Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Adil Rami : « Je suis sensible »

Modififié
Nouvelle recrue du FC Séville, Adil Rami va retrouver la Liga dans une dizaine de jours. Un championnat au sein duquel il a déjà évolué de 2011 à 2013 avec Valence.

À 29 ans, le défenseur central (26 sélections, 1 but) est revenu en longueur sur sa jeunesse dans les colonnes de France Football. « Ma mère a eu le courage d'élever seule quatre enfants: moi, mon frère et mes deux sœurs. C'est une responsabilité énorme et c'est très, très, très difficile. Tout le monde lui en est reconnaissant (...) Je suis sensible, mais ça ne m'empêche pas d'être un gladiateur sur un terrain, pose le néo-Sévillan. La présence de ma mère a fait que je n'ai pas ressenti l'absence de mon père. Il ne nous manquait absolument rien à la maison. Aujourd'hui, J'ai ma mère au téléphone deux fois par jour, parfois trois. »

Avant d'exploser au LOSC, Adil Rami était « mécanicien pour le parc automobile de la mairie de Fréjus » . C'était un peu moins sa vocation apparement : « Les plaquettes de frein, ça allait, mais pour les grandes réparations, il fallait des collègues reconnus avec moi. Je ne voulais pas faire ça, je voulais être footballeur professionnel. Aujourd'hui, je suis encore debout (...) Ça m'est arrivé qu'on me dise: "C'est bon, maintenant, cette histoire du mécanicien. Ça fait quelques années que t'es pro, va falloir que ton image change!" Mais moi, je suis fier de mon parcours. »


Toujours est-il que le Français ne devrait pas disputer la Supercoupe d'Europe ce mardi. Si seulement maman lui avait recommandé de ne pas manger n'importe quoi... FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 39 minutes L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 11
il y a 4 heures Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 8 Hier à 15:23 Rocco Siffredi prend la défense de Ronaldo 163
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE