une saison chez les pros, c'est tout de suite plus compliqué !

Le constat est de toute façon limpide : dans les 80's et jusqu'au milieu des 90's, les championnats argentin et brésilien faisaient ainsi encore partie des meilleurs championnats au monde et pouvaient rivaliser avec n'importe quel championnat européen (à l'exception peut-être de la Serie A à partir de la fin des 80's).
Il suffit de regarder les équipes nationales. L'Argentine est championne du monde en 78 avec un seul joueur évoluant à l'étranger (Kempes à Valence) et seuls trois joueurs du onze-type argentin de 86 ne jouent pas en Argentine (Maradona, Burruchaga et Valdano). Idem chez le voisin brésilien : le mythique Brésil 82 ne comprend que deux joueurs évoluant en Europe (Falcão à la Roma et Dirceu à l'Atletico) et même en 94, la Seleçao est championne du monde avec 12 joueurs sur 22 évoluant dans le Brasileirão...

Et jetez un œil aux compos des dernières grandes équipes sud-américaines : le São Paulo FC 92 de Telê Santana (Cafu, Rai, Cerezo, Müller), le River 96 de Ramon Diaz (Ortega, Crespo, Francescoli, Ayala, Almeyda, Sorin, Gallardo), le Vasco 99-2000 (Romario, Edmundo, Jorginho, Juninho, Viola) ou le Boca 2000 de Bianchi (Riquelme, Palermo, Cordoba, Ibarra, Basualdo, Serna, Burdisso, Barros Schelotto)... Quels clubs sudam seraient aujourd'hui capables d'aligner de tels effectifs, avec un mix d'internationaux confirmés et de futures stars du foot national et mondial ? C'est bien simple, aucun !

Inutile de t'agacer de cela. C'est un fait historique. Et puis si tu fais attention tu remarqueras que ce sont les mêmes qui critiquent à tout va les équipes européennes. C'est comme filer de la confiture aux pourceaux. La plupart sont des consommateurs plus que des connaisseurs de l'histoire et du jeu.

Pour ma part, je trouve que le football sud américain et ses championnats sont encore bons.
Réponse de strover
le 13/12/2018 à 12:15
Loco Abreu qui va jouer en Espirito Santo en début de saison !!!!! Je vais me régaler.
Réponse de Alain Proviste
le 13/12/2018 à 14:59
Message posté par sox75
N'exagères pas non plus Alain. Des libertadores ils en ont 4.

Independiente 7 (1964, 1965, 1972, 1973, 1974, 1975 et 1984)
Boca Juniors 6 (1977, 1978, 2000, 2001, 2003 et 2007)
Peñarol 5 (1960, 1961, 1966, 1982 et 1987)
Estudiantes 4 (1968, 1969, 1970 et 2009)
River Plate 4 (1986, 1996, 2015 et 2018)

C'est correct pour un club qui a la guigne non ? Ils ont certes mis du temps à la gagner mais on peut avoir deux lectures différentes à ce que tu indiques. C'est qu'avant de la gagner, c'était déjà un très grand club.


Oui aujourd'hui, ils en ont 4 mais les deux dernières ont été obtenues sur ces quatre dernières années. Jusqu'en 2015, River ne comptait que deux Libertadores, ce qui était vraiment peu pour un club de ce standing. Après, je précise justement que le club était un peu maudit en Libertadores mais que c'était déjà un très grand club, l'un des plus glorieux et prestigieux d'Amérique du Sud et ce, depuis de longues décennies (la grande équipe des années 30 avec Peucelle et Ferreyra, puis la mythique Maquina des années 40) ! ;)
Ce message a été modifié.
Réponse de Alain Proviste
le 13/12/2018 à 15:02
Message posté par sox75
Inutile de t'agacer de cela. C'est un fait historique. Et puis si tu fais attention tu remarqueras que ce sont les mêmes qui critiquent à tout va les équipes européennes. C'est comme filer de la confiture aux pourceaux. La plupart sont des consommateurs plus que des connaisseurs de l'histoire et du jeu.

Pour ma part, je trouve que le football sud américain et ses championnats sont encore bons.


Oui, ils sont encore bons mais rien à voir avec le niveau qu'ils pouvaient avoir ne serait-ce que dans les années 80 ou 90, pour parler par exemple des championnats brésilien et argentin qui, à cette époque, faisaient incontestablement partie des plus relevés et des meilleurs du monde.
Après, ce qui m'agace, ce sont les réactions de forumeurs après chaque match de Libertadores en mode "ouais les clubs sudam c'est pas vraiment technique, c'est du combat de rue et de la grinta uniquement, de la D2 européenne, etc, etc"... Dixit des mecs qui n'ont jamais suivi et ne suivent toujours pas ce football mais qui se permettent quand même de jouer les experts en décernant les mauvais points ! :(
Réponse de Kwak
le 19/12/2018 à 18:02
Salut à tous,

Rentré hier d'Argentine, je vous transmets l'immense frustration de mes amis argentins à propos de la finale de Libertadores. Au delà du résultat et des deux très beaux matchs, les évènements hors terrains ont laissé un goût carrément amer aux supporters des deux camps. L'évènement était trop beau pour se terminer sans scandale. La faute à en faire trop ? (des plateaux télés à n'en plus finir, des heures à débattre de rien, ridicules de bêtises et de vide). Un résumé footballistique du bordel sans nom qu'est ce pays, un chaos social capable du meilleur comme du pire. Un triste reflet de la situation actuelle.
Et puis surtout, aller jouer la copa Libertadores de America en terre espagnole, quel non-sens.

La seule bonne nouvelle c'est qu'Independiente reste el Rey de copas ! hehe.
Réponse de El Abejorro Georgie
le 23/01/2019 à 09:51
Je viens de voir que le poste de sélectionneur de la Colombie était toujours vacant... Je suis impatient de savoir à qui la FCF va confier le job, en espérant que l'heureux élu sera moins frileux que Pékerman... Malgré le respect que j'ai pour ce qu'il a construit avec cette génération prometteuse de Cafétéros, j'étais tellement fou après le huitième contre les Three Lions ! Ce sentiment de match de phase finale passé à déjouer avait un goût de déjà-vu avec cette compo à trois milieux déf... Wait and see, comme dirait l'autre !
Réponse de strover
le 24/01/2019 à 00:30
Message posté par El Abejorro Georgie
Je viens de voir que le poste de sélectionneur de la Colombie était toujours vacant... Je suis impatient de savoir à qui la FCF va confier le job, en espérant que l'heureux élu sera moins frileux que Pékerman... Malgré le respect que j'ai pour ce qu'il a construit avec cette génération prometteuse de Cafétéros, j'étais tellement fou après le huitième contre les Three Lions ! Ce sentiment de match de phase finale passé à déjouer avait un goût de déjà-vu avec cette compo à trois milieux déf... Wait and see, comme dirait l'autre !


C'est pas Carlos Queiroz qui va prendre le poste après la Coupe d'Asie?
Réponse de El Abejorro Georgie
le 24/01/2019 à 11:20
Message posté par strover
C'est pas Carlos Queiroz qui va prendre le poste après la Coupe d'Asie?


J'avais pas vu passer l'info... Ils attendent peut-être la fin du tournoi en Asie pour officialiser sa venue ?
Réponse de strover
le 25/01/2019 à 01:10
Message posté par El Abejorro Georgie
J'avais pas vu passer l'info... Ils attendent peut-être la fin du tournoi en Asie pour officialiser sa venue ?


C'est ce que j'ai lu. Si quelqu'un peut confirmer. Je trouve le choix bizarre.
Réponse de El Abejorro Georgie
le 25/01/2019 à 02:56
Football must go on. Je suis loin d'être aussi excité qu'en 2016 mais que voulez-vous, la Copa America est à part pour tout supporter de la Celeste... Je me lance dans un preview du premier tour de la Copa America 2019.

Le Brésil semble très bien tombé dans ce groupe A mais sur un match, chacun de ses adversaires peut être très pénible à manoeuvrer (sans compter le facteur "joueurs évoluant en Amérique du Sud" toute l'année, qui évolueront avec une grinta et un esprit de corps poussé au max !). De plus, ce groupe abordable sur le papier garantit à la Seleçao de retrouver en quart, demies et finale les meilleures équipes du continent pour arracher un titre qui leur échappe depuis 2007 (une éternité pour eux !) et ça, c'est plutôt chouette pour l'intérêt du tournoi. J'aimerais bien que le Pérou du Flaco Gareca confirme les promesses montrées en Russie et s'embarque dans une aventure à 4 ou 6 matches.

On verra de suite si l'Argentine a su se reconstruire après son Mondial compliqué puisque l'Albiceleste se fade, à mes yeux, les deux adversaires les plus compliqués des chapeaux 2 et 3 dès le premier tour: le Paraguay d'Osorio (coach du Mexique au dernier Mondial qui aura entre les mains une équipe combattive et en progrès grâce au travail de fond de Ramon Diaz lors des derniers éliminatoires) et la Colombie génération James qui aura là une de ses dernières opportunités de gagner un titre avec vraisemblablement Carlos Queiroz aux manettes (Il y a fort à parier que les Cafétéros vont débarquer au Brésil en mission. De plus, le fait que Queiroz n'ait aucune expérience en Amérique Latine peut jouer en leur faveur en leur apportant un regard frais sur les forces en présence.). Quant au Qatar, sur un malentendu, il peut gratter un point ou deux et influer sur le classement final de la poule: je suis curieux de voir cette équipe à l'oeuvre dans une telle compétition.

Pour finir, la Celeste tombe dans une poule où chacun des six matches sera une opposition de style (la discipline et les contres éclairs des Blue Samurai; le Chili dirigé par Rueda, un de mes coaches latinos préférés puisqu'il a guidé l'Atlético Nacional vers son titre en Libertadores en 2016 avec un jeu basé sur l'utilisation du ballon et l'occupation du camp adverse qui ira à ravir à la génération Bravo-Vidal-Sanchez,; l'Equateur avec son abnégation, son amour du duel et ses attaquants vifs et persévérants: une équipe contre laquelle il vaut mieux ne pas tomber si on a "un jour sans"...). Ce groupe peut être très ouvert et ce n'est pas pour me déplaire !

VAMOS LA CELESTE TODA LA VIA !
Réponse de Alceste Poquelin
le 25/01/2019 à 09:50
Bon, les groupes pour la Copa sont connus. Apparemment, le Conmebol ne veut toujours pas d'un trophée pour Messi...

http://www.footmercato.net/flash-mercat … nus_246178
Réponse de strover
le 09/02/2019 à 22:18
Message posté par El Abejorro Georgie
Football must go on. Je suis loin d'être aussi excité qu'en 2016 mais que voulez-vous, la Copa America est à part pour tout supporter de la Celeste... Je me lance dans un preview du premier tour de la Copa America 2019.

Le Brésil semble très bien tombé dans ce groupe A mais sur un match, chacun de ses adversaires peut être très pénible à manoeuvrer (sans compter le facteur "joueurs évoluant en Amérique du Sud" toute l'année, qui évolueront avec une grinta et un esprit de corps poussé au max !). De plus, ce groupe abordable sur le papier garantit à la Seleçao de retrouver en quart, demies et finale les meilleures équipes du continent pour arracher un titre qui leur échappe depuis 2007 (une éternité pour eux !) et ça, c'est plutôt chouette pour l'intérêt du tournoi. J'aimerais bien que le Pérou du Flaco Gareca confirme les promesses montrées en Russie et s'embarque dans une aventure à 4 ou 6 matches.

On verra de suite si l'Argentine a su se reconstruire après son Mondial compliqué puisque l'Albiceleste se fade, à mes yeux, les deux adversaires les plus compliqués des chapeaux 2 et 3 dès le premier tour: le Paraguay d'Osorio (coach du Mexique au dernier Mondial qui aura entre les mains une équipe combattive et en progrès grâce au travail de fond de Ramon Diaz lors des derniers éliminatoires) et la Colombie génération James qui aura là une de ses dernières opportunités de gagner un titre avec vraisemblablement Carlos Queiroz aux manettes (Il y a fort à parier que les Cafétéros vont débarquer au Brésil en mission. De plus, le fait que Queiroz n'ait aucune expérience en Amérique Latine peut jouer en leur faveur en leur apportant un regard frais sur les forces en présence.). Quant au Qatar, sur un malentendu, il peut gratter un point ou deux et influer sur le classement final de la poule: je suis curieux de voir cette équipe à l'oeuvre dans une telle compétition.

Pour finir, la Celeste tombe dans une poule où chacun des six matches sera une opposition de style (la discipline et les contres éclairs des Blue Samurai; le Chili dirigé par Rueda, un de mes coaches latinos préférés puisqu'il a guidé l'Atlético Nacional vers son titre en Libertadores en 2016 avec un jeu basé sur l'utilisation du ballon et l'occupation du camp adverse qui ira à ravir à la génération Bravo-Vidal-Sanchez,; l'Equateur avec son abnégation, son amour du duel et ses attaquants vifs et persévérants: une équipe contre laquelle il vaut mieux ne pas tomber si on a "un jour sans"...). Ce groupe peut être très ouvert et ce n'est pas pour me déplaire !

VAMOS LA CELESTE TODA LA VIA !


Tout ça pour au final voir le Qatar gagner.
Réponse de J'AIME LE CASSOULET
le 10/02/2019 à 02:13
Message posté par strover
Tout ça pour au final voir le Qatar gagner.


Comme je rigole si la finale de la Copa América est un remake de la finale de la Coupe d'Asie. ^^
Réponse de gil morrissao roland larque
le 11/02/2019 à 10:32
Petites questions sur l'Argentine de 2018 et pour 2019 ?
Est ce que un Calabero remplacant est vraiment meilleur qu'un Romero remplacant ? Ou est ce que le premier a été pris à la place du second pour que le groupe vive bieng ?
Qu'est ce qu'il fout encore à United ? Est ce que Romero apprécie les anglaises, est ce pour être payé en Livres ? Avez vous une idée ?

Au point où en est l'Argentine est ce que Benitez aurait un chance ?
Ce message a été modifié.
Réponse de J'AIME LE CASSOULET
le 11/02/2019 à 20:49
Message posté par gil morrissao roland larque
Petites questions sur l'Argentine de 2018 et pour 2019 ?
Est ce que un Calabero remplacant est vraiment meilleur qu'un Romero remplacant ? Ou est ce que le premier a été pris à la place du second pour que le groupe vive bieng ?
Qu'est ce qu'il fout encore à United ? Est ce que Romero apprécie les anglaises, est ce pour être payé en Livres ? Avez vous une idée ?

Au point où en est l'Argentine est ce que Benitez aurait un chance ?


Caballero, vu ce qu'il a montré sous le maillot de la Céleste, ça m'étonnerait qu'il ait pris la place de Romero.

Car justement, si Caballero a pris la place de Romero au Mondial en Russie, c'est parce que le Mancunien s'est blessé au genou.

Mais quitte à choisir, il vaut mieux 100 fois un Romero blessé dans les buts de l'Albiceleste qu'un Caballero qui est cramé.

Après, il y a Armani, qui a fini le mondial (enfin, façon de parler), qui est pas trop mauvais avec River Plate.
Mais qui a tout de même l'air trop limité pour le haut niveau.

Sinon, le petit Rulli de la Real Sociedad est plutôt bon. Titulaire depuis quelques années avec le club basque, auteur de bonnes performances (même s'il peut avoir quelques trous d'air).
De plus, il est encore jeune (seulement 26 ans). Il serait peut-être temps d'en faire le n°1 de l'Albiceleste.

Pour Benitez, c'est un très bon gardien également, qui rapporte des points au Gym.
Est-ce qu'il aurait a chance avec l'Albiceleste ? Pourquoi pas.
Il est encore jeune lui aussi (25 ans), se révèle comme l'un des meilleurs gardiens de Ligue 1.
Le seul souci, c'est qu'il n'évolue ni dans un club sud-américain, ni dans un club assez "bankable" (sans faire offense au Gym).
Mais sa présence en tant que 3ème voir 2ème gardien ne serait pas scandaleuse, bien au contraire.

Maintenant, je pense que le poste de gardien n'est pas le seul problème de l'Argentine, il y a d'autres éléments bien plus préoccupants.

Je ne sais pas encore ce que ça va donner cet été. Mais franchement, j'ai du mal à m'imaginer que l'Albiceleste puisse aller chercher le trophée une seule seconde.
Réponse de gil morrissao roland larque
le 12/02/2019 à 10:35
Que Nice ne soit pas visible sur la scène du football bien sur et j'avais oublié Rulli et la blessure de Romero avant le Mundial.
25 et 26 ans cela me semble pas si jeune pour un gardien surtout si la relève est faiblarde.

L'un des problèmes de l'Argentine est vraiment clair sur certain poste. J'avais oublié la blessure de Romero avant le Mundial. Sur le torche cul quotidien local que Viera espère son appel en sélection. Par rapport à ce qu'on a vu au cours des derniers mois ça serait pas immérité d'être dans la liste en 2019 bien que je ne connaisse pas tout les gardiens. Sur ce qu'on a vu en 2018 il aurait pas démérité.

Pour la Copa je ne sens pas à ce jour le Brésil la remporter. Pour terminer sur un ancien adage on dit que "l'orgueil précède la chute" tout un programme.
Ce message a été modifié.
Réponse de strover
le 13/02/2019 à 16:37
J'attends de voir la gestion de Tite avant de me prononcer pour le Brésil. Je ne suis pas fan du manager, y'a pas de concurrence, il a ses lieutenants et lorsqu'il a une idée, il met du temps à rectifié le tir si les choses ne marchent pas. Ce serait beau de voir Paqueta, Vinicius et Arthur titu, un peu de fraicheur ne ferait pas de mal à cette seleção.
Réponse de So-Frites
le 15/02/2019 à 15:50
Elle est sympa cette candidature commune avec le Chili en plus, j'aime bien, mais vous les spécialistes Amsud, vs pensez qu'elle a une chance d'aboutir?

Y'a Canada-US-Mexico juste avant et pas si loin encore, le Brasil, ça me parait compromis, hélas.
Réponse de J'AIME LE CASSOULET
le 15/02/2019 à 21:02
Message posté par So-Frites
Elle est sympa cette candidature commune avec le Chili en plus, j'aime bien, mais vous les spécialistes Amsud, vs pensez qu'elle a une chance d'aboutir?

Y'a Canada-US-Mexico juste avant et pas si loin encore, le Brasil, ça me parait compromis, hélas.


Perso cette candidature ne m'emballe pas des masses.

Je trouve que 4 pays, ça fait beaucoup trop, même en prenant en compte un élargissement à 48 équipes.

Une candidature Argentine-Uruguay aurait été amplement suffisante à mon sens, car il s'agit avant tout de 2 nations les plus titrées du continent sud-américain.

Mais à choisir, sur un plan purement symbolique, une seule candidature Uruguay 2030 m'aurait réellement enchanté.

Avec le match d'ouverture et la finale au Centenario, comme un hommage aux 100 ans de la Coupe du Monde, et à la première compétition qui a eu lieu dans ce pays.

Un retour aux sources, en somme.

Mais bon, j'ai bien peur que tout cela ne soit qu'une douce utopie, malheureusement...
Réponse de So-Frites
le 15/02/2019 à 21:10
Oui c'est beau mais Uruguay seul ce n'est plus possible de nos jours.
Et c'est bien aussi pour un petit pays comme le Paraguay d'avoir une petite part du gâteau pour un petit pays. C'est vrai qu'avec le Chili en plus ça peut paraître bcp mais même eux je ne sais pas s'ils pourraient assurer une CDM à 48 seuls?

En fait en Amsud, à part Argentina & Brasil je me demande si un pays peut s'en sortir seul? J'sais pas, d'où ma question.
Réponse de J'AIME LE CASSOULET
le 15/02/2019 à 21:29
Message posté par So-Frites
En fait en Amsud, à part Argentina & Brasil je me demande si un pays peut s'en sortir seul? J'sais pas, d'où ma question.


La Colombie, peut-être.

Plusieurs grandes villes à + d'un millions d'habitants (Bogota, Cali, Medellin), plusieurs grands stades à + de 30 000 places (même si certains mériteraient un lifting) et une situation économique qui s'est largement améliorée ces dernières années.

En plus de cela, ce pays a retrouvé une sélection nationale assez compétitive, ce qui pourraient leur donner une certaine légitimité également.

Après, il y a quand même des problèmes qui font que ça pourrait être difficile. Le conflit entre le gouvernement et les rebéllions (FARC, etc..., même si ça me semble s'être apaisé ces derniers temps) et la situation de crise que connait le voisin vénézuélien, par exemple.

Sinon effectivement ça me parait compliqué pour d'autres pays, même si le Chili pourrait également y prétendre pour les mêmes raisons que la Colombie.

Mais oui, hormis les deux monstres argentins et brésiliens, ça me parait bien compliqué d'organiser une Coupe du monde sur le territoire sud-américain.
Réponse de So-Frites
le 15/02/2019 à 21:37
Donc pour ça que ce n'est pas si mal de joindre leurs efforts pour des pays comme Paraguay ou Uruguay.
Bref j'ai un amour platonique, je ne connais pas, pour l'Amsud Hispanique et j'espère le maximum de foot là bas.

Uruguay, Argentina, Chili, Perù, Bolivia ... <3
Réponse de strover
le 21/02/2019 à 18:18
Hier j'ai vu jouer Maxi Lopez. le gars est plus lent qu'un défenseur central de 4ème division. D'ailleurs, le Vasco jouait le contre en seconde mi-temps avec lui en pointe. Concept.
Réponse de Alain Proviste
le 03/03/2019 à 17:06
Message posté par J'AIME LE CASSOULET
La Colombie, peut-être.

Plusieurs grandes villes à + d'un millions d'habitants (Bogota, Cali, Medellin), plusieurs grands stades à + de 30 000 places (même si certains mériteraient un lifting) et une situation économique qui s'est largement améliorée ces dernières années.

En plus de cela, ce pays a retrouvé une sélection nationale assez compétitive, ce qui pourraient leur donner une certaine légitimité également.

Après, il y a quand même des problèmes qui font que ça pourrait être difficile. Le conflit entre le gouvernement et les rebéllions (FARC, etc..., même si ça me semble s'être apaisé ces derniers temps) et la situation de crise que connait le voisin vénézuélien, par exemple.

Sinon effectivement ça me parait compliqué pour d'autres pays, même si le Chili pourrait également y prétendre pour les mêmes raisons que la Colombie.

Mais oui, hormis les deux monstres argentins et brésiliens, ça me parait bien compliqué d'organiser une Coupe du monde sur le territoire sud-américain.


En plus, ce serait une belle revanche pour la Colombie qui, rappelons-le, devait initialement accueillir la Coupe du monde 86 avant de se désister au profit du Mexique... D'autant que c'est vraiment un peuple dingue de foot !

Sinon oui, au niveau économique et capacité d'accueil, je dirais surtout le Chili (hormis les deux cadors brésilien et argentin).
Réponse de Ubriacone
le 04/03/2019 à 16:35
Message posté par Alain Proviste
En plus, ce serait une belle revanche pour la Colombie qui, rappelons-le, devait initialement accueillir la Coupe du monde 86 avant de se désister au profit du Mexique... D'autant que c'est vraiment un peuple dingue de foot !

Sinon oui, au niveau économique et capacité d'accueil, je dirais surtout le Chili (hormis les deux cadors brésilien et argentin).


L'incapacité de la Colombie à organiser le mondial 86 avait "inspiré" un célèbre poisson d'avril à téléfoot qui avait fait croire à un forfait colombien au mondial 90 qui repêcherait la France. Valderrama (à l'époque à Montpellier) s'était fait complice du canular.

Bien que ce soit totalement irréaliste au niveau économique et des infrastructures, je rêve d'un mondial organisé en Bolivie et en Equateur avec que des matchs à + de 3000 m d'altitude.
Réponse de Ubriacone
le 04/03/2019 à 16:47
Message posté par Ubriacone
L'incapacité de la Colombie à organiser le mondial 86 avait "inspiré" un célèbre poisson d'avril à téléfoot qui avait fait croire à un forfait colombien au mondial 90 qui repêcherait la France. Valderrama (à l'époque à Montpellier) s'était fait complice du canular.

Bien que ce soit totalement irréaliste au niveau économique et des infrastructures, je rêve d'un mondial organisé en Bolivie et en Equateur avec que des matchs à + de 3000 m d'altitude.


Plus sérieusement une candidature Pérou ne serait pas totalement déconnante. En 20 ans, le pays a connu une forte croissance économique, est stable politiquement, a réglé la question des guerillas (sentier lumineux). Il y a des stades (un peu vétustes certes) et surtout une ferveur incroyable autour du foot. Leurs supporters remportent haut la main le trophée des tribunes au mondial dernier.
Réponse de strover
le 04/03/2019 à 17:42
Message posté par Ubriacone
Plus sérieusement une candidature Pérou ne serait pas totalement déconnante. En 20 ans, le pays a connu une forte croissance économique, est stable politiquement, a réglé la question des guerillas (sentier lumineux). Il y a des stades (un peu vétustes certes) et surtout une ferveur incroyable autour du foot. Leurs supporters remportent haut la main le trophée des tribunes au mondial dernier.


Pas vraiment stable politiquement. Le pays a subi la famille Fujimori et PPK a renoncé après deux ans de mandat.
Réponse de sox75
le 06/03/2019 à 05:50
Message posté par gil morrissao roland larque
Pour la Copa je ne sens pas à ce jour le Brésil la remporter. Pour terminer sur un ancien adage on dit que "l'orgueil précède la chute" tout un programme.

Et pourtant, l'AMS aurait grand besoin d'un Brésil vainqueur mais surtout avec la manière et enfin au niveau de leur énorme potentiel.

Ceci étant la copa n'a jamais été la compétition préférée des brésiliens.

Actuellement, ce n'est pas une question d'orgueil de la part des joueurs mais des dirigeants. Quand on sait qu'il y a quelques années ils ont refusé Guardiola, cela donne une idée de leur incompétence.

On a une génération actuelle et surtout à venir, incroyable. Il suffirait juste d'admettre qu'une aide extérieure serait préférable à un sélectionneur brésilien. Il y en a des mecs et leur staff qui signe tout de suite pour les emmener au titre de champion du monde en 2022. Mais faut vouloir leur donner du temps et les moyens nécessaires. Chose qui n'arrivera jamais.
Réponse de sox75
le 06/03/2019 à 05:58
Message posté par strover
J'attends de voir la gestion de Tite avant de me prononcer pour le Brésil. Je ne suis pas fan du manager, y'a pas de concurrence, il a ses lieutenants et lorsqu'il a une idée, il met du temps à rectifié le tir si les choses ne marchent pas. Ce serait beau de voir Paqueta, Vinicius et Arthur titu, un peu de fraicheur ne ferait pas de mal à cette seleção.

Il va le faire, à priori mais j'ai peur qu'il prenne son temps. Autant j'ai trouvé cela très bien ce qu'il a fait après Dunga, autant ils auraient dû s'en séparer après la coupe du monde.

Le truc est qu'il n'a pas seulement ses lieutenants dans le groupe mais surtout en dehors, à la fédération. J'ai l'impression qu'il n'a rien retenu de la coupe du monde. Et puis de toute façon, sa carrière et sa vision du football démontrent qu'il n'a jamais évolué. Alors il y a peu de chance que cela arrive dans le futur.

Après, c'est toujours pareil avec le Brésil, il faut savoir les encadrer mais surtout leur laisser la liberté de s'exprimer. Et çà, parfois, par le choix de certains joueurs, il s'en prive. C'est un paulista dans l'âme, ça mène jamais très loin.
Réponse de gil morrissao roland larque
le 06/03/2019 à 10:13
J'ai un peu changé d'opinion.

Je voudrais pas voir le Brésil remporter cette compétition mais d'après moi à ce jour l’alignement des planètes joue vraiment en leur faveur.

J'avais fantasmé sur une élimination contre le Chili en demi mais pour cela il faudrait que le Brésil termine meilleur troisième de son groupe.

Faut vraiment que le groupe Brésilien se saborde tout seul ou que Tite fasse des choix perso tout pourris dans sa sélection choix perso dont les sélectionneurs Brésiliens ont le secret.
Réponse de Fred Astaire
le 12/03/2019 à 16:53
L'ancien attaquant brésilien Coutinho, vainqueur de Coupe du monde 1962 au Chili et autrefois considéré par le Roi Pelé comme son partenaire d'attaque favori sous le maillot de Santos, est décédé lundi à l'âge de 75 ans.

Le Santos FC a annoncé le décès de Antonio Wilson Vieira Honório, dit Coutinho, sur Twitter, en ajoutant qu'il était mort à son domicile et que ses funérailles auraient lui au stade du Santos FC. En janvier dernier, il avait été transporté à l'hôpital en raison d'une pneumonie. Il souffrait également de diabète.

Coutinho a inscrit 370 buts avec le club brésilien et il formait un redoutable duo en compagnie de Pelé, auteur de son côté de 1091 buts avec le Santos FC. Malheureusement, en raison de plusieurs blessures, il n'a disputé que 15 matches internationaux avec le Brésil, pour six réalisations.

Une pensée pour ses compères de l'attaque de Santos: Pelé, Pepé, Dorval et Mengalvio qui avaient enchanté le public du Parc des Princes lors des Tournois de Paris 1960 et 1961, en atomisant le champion d'Europe Benfica 6 buts à 3.
Réponse de strover
le 14/03/2019 à 02:09
Bien vu Fred. ;).

Je viens d'avoir une révélation... Cuellar de Flamengo, quel joueur !!! Belle activité, toujours disponible, joue juste, rapide, simple. Le gars qui ne fait pas de bruit mais super utile. Je n'avais pas fait attention à lui avant.
Réponse de Fred Astaire
le 14/03/2019 à 12:25
Message posté par strover
Bien vu Fred. ;).

Je viens d'avoir une révélation... Cuellar de Flamengo, quel joueur !!! Belle activité, toujours disponible, joue juste, rapide, simple. Le gars qui ne fait pas de bruit mais super utile. Je n'avais pas fait attention à lui avant.


Même pas un mot, ni la moindre brêve sur So Foot.
Réponse de strover
le 14/03/2019 à 18:10
Faut trainer sur Lucarne Opposée.
Réponse de sox75
le 20/03/2019 à 00:02
Message posté par strover
Bien vu Fred. ;).

Je viens d'avoir une révélation... Cuellar de Flamengo, quel joueur !!! Belle activité, toujours disponible, joue juste, rapide, simple. Le gars qui ne fait pas de bruit mais super utile. Je n'avais pas fait attention à lui avant.

Pourtant depuis 2016 il fait le bonheur du Fla ! Tu as cependant raison, il est très précieux au collectif mengão.

Je serai au Brésil en Avril, je vais assister à la rencontre de libertadores contre le Péñarol. Fin Avril le Cruzeiro pour la reprise du championnat.

Début Mai, je suis invité à Porte alegre au Beira Rio pour la rencontre contre l'Internacional. Longtemps que j'ai pas mis les pieds dans ce stade.
Réponse de strover
le 21/03/2019 à 15:51
Message posté par sox75
Pourtant depuis 2016 il fait le bonheur du Fla ! Tu as cependant raison, il est très précieux au collectif mengão.

Je serai au Brésil en Avril, je vais assister à la rencontre de libertadores contre le Péñarol. Fin Avril le Cruzeiro pour la reprise du championnat.

Début Mai, je suis invité à Porte alegre au Beira Rio pour la rencontre contre l'Internacional. Longtemps que j'ai pas mis les pieds dans ce stade.


Le genre de joueur qui ne fait pas de vague mais super utile.

Profite bien. Moi je pensais prendre mes congés en Juin pour la Copa America, mais c'est rapé. Je vais me contenter avec la Serie D.
Ce message a été modifié.
Réponse de La hyène
le 15/05/2019 à 19:07
Début du mercato oblige, une rumeur fait état de l'intérêt d'Everton pour le jeune Santiago Sosa, 20 ans, milieu de River Plate qui aurait joué environ 4 matchs cette saison.

On évoque une clause de départ à 11 millions de $.

Quelqu'un pour m'en dire plus?
Réponse de So-Frites
le 30/06/2019 à 14:50
J'ai revu les buts refusés à l'Uruguay, c'est ridicule, surtout celui du Cavanù, y'a même pas un poil de couille de toro…

Sinon un peu plus haut sur le continent, ce diable de Memo Ochoa m'a fait kiffer, une fois de plus! Quel dommage que la Roma ne s'est pas intéressée à lui.
https://www.sofoot.com/le-mexique-se-qu … 71295.html
Réponse de So-Frites
le 04/07/2019 à 14:43
"Chouette" le Perù en Finale, faudrait carrément qu'ils l'emportent contre les Brasilùs, mais j'y crois pas trop.

En Amérique centrale, malgré la belle surprise Haïtienne, ils devraient directement commencer le Tournoi par la Finale o_O
Vamos Mexico!
Ce message a été modifié.
Réponse de So-Frites
le 08/07/2019 à 14:55
De catgoria!
Mexico bat les US en finale de la Gold Cup.
Hey Donald, les attaquants US n'ont pas su franchir "le mur" huhuhuh!^^
Ce Memo Ochoa, je le veux au LOSC si MM se tire, mais que font les cellules de recrutements Européens?

(bon pour le Brasil, on savait hein, même que le roi Leo l'avait dit)
Réponse de Salsify
le 09/07/2019 à 08:46
Est-ce que c'est possible que la CONMEBOL, applique la sanction de 2 ans sans matchs internationaux à MESSI suite à ses propos virulents envers l'arbitrage lors du match face au Brésil en demi final de copa america 2019, où ce n'est que du bluff?
Réponse de Alceste Poquelin
le 09/07/2019 à 09:21
@Salsify

Si c'est dans les réglements, c'est possible. Après, ça serait se tirer une balle dans le pied de la part de la CONMEBOL que de se priver de Messi pour la Copa l'an prochain et de prendre le risque que l'Argentine se qualifie pas pour la prochaine Coupe du Monde.

Au niveau business et marketing, ça serait pas top. Et ces gens là sont regardants sur ces choses là...
Réponse de So-Frites
le 09/07/2019 à 15:18
Bah il a été cool le Leo je trouve…
Il n'a même pas détaillé sur les interférences Vavar de l'équipe à Barbo' et tout et tout.
On a pas besoin de Leo pour voir comment a été arbitrer le match, allez, juste un petit rappel à l'ordre pour dire que la règle d'or est.. l'omerta!(j'connais ça huhuhu!^^)
Réponse de sox75
le 21/07/2019 à 13:18
Message posté par So-Frites
Bah il a été cool le Leo je trouve…
Il n'a même pas détaillé sur les interférences Vavar de l'équipe à Barbo' et tout et tout.
On a pas besoin de Leo pour voir comment a été arbitrer le match, allez, juste un petit rappel à l'ordre pour dire que la règle d'or est.. l'omerta!(j'connais ça huhuhu!^^)

Pas mal de vouloir faire passer l'Argentine pour une victime de l'arbitrage. Un peu gonflé quant on sait de quoi il en retourne.

La meilleure équipe a remporté le tournoi. La victoire finale brésilienne ne souffre d'aucune contestation. On peut ne pas aimer mais t'as un peu regardé les autres équipes ? C'était globalement assez décevant.
Ce message a été modifié.
Réponse de So-Frites
le 21/07/2019 à 14:30
Oui
O_o
Réponse de Maoi
le 24/07/2019 à 01:13
Si un ultra cultivé est entrain de regarder River/Cruzeiro avec la Fox Argentina, c'est possible d'avoir le no, du co-commentateur ?

Le mec m’impressionne par sa qualité d'analyse en temps réel d'une phase de jeu ! Le mec est un algorithme vivant !

Sinon, je suis preneur pour les noms de commentateurs Fox Argentine, j'ai cherché je trouve pas vraiment mon bonheur... Je ferais le taff de recherche par rapport à la voix pour le retrouver !

Abrazo ;)

Connectez vous pour participer à cette discussion

il y a 12 minutes Ne laissez pas filer les derniers tirages photo So Foot de janvier ! 2 il y a 1 heure Relisez notre super portrait de Rayan Cherki !!
Hier à 23:30 8es : Paris ira à Pau, Lyon à Nice, l'OM attend Strasbourg 12
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE