Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Décès de Stefano Borgonovo

Adieu Borgonovo, symbole de la lutte contre la SLA

Atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA) depuis des années, maladie dont il était devenu l'ambassadeur, Stefano Borgonovo, ancien joueur de la Fiorentina, s'est éteint ce jeudi à l'âge de 49 ans. Retour sur sa vie et son combat.

Modififié
L'Italie est en deuil. Non pas parce que la Squadra Azzurra a été éliminée de la Coupe des confédérations aux tirs au but par l'Espagne, aux portes de la finale. Car le football passe au second plan. Non, l'Italie est en deuil parce qu'elle a dû dire au revoir à Stefano Borgonovo. Borgonovo, c'est cet attaquant italien qui a formé, à la fin des années 80, une sublime paire d'attaque avec Roberto Baggio sous le maillot de la Fiorentina. Baggio était d'ailleurs toujours resté son ami, son confident, celui qui l'a accompagné tout au long de sa vie et de sa bataille. Car Borgonovo s'est battu. D'abord sur les terrains de foot, où il a toujours été considéré comme un joueur vaillant, courageux, volontaire. Puis, ensuite, la bataille la plus dure. En 2008, à l'âge de 44 ans, il annonce qu'il est atteint de sclérose latérale amyotrophique, plus communément appelée SLA, ou maladie de Charcot. Il perd l'usage de la parole, et ne peut communiquer que par le biais d'un synthétiseur vocal. Tous les champions du football italien, à commencer par Baggio, donc, s'unissent autour de lui et de la fondation que Borgonovo va créer, la Fondazione Stefano Borgonovo Onlus, qui soutient la recherche pour vaincre la SLA. Après cinq années de bataille, Stefano Borgonovo a rendu les armes. Il s'en est allé, à quelques heures du coup d'envoi d'Espagne-Italie. Son Italie.

Le duo B2 avec Baggio

De Stefano Borgonovo, on ne se souviendra évidemment pas que de la maladie. Avant de perdre petit à petit l'usage de ses membres et de se retrouver en fauteuil roulant, le natif de Giussano, à côté de Monza, a été un point fixe de la Serie A de la fin des années 80 au début des années 90. Formé à Côme, il fait ses grands débuts professionnels avec le club comasco, qui était à l'époque en Serie A. Avec Côme, il marque ses premiers buts, mais fait le grand saut lors de l'été 1988. Il est acheté par le Milan AC, qui le prête immédiatement à la Fiorentina, où il rejoint sur le front de l'attaque un certain Roberto Baggio. Le duo est surnommé B2, et inscrit 29 des 44 buts de la Fiorentina cette saison-là : 14 pour Borgonovo, 15 pour Baggio. Ses deux buts les plus marquants restent celui inscrit contre la Juventus, pour le 2-1 décisif, et celui face à l'Inter, claqué à la 85e minute pour un succès 4-3. En cette même année 1988, il est convoqué en équipe d'Italie, avec laquelle il disputera trois rencontres. À la fin de la saison, Milan le rappelle, malgré la volonté du joueur de rester à Florence.

Son expérience ne sera pas heureuse : une grave blessure le tient hors des terrains pendant une grande partie de la saison. Il participe toutefois au parcours triomphal du Milan AC en Ligue des champions (c'est son but inscrit à Munich, sous la pluie, qui qualifie le Milan AC pour la finale). Mais à la fin de la saison, l'appel de Florence est trop fort. Mario Cecchi Gori, le nouveau président de la formation viola, débourse 8 milliards de lires pour le faire revenir, cette fois-ci définitivement. Mais sans Baggio, parti à la Juve, ce n'est plus la même chose. Borgonovo dispute deux saisons correctes, sans coup d'éclat particulier. Il poursuit sa carrière à Pescara, puis à l'Udinese, où il ponctuera son aventure footballistique, à la fin de la saison 1995-96. Après quelques années passées auprès de sa famille, loin des terrains, il fait son retour en 2000, pour entraîner les jeunes de Côme. Il coache les poussins, les Allievi, puis la Primavera, mais interrompt son ascension en 2005, pour des raisons de santé. Le monde du football ne sait pas encore que c'est grave. Borgonovo, lui, sait déjà. Son combat commence.

La Fondation et les matchs amicaux


C'est le 5 septembre 2008 que Borgonovo annonce officiellement qu'il est atteint de SLA. La nouvelle émeut ceux qui l'ont connu, côtoyé ou tout simplement admiré. Alors que plus personne ne l'avait vu depuis son expérience d'entraîneur à Côme, il réapparaît en fauteuil roulant, pratiquement paralysé à 100%. Des images difficiles, mais qui ont le mérite de faire connaître à tous cette maladie, trop peu connue à l'époque. Quelques jours plus tard, la Fiorentina et le Milan AC, ses deux anciennes équipes, s'affrontent au stade Artemio Franchi pour un match amical, dont la recette est entièrement reversée à la fondation de Borgonovo. Le joueur, qui entre sur la pelouse en fauteuil, main dans la main avec Roberto Baggio, est ovationné par tout le stade. Des moments forts, très forts.

Le combat contre la maladie est dur. Borgonovo tient bon. Il fait tout pour rester le plus actif possible dans sa vie. Car si son corps ne répond plus, sa tête, elle, va bien. Il écrit des articles pour la Gazzetta dello Sport et s'offre quelques sorties, en allant notamment assister au match de Coupe d'Italie entre la Fiorentina et l'Inter, en avril 2010. À cette occasion, la ville de Florence lui remet le « Fiorino d'Oro » , décoration suprême pour un citoyen non-florentin de naissance. De nombreux autres matchs amicaux seront organisés en faveur de sa fondation. Mais le mal est incurable. Ce jeudi 26 juin, à quelques heures du coup d'envoi d'Espagne-Italie, Stefano Borgonovo s'en est allé, laissant derrière lui sa femme, ses quatre enfants et tous les amis qui l'ont soutenu au cours des années. La Nazionale a joué hier soir avec un brassard noir. Mais Borgo, de là-haut, leur a donné la force pour tenir tête à l'Espagne et pour se hisser à un tir au but de l'exploit. Cette force qui l'a toujours accompagné, tout au long de sa vie. Ciao, Stefano.

Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5
À lire ensuite
SOS clubs en danger