Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Ajax-Tottenham

Ajax : Spurs sur la ville

Après avoir pris un avantage à Londres (0-1), l'Ajax Amsterdam doit maintenant finir le travail à la maison contre Tottenham pour rejoindre Liverpool en finale de la Ligue des champions. Une formalité ? Pas sûr, vu les récentes performances du club néerlandais dans son enceinte, alors que les Spurs de Mauricio Pochettino doivent retenir les leçons du match aller pour renverser la nouvelle hype européenne.

Modififié

L’heure n’est plus à la satisfaction d’être les surprises de la saison en Ligue des champions. Avant la première manche, l’Ajax et Tottenham avaient insisté sur le caractère exceptionnel de se retrouver dans le dernier carré de la compétition reine, généralement réservé aux habitués, aux cadors européens bourrés de certitudes. Une première dans l’histoire du club londonien, un retour vingt-deux ans après pour les Amstellodamois. Mais le charme de la nouveauté est passé, laissant la place à la vérité du terrain, où les hommes de Ten Hag ont pris le dessus sur les Spurs dans leur écrin flambant neuf (0-1). Un avantage certain avant le match retour, puisque aucune équipe ayant perdu une demi-finale aller à domicile n’est parvenue à atteindre la finale depuis vingt-trois ans. Si la statistique peut donner de la confiance au club néerlandais, il est loin d’être à l’abri d’un renversement de situation et d’une belle déception.

Jouer pour mieux gérer


Erik ten Hag n’a pas dit autre chose au moment de se présenter en conférence de presse avec beaucoup de prudence, mardi soir : « Je m’attends à ce que nous repoussions une nouvelle frontière demain. Nous devons jouer ce match pour gagner. Nous allons commencer la partie comme si nous étions à 0-0, c’est ce que nous voulons faire à chaque fois. » Voici la nouvelle inconnue pour cet Ajax : comment gérer un avantage acquis à l’aller ? Lors des tours précédents, contre le Real Madrid et la Juventus, De Jong et ses potes avaient pris l’habitude de se présenter à la deuxième manche avec l’obligation de gagner pour se qualifier. Et si cette nouveauté poussait les Lanciers à se retrouver le cul entre deux chaises ? « Nous devons faire ce que nous faisons toujours, à savoir jouer notre propre jeu, a prévenu Noussair Mazraoui après la victoire en Coupe des Pays-Bas ce week-end. Je ne pense pas que nous devrions essayer une façon de jouer différente ou essayer de défendre, car nous avons un but d’avance. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. »


Une évidence et un constat : cette équipe de l’Ajax n’est tout simplement pas capable de poser le bus pour attendre et faire déjouer son adversaire, c’est contre sa nature, contre les qualités de cet effectif, contre sa philosophie tout simplement. Mais voilà, en huitièmes comme en quarts, les Ajacides avaient affiché des soucis d’efficacité dans leur Johann Cruijff ArenA (défaite 1-2 contre le Real et 1-1 face à la Juve), malgré une large domination à chaque fois. Pour corriger le tir, le technicien néerlandais a mis en avant son perfectionnisme, demandant à ses joueurs de faire encore mieux qu’à l’aller dans le jeu : « On doit faire mieux en attaque, mais ça dépend aussi de l’adversaire. On doit lire le jeu et voir ce que l’on doit faire, c’est le défi. (...) On devra être plus rapide qu’à Londres et on doit gagner. » Car il ne faut pas oublier que les Spurs avaient réussi à éteindre l'enthousiasme amstellodamois en seconde période la semaine dernière.

Le défi de Pochettino


Sauf que cette fois, Tottenham n’aura pas le droit de manquer son entame comme à l’aller, quand l’Ajax avait pu asphyxier une équipe en manque de repères dans le 5-3-2 posé par Pochettino. Et le technicien argentin souhaite voir ses troupes se servir de cette leçon : « On ne peut pas se permettre de commencer le match comme on l’a fait à la maison, a-t-il concédé devant les médias. On doit absolument éviter ça, il faut commencer d’une manière différente. Je pense que l’approche va être décisive, puis si on veut avoir une chance d’aller en finale, il ne va pas falloir se focaliser sur l’Ajax, mais sur nous-mêmes. » À commencer par le visage affiché par l’équipe londonienne, qui avait manqué d’impact dans les duels et d’intensité dans la première demi-heure, se faisant littéralement manger par l’Ajax. La bonne nouvelle : Tottenham pourra cette fois compter sur Heung-min Son, de retour de suspension, une cartouche offensive supplémentaire en l’absence du taulier Kane.



Une question d’hommes et de systèmes, donc, pour Pochettino. Après la défaite au Tottenham Hotspur Stadium, l’ancien coach de Southampton avait assumé son erreur tactique, corrigée pendant la rencontre après la blessure de Vertonghen, puisque Sissoko était entré – un changement qui avait permis aux Spurs de refaire surface sur le terrain –, transformant un 5-3-2 bancal en un 4-4-2 beaucoup plus compact et cohérent. Mais la proactivité tactique de l'ancien joueur du PSG ne suffira pas mercredi soir. Pochettino va maintenant devoir trouver une solution au coup d'envoi et répondre à cette question : comment organiser son équipe sans la paire Winks-Sissoko dans l'entrejeu ? La blessure du premier est un véritable coup dur pour les Spurs. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : Tottenham restait sur cinq matchs d'affilée sans perdre avec la doublette titulaire en C1 (4 victoires, 1 nul) contre deux défaites depuis l'absence de l'international anglais. En conférence de presse, le technicien ne s'est pas attardé sur son plan, préférant évacuer la pression d'une rencontre déjà historique pour le club : « Il y a cinq ans quand je suis arrivé, l'objectif était de réduire l'écart avec le top 4 de Premier League, puis d'avoir la possibilité de se qualifier en Ligue des champions, et ensuite pour les huitièmes, pour les quarts. Donc, être en demi-finale, pour moi c'est un bonus. » Un bonus qui pourrait se transformer en finale de Ligue des champions contre Liverpool, rien que ça.



Par Clément Gavard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 32 minutes Maradona souhaite continuer à Sinaloa... mais pas à n'importe quel prix 2
Hier à 17:45 La section foot de l'université de Cardiff se qualifie pour la C3 19
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
Hier à 16:00 On a besoin de vous connaître ! Hier à 14:45 Matuidi va baptiser un stade à Asnières 18 Hier à 13:46 La mascotte de la CAN dévoilée 47 Hier à 13:40 Dernier match pour Xavi contre Persépolis 8