Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 6 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // River Plate-Al Ain (2-2, 4-5 tab)

Al Ain surprend River et file en finale

Bousculé, River Plate s'est incliné à la surprise générale aux tirs au but face à Al Ain (2-2, 4-5 tab). Le club émirati est donc qualifié pour la finale de ce Mondial des clubs. Costaud pour une équipe présente uniquement en tant que ville hôte.

Modififié

River Plate 2-2 (4-5 tab) Al Ain FC

Buts : Santos Borré (11e et 16e) pour River // Berg (3e) et Caio (50e) pour Al Ain

C'est toujours les mêmes gestes. D'abord un tir au but envoyé en pleine lucarne. Toujours. Puis une tape amicale au portier Khalid Eisa. Et le gardien d'Al Ain en avait bien besoin dans cette séance de tirs au but après avoir été pris à contre-pied sur les quatre premières tentatives des joueurs de River Plate. Sauf qu'à force de voir ses coéquipiers venir le motiver, Khalid Eisa a décidé de sortir le grand jeu et s'envole pour détourner la tentative de l'ultime tireur, Enzo Pérez. Un sauvetage qui fait hurler de joie le public du Hazza bin Zayed Stadium et qui permet à Al Ain de se qualifier pour la finale du Mondial des clubs, probablement face au Real Madrid.

Quand on l’attaque, River contre-attaque


Buteur dès la deuxième minute de jeu au tour précédent face à l’Espérance de Tunis, Al Ain confirme son amour des débuts de rencontre et attaque cette demi-finale vers l’avant. Et cela paye, puisque Ahmed Barman se prend pour Di María et envoie un corner rentrant, légèrement dévié par Marcus Berg, qui se loge entre les jambes d’un Franco Armani toujours aussi peu académique (0-1, 3e). Surpris par cette ouverture du score, River Plate ne prend pas le temps de se lamenter et se rebiffe très vite à l’initiative du toujours aussi remuant Pity Martinez.


Et à la suite d’une action folle qui voit le portier d'Al Ain, Khalid Eisa, claquer trois grosses parades, Rafael Santos Borré joue les renards de surface pour pousser le ballon au fond des filets (1-1, 11e). Avant de s’offrir un doublé d’une jolie frappe croisée à la suite d'une erreur de relance de Mohammed Fayez (2-1, 15e). Repassé devant au score rapidement, River Plate calme un peu le jeu et laisse le Brésilien Caio briller sur son aile gauche. Sauf que cette tactique lui coûte quelques frissons, comme sur une frappe de Hussein El Shahat repoussée par Armani (24e) ou sur ce but de ce même El Shahat finalement refusé par la VAR en raison d’une position de hors-jeu (44e).

Caio régale, Pity Martinez vendange


Le second acte démarre sur les mêmes bases avec une équipe d'Al Ain qui pousse et un Caio qui régale. Intenable, le Brésilien va même faire trembler les filets de Franco Armani après un joli combo : une-deux, accélération, crochet destructeur devant Jonathan Maidana et frappe croisée (2-2, 50e). Là encore, ce but va réveiller River Plate qui repart à l’attaque. Sauf que cette fois-ci, la réussite n’est pas au rendez-vous et Santos Borré voit son énorme coup de boule repoussé par Khalid Eisa (59e), tandis que Pity Martinez saccage un penalty obtenu par Milton Casco en envoyant une minasse sur la barre transversale (68e). L’entrée en jeu de Juan Quintero, le grand bonhomme de la finale de Copa Libertadores, ne change rien, Al Ain tient une prolongation bien méritée.

Une prolongation quasiment à sens unique durant laquelle River Plate confisque le cuir. Sans grande réussite à l’image de Javier Pinola qui envoie son coup de boule au ras du poteau (108e). Conscient de sa chance de réaliser un gros coup, Al Ain se remet à jouer vers l’avant et Mohamed Ahmad passe tout près de devenir le héros de tout un peuple, mais Franco Armani repousse sa volée à bout portant (117e). Cela n'empêche pas Mohamed Ahmad de ne pas trembler pour inscrire son tir au but, avant de laisser Khalid Eisa enfiler le costume de héros.




River (4-4-2) : Armani - Montiel, Maidana, Pinola, Casco - Fernández (Quintero, 55e), Ponzio (De la Cruz, 86e), Palacios (Pérez, 55e), Pity Martínez (Scocco, 91e) - Pratto, Santos Borré. Entraîneur : Marcelo Gallardo.

Al Ain (4-2-3-1) : Eisa - Fayez, Ahmed, Ahmad, Shiotani - Doumbia (Nader, 107e), Barman (Abdulrahman, 82e) - El Shahat, Abdulrahman (Al Jaberi, 64e), Caio - Berg (Al Ahbabi, 74e). Entraîneur : Zoran Mamić.


par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 1 heure 80 cartons jaunes et 6 rouges : l'équipe de Joey Barton est à son image 5
il y a 6 heures Austin nouvelle franchise de MLS 31
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Hier à 17:46 La subtile repartie d'un entraîneur à une question aberrante 54