Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr. E
  3. // Suisse-Costa Rica

Akanji clearly now

Alors que la Suisse se cherche toujours un buteur digne de ce nom, la relève est déjà assurée côté défensif. À seulement 22 ans, Manuel Akanji s’est imposé comme le taulier de la charnière centrale aux côtés de Fabien Schär. Décisif face au Brésil et à la Serbie, le joueur du BvB symbolise mieux que personne le futur de la Nati.

Modififié

Sur son avant-bras, un tatouage. Jusque-là, rien d’étonnant. Sur ce tatouage, une maxime. Là non plus, pas de quoi sauter au plafond. Sur cette maxime, trois mots : « Prove them wrong » , « Montre-leur qu’ils ont tort » en VF. Si la devise peut prêter à lever les yeux au ciel au vu de son caractère apparemment naïf, il n’en est pourtant rien. Elle est, au contraire, remplie de symbolique.


Le symbole d’un miracle : celui de participer à une Coupe du monde un an et demi après s’être remis d’une rupture des ligaments croisés, le tout avec seulement sept sélections dans les pattes en équipe nationale. Mais Manuel Akanji ne perd pas de temps à regarder dans le rétroviseur. Ses plus belles années doivent s’écrire maintenant.

Encore amateur il y a trois ans


Né d’un père nigérian et d’une mère suisse, le petit Manuel grandit dans un environnement sportif au cœur du canton de Zurich. Sa sœur Sarah tape également le cuir en première division et est même à l’origine de la création de la section féminine du FC Winterthour. Là où tout a commencé pour le frangin, comme il l’expliquait en 2017 au moment de recevoir le trophée d’espoir de l’année : « J’ai remporté à onze ans un concours national d’athlétisme. À l’époque, je jouais également au tennis. Ce n’est qu’à treize ans que je me suis concentré exclusivement sur le football. » Autant d’expériences qui lui permettent de développer ses qualités de vitesse et d’endurance, ainsi que ses réflexes sur le terrain. Constamment maltraité sur la pelouse de la Rostov Arena, le Brésilien Gabriel Jesus peut en témoigner.


Et dire qu’il y a encore trois saisons, Akanji n’était qu’un anonyme des terrains cabossés de D2 suisse... Dans le même temps, ses parents bienveillants le poussent à terminer son apprentissage d’employé de commerce achevé il y a à peine deux ans. Rien ne le prédisposait donc à connaître une telle ascension. L’intéressé est d’ailleurs le premier à le reconnaître : « En catégorie junior, j’étais un joueur moyen. Je ne me voyais pas faire une grande carrière, je me contentais de jouer. Et puis à 17 ans, j’ai fait une poussée de croissance, ce qui a amélioré mes performances. Ce n’est qu’à ce moment-là que je me suis rendu compte de mon potentiel. » Il n’est pas le seul : à l’été 2015, le FC Bâle vient le chiper à Winterthour contre un chèque de 750 000 euros. L’histoire est en marche.

Dortmund en attendant Manchester United ?


Au sein du deuxième club le plus titré de Suisse, Manuel Akanji se révèle parmi les meilleurs espoirs du football helvétique. Son grand gabarit (1,87 m pour 85 kg) en fait un colosse infranchissable. Ce qui ne l’empêche pas de se révéler très adroit des deux pieds, loin du rôle de boucher qu’on lui collerait presque naturellement sur le dos. Pour preuve : seulement treize cartons jaunes et aucun rouge en 108 matchs professionnels. Les titres s’enchaînent : deux d’affilée entre 2015 et 2017, dont un couplé avec une victoire en Coupe de Suisse. Il n’en fallait pas plus pour que Vladimir Petković ne le teste avec la Nati contre les îles Féroé en juin 2017. L'examen est concluant puisque les Helvètes s’imposent 0-2 et poursuivent avec brio leur campagne de qualification pour le Mondial. Jusqu’au barrage contre l’Irlande du Nord, que la Nati remporte dans la douleur.



« Sincèrement, avec Manuel, je n’avais pas l’impression d’avoir devant moi un jeune joueur. Il a joué tout en contrôle comme s’il avait l’expérience d’un défenseur de trente ans » , analysait Yann Sommer après le match aller. En seulement sept sélections, Akanji s’est naturellement imposé dans un noyau en pleine cure de rajeunissement. À l'aise dans ses baskets, il parvient à s'intégrer sans mal : « L'accueil a été très chaleureux. J’ai tout de suite pu jouer à la Playstation avec les "anciens" de l’équipe et ils ont vu que je n’étais pas là par hasard. » Dans l'axe de la défense, il devient le complément de Fabian Schär.

Complémentarité et ambition


La fougue pour le premier, l’expérience pour le second. Avec un perdant dans l’histoire : Johan Djourou, qui finit par se retrouver dans le rôle du super sub de la pépite. Parallèlement à sa trajectoire en équipe nationale, c’est toute l’Europe qui le découvre sur la scène continentale avec Bâle. Lors de la double confrontation face à Manchester United – le club de ses rêves –, il tape dans l’œil de plusieurs clubs de Bundesliga. L’hiver dernier, c’est finalement à Dortmund qu’il décide de poser ses valises et de goûter pas à pas à l’échelon supérieur. Mais nul doute que l’arrivée de Lucien Favre aidera à le sublimer encore davantage.


Aujourd’hui, tout semble réussir à Manuel Akanji. À tel point que certains observateurs locaux voient en lui le futur capitaine de la Nati. Au même titre que Denis Zakaria ou Breel Embolo, il est décrit par Le Temps comme faisant partie de cette nouvelle « génération cool » qui caractérise l’équipe suisse. « Ces footballeurs-là sont plus décomplexés que Xhaka, Rodríguez et Seferović, qui eux-mêmes l’étaient davantage que leurs aînés » , peut-on lire dans les colonnes du quotidien. Même s’il est toujours difficile de prédire l’avenir, tout semble indiquer que le futur leur appartient. C’est pourquoi ils auront à cœur de le prouver dès ce mercredi face au Costa Rica. Quand la machine est lancée, pas la peine de freiner inutilement.

Vidéo





Par Julien Duez Propos de Manuel Akanji recueillis par credit-suisse.com, ceux de Yann Sommer recueillis par Le Temps.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

FC Thouroude #30 - CHAMPION DU MONDE !

Vidéo
FC Thouroude #30 - CHAMPION DU MONDE ! FC Thouroude #29 - FAUT RAMENER LA COUPE A LA MAISON ! FC Thouroude #28 - Les Anglais à la maison, Enzo raconte France 98 FC Thouroude #27 - ON EST EN FINALE !!! FC Thouroude #26 - Une histoire belge, la chatte à DD, la chanson de La Pioche FC Thouroude #25 - It's coming home, la Belgeance et Thierry Henry FC Thouroude #24 - Enzo le footix, les vacances et l’eliminacao du Brésil FC Thouroude #23 - Le secret de Kylian et de l'Uruguay, l'artiste Neymar FC Thouroude #22 - Le giga best-of des chansons FC Thouroude #21 - Valérie Damidot, Grizou, Chuck Norris, l'astrologie FC Thouroude #20 - le hit de Kylian, la perf de Neymar, les Suèdoises FC THOUROUDE #19 - Le grand Raí, Hiroki Sakaï, le prono mysterio FC THOUROUDE #18 - Kylian, Benjamin et Enzo, notre footix préféré FC THOUROUDE #17 - Kanté va bouffer Messi, Quaresma icone fétichiste, Enzo le footix FC THOUROUDE #16 - Pas de match alors que faire aujourd'hui ? FC THOUROUDE #15 - bye bye les Allemands, Kevin de Bruyne, le prono Balec FC THOUROUDE #14 - Quel Brésilien va chialer ce soir ? FC THOUROUDE #13 - Enzo un supporter un peu lourd, le prono Thauvin, la mutinerie argentine FC THOUROUDE #12 - Où est le vrai Suarez, la pilosité de Ronaldo et Joachim Löw FC THOUROUDE #11 FC THOUROUDE #10 - Neymar, Kanté et Thomas VDB FC THOUROUDE #9 - Florian Thauvin, invité exclusif FC THOUROUDE #8 - Le gars sûr Ngolo, le pansement Giroud et l’incroyable Cristiano FC THOUROUDE #7 - Le marché noir des pénos, Tonton Pat, Da Costa FC Thouroude #6 - Harry Happy Kane, Lukaku et le dilemme de Lewandowski FC THOUROUDE #5 - Les cheveux de Neymar, la lettre d'Adrien à DD, Harry Kane FC THOUROUDE #4 - l'arbitrage vidéo, Paul Pogba et LE vrai Neymar FC THOUROUDE #3 - Benji et sa #PavardSquad, Leo Messi et Karius DeGea



Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall il y a 11 heures La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) il y a 20 heures La drôle de liste d'invités de la finale 37 Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3
À lire ensuite
Oscar Wild