Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Mondial 2022
  2. // Gr. E
  3. // Allemagne-Japon (1-2)

Tout est bon dans le Nippon

Pas de stars, pas de polémiques, peu de bruit médiatique, mais un sens inégalé de la rythmique et du sacrifice collectif : le Japon, tombeur de l'Allemagne ce mercredi (2-1), a prouvé une fois de plus qu’il incarnait à lui seul une idée tout à fait jouissive du football.

Modififié
Ce mercredi, le ton fut d’abord donné dans le premier quart d’heure. Il fallait voir Daichi Kamada et Daizen Maeda, les deux attaquants nippons, mener sabre au clair la charge des leurs, avec la conviction inébranlable que l’exploit était là, tout près, à portée d’une petite nation de football qui veut penser en grand. Certes, le Japon n’a jamais su aller plus loin qu'en huitièmes de finale de la Coupe du monde. Mais il regarde depuis bien longtemps au-delà. Au-delà du prisme rasoir et restrictif du résultat, au-delà de ses limites individuelles, au-delà de l’adversaire, à qui il ne s’adapte jamais tout à fait. L'idée reste la même : jouer un football, le sien, qui vaut vraiment la peine d’être regardé et apprécié.

Le sens de la fête


Ce football, c’est d’abord ce pressing tout terrain, où le bloc équipe se meut comme un seul homme pour étouffer la relance adverse, quitte à pousser Neuer et Rüdiger à parfois abuser du jeu long. Passé les 15 premières minutes, les gars en bleu ont dû encaisser la supériorité technique et individuelle allemande, bientôt récompensée par un penalty transformé par Gündoğan. Juste le premier sang d’un duel qui s’avérera épique. À l’heure de jeu, le Japon a su retrouver des cannes, dans le sillage de Junya Ito, qui a fait à plusieurs reprises souffrir Raum sur le côté droit, mais surtout grâce à ses impondérables vertus collectives. À cet égard, les changements du sélectionneur Hajime Moriyasu se sont avérés particulièrement judicieux : entré à la pause, Tomiyasu a su mieux équilibrer défensivement les Samurai Blue, quand Ritsu Doan et Takuma Asano ont redonné de l’allant et de l’explosivité sur les ailes à une formation qui, via les côtés, a fait de l’art de l’évitement et du dédoublement sa spécialité.



La mobilité japonaise aura, de fait, terriblement gêné l’arrière-garde de la Mannschaft, à l’image du second pion des Samurai Blue, où Asano a largué loin derrière lui Schlotterbeck, avant d’exploser avec panache les filets de Neuer, d’un tir côté fermé. C’est précisément ce panache qui fait du Japon une formation qui reste à part, dans le paysage footballistique moderne. Ici, attraper la grandeur est entièrement un exercice collectif, jamais une affaire d'exploit individuel, et ce, peut-être bien davantage que pour n'importe quelle autre sélection. Une synergie, une alchimie des corps, des appels, des courses, d’un rythme qu’on s’astreint à jouer ensemble, pour battre celui qui est naturellement plus fort, plus grand, plus doué que soit. Le premier pion nippon, marqué par un autre remplaçant, Ritsu Doan, venait ainsi récompenser une action collective exemplaire initiée par Mitoma, lui aussi entré en jeu quelques minutes plus tôt. La marque d’une formation où l’art et la manière de bien jouer ne se limitent pas au onze type, mais semble bien imprimer les esprits de l’ensemble des joueurs qui la composent. La fête a superbement débuté. Qu’elle continue donc face au Costa Rica, le 27 novembre prochain.

Le Japon remercie la Bundesliga


Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 18:00 Résultats des huitièmes de finale de la Coupe du monde
Hier à 16:35 L'accessoire de Jules Koundé qui fait parler pendant France-Pologne 26 Hier à 15:30 beIN Sports diffusera la Coupe de France jusqu'en 2026 21
Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 12:48 La drôle de sortie de Wenger sur les surprises de ce début de Mondial 126