Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Ada Hegerberg, lanceuse d'alerte

Ada Hegerberg, Ballon d'or 2018 et tête de proue de l'OL, a lâché un cri du cœur (brisé) après l’annonce de la candidature de la FFF pour l’organisation de l’Euro en 2025. En cause, le décalage entre la frime des grandes compétions et la réalité du quotidien pour le foot féminin hexagonal. Derrière la charge un brin aigrie, un malaise profond que la crise sanitaire n'a fait qu'aggraver...

« Organiser des compétitions internationales, c'est bien. S'investir dans notre championnat, c'est mieux. On est à la ramasse, et la CDM 2019 n'a eu aucun impact. » Le coup de gueule de l’internationale norvégienne renvoie dans les cordes une FFF qui vient fanfaronner dans le registre « la France organisatrice de compétition internationale » ou « vive le foot féminin » . En ces temps incertains pour le sport mondial, niveau storytelling, on ne fait pourtant guère mieux : ce genre d'annonces a la certitude de plaire au gouvernement et de ravir l'opinion.


De la sorte, dans son communiqué, la fédération explique que « ce dossier mobilisera l’ensemble du football français, amateur et professionnel, les territoires, et fera valoir l’expérience et la qualité d’accueil de la France en matière d’organisation de grands événements. Elle s’inscrira également dans une démarche responsable et durable, résolument engagée sur le plan social, économique et environnemental. [...] Depuis 10 ans, la reconnaissance et l’attractivité du football féminin en France et dans le monde n’ont cessé de progresser. En France, le nombre de licenciées a doublé pour atteindre le cap des 200 000, la D1 Arkema compte certains des meilleurs clubs européens et fait aujourd’hui partie des meilleurs championnats. Enfin, l’équipe de France féminine, vitrine de la pratique, fait aujourd’hui partie du top 4 mondial. » Tous les éléments de langage sont là. Le bilan globalement positif et les statistiques flatteuses.

La vérité du terrain


C’est bel et bien l’ensemble de cet argumentaire que la joueuse, aux premières loges pour en juger, égratigne en un tweet (technique désormais habituelle de la guerre de la com). Déjà connue pour son engagement en faveur de l’égalité salariale entre footballeuses et footballeurs, et en délicatesse sur ce terrain avec sa propre fédération et sa propre sélection nationale, elle laisse entendre que la situation s'avère bien loin du tableau idyllique dressé par Noël Le Graët et consorts. Il faut en effet savoir décrypter ce tacle à la gorge digne d'une punchline de Booba et lire entre les lignes les raisons d'une telle réaction. De fait, le foot féminin n'a que très peu vu se concrétiser les belles promesses de 2019, que ce soit en matière d'audience (les gradins ne se sont pas davantage remplis, même si les diverses mesures et restrictions liées à la Covid compliquent la lecture des chiffres), de visibilité médiatique ou même de soutien financier, y compris au sein des grands clubs dotés d'une section féminine. Et on ne parle même pas de la situation critique des structures exclusivement féminines. La pandémie a certes largement pesé sur les finances du foot pro, et du côté des femmes, on en retire le sentiment d'avoir été un peu la quatrième roue du tricycle. Y compris au niveau amateur au passage.



Un exemple parmi d'autres, la FFF fournit à l'occasion de la Coupe de France des tenues avec les logos de ses sponsors aux participantes à partir de niveau fédéral : complètes pour les hommes et seulement des maillots pour les femmes. La formation de Bréquigny en R1 (3e division) est donc arrivée sur le terrain en culotte, sans short, pour illustrer le plus concrètement possible une forme de sexisme tellement révélatrice. Leur adversaires brestoises, habillées par leur club pro, leur avaient accordé une haie d’honneur par solidarité. La FFF a finalement promis d'y remédier la saison prochaine. Ces petits signes demeurent des stigmates quotidiens qui rendent d'autant plus agaçante la volonté de la FFF de s'engager dans l'accueil de l'Euro. Ou du moins procure l'impression désagréable d'un choix presque marketing. Il peut également s'analyser comme un repli par défaut, l'Euro et le Mondial masculin n'étant pas d'actualité, notamment du fait de leur coût économique, alors que la France accueille déjà les JO en 2024, qui a par ailleurs son tournoi féminin de football. Le foot féminin s'affirme en tout cas de plus en plus comme l'un des principaux fronts sociaux et politiques dans le petit monde du ballon rond, voire dans la société, que ce soit à travers la question des footballeuses voilées, incarnée par le combat des Hijabeuses, la multiplication des équipes LGBT ou encore la diversification des formes de foot alternatif, mixte ou à 7. Sans oublier la prise de parole de plus en plus libérées des premières concernées...

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 11:55 L'article le plus fou de l'Histoire de So Foot arrive... 43
À lire ensuite
Top 10 : Parents gênants