Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Le joueur de la 22e journée

Abdou Traoré, ce jeune vieux

A 26 ans, Abdou Traoré est toujours considéré comme un espoir girondin. La faute à une carrière ralentie par une maladie qu'il semble enfin avoir domptée.

Modififié
Maxime Poundjé, André Poko, Lucas Orban, Henri Saivet, Diego Rolan et donc Abdou Traoré. Au moment de lister ceux qui constituent la jeune garde bordelaise, le Malien est immanquablement cité. Sympa, pour un homme qui a fêté ses 26 ans il y a une dizaine de jours. Cette étiquette d'éternel espoir, le milieu de terrain bordelais se la coltine depuis ses débuts il y a déjà cinq saisons, la faute à un parcours chaotique. Jamais vraiment convaincant, jamais totalement décevant, il n'est parvenu à passer la barre des dix titularisations en championnat qu'à une seule reprise. C'était en 2010-2011, et c'était sous les couleurs de l'OGC Nice, où il était prêté. Et si cette deuxième partie de saison était enfin celle de la confirmation pour l'homme de Bamako, sur lequel Francis Gillot semble enfin compter ?

Palu, pas pris

Débarqué au centre de formation des Girondins à l'été 2006 en compagnie de Cheick Diabaté, son compère malien auquel il sert d'interprète, Abdou Traoré signe son premier contrat professionnel deux ans plus tard, au début d'une saison 2008-2009 qui le verra inscrire les deux premières lignes de son palmarès. Laurent Blanc le lance en lui offrant treize apparitions en Ligue 1, le plus souvent dans le couloir droit, et une titularisation en finale de la Coupe de la Ligue face à Vannes. Mais Abdou a beau avoir lesté son survêt' d'un Hexagoal et d'une Coupe-à-Thiriez, son avenir n'a rien de sûr. « Bon mais pas top  » , il ne convainc pas grand-monde au poste d'ailier. La saison suivante, il joue moins et se fait prêter à Nice en 2010-2011. Sur la Côte d'Azur, il arrache quatorze titularisations, sans toutefois parvenir à sortir de l'anonymat. Mais il semble enfin avoir trouvé son poste : Abdou Traoré est un homme d'axe. Et ça, Eric Roy l'a bien compris. Fort de l'expérience acquise chez les Aiglons, c'est un nouveau joueur qui rentre en Gironde se mettre sous les ordres de Francis Gillot. Mais c'est une sacrée épreuve qui va se mettre sur la route de l'international malien. Une saloperie ramenée d'un match disputé avec sa sélection à l'automne 2011. Un paludisme dont le joueur mettra plus d'un an à se débarrasser et qui lui colle un état de fatigue chronique autant qu'il le démoralise. Au repos forcé, le joueur est mal à l'aise en voyant ses camarades guerroyer tous les week-ends. Il parvient à arracher quelques minutes de temps de jeu lorsque son état semble subrepticement s'améliorer, mais rechute irrémédiablement. Le manège dure plus d'un an, jusqu'au printemps 2013. Le joueur retrouve alors progressivement ses sensations. Reste à se refaire un physique de sportif de haut niveau.

Volée gagnant face à Saint-Etienne


Enfin affûté, Abdou Traoré bénéficie l'été dernier d'une préparation physique normale. Un privilège qu'il n'avait plus connu depuis longtemps. Le prêt non compensé de Jaroslav Plasil à Catane laisse une place dans l'entrejeu girondin que le Malien est bien décidé à squatter. Quatrième choix dans un triangle formé par Landry N'guémo, André Poko et Greg Sertic, il commence par gratter du temps de jeu en Ligue Europa avant de bénéficier du turn-over instauré par Francis Gillot. Généreux au cœur du jeu, le Bamakois court partout, comme pour rattraper le temps perdu. Une hyperactivité qui lui joue des tours, comme il y a quinze jours, face au Paris Saint-Germain en Coupe de la Ligue. Impeccable à la récupération, rigoureux dans le pressing, il est coupable de deux pertes de balle fatales dont Pastore puis Rabiot profitent pour punir Carrasso. S'en suivent deux vilaines défaites en Corse pour les Girondins, face à Bastia puis l'Île-Rousse, auxquelles Traoré ne participe pas avant de faire son retour samedi dernier contre Saint-Étienne. Et de dégainer une belle volée pour fusiller Ruffier et maintenir son équipe à flot. Visiblement, il va mieux.

par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:19 Une bousculade fait cinq morts en Angola 5 Hier à 09:51 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 12:40 Les joueurs poussent une ambulance en panne sur le terrain au Brésil 12 Hier à 12:10 Concours FIFA 19 : Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clásico