Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. //
  3. // Nice-Saint-Étienne

Galtier, retour à la réalité

Tout n'est pas encore perdu pour l'OGC Nice, mais les Aiglons ont affiché le même visage moribond en finale de Coupe de France ce samedi qu'en championnat une bonne partie de la saison. L'échec de Christophe Galtier, arrivé en entraîneur-star l'été dernier après son titre de champion avec le LOSC et renvoyé à ses doutes avec un jeu restrictif qui n'a convaincu personne sur la Côte d'Azur, où il pourrait ne pas faire de vieux os.

Modififié
le 11/05/2022 à 19:00
Ligue 1 Uber Eats
Diffusion sur

Dans son bureau à l'Étrat, Christophe Galtier fait la moue. Ce soir d'octobre 2016, à une époque où Saint-Étienne ne flirte pas avec la relégation et joue la Coupe d'Europe, le technicien sudiste, suspendu, décide de ne pas se rendre en tribunes et de prendre un peu de recul pour suivre la victoire poussive des Verts contre Qabala (1-0). « Je me mets devant notre match et il y a un déclic. Si je suis supporter de Sainté, je suis content parce qu'on a gagné 1-0, mais wow..., racontait-il à So Foot en décembre 2020. Sur mes six mois d'inactivité, j'ai pas mal échangé avec ceux avec qui j'ai travaillé à Saint-Étienne. "Les gars, j'ai la sensation qu'on s'est un peu emmerdés, non ?" Ils m'ont répondu : "Oui coach, on s'est emmerdés." J'ai voulu revenir à un football moderne, de transition, de rythme, offensif, dense, intense. » Ce samedi soir, dans la cuvette d'un Stade de France acquis à la cause des Canaris, Galtier était cette fois sur son banc pour assister au match raté de son OGC Nice, passé à côté de l'événement et de l'occasion de regoûter aux joies d'un titre pour la première fois depuis 1997. La défaite d'une équipe, mais aussi d'un coach, intronisé comme la star du mercato l'été dernier, en plein milieu du huitième de finale de l'Euro entre la France et la Suisse, et dont le jeu restrictif devient plus difficile à accepter quand les résultats ne suivent pas.

Les rois de l'ennui


Nice a joué sa finale de Coupe de France comme un match de championnat, c'est-à-dire sans trop de paillettes ni de folie dans un jeu terriblement stéréotypé. Ce n'est pas un accident de parcours, mais le visage affiché par le Gym depuis de longs mois et la confirmation d'un échec, celui de Christophe Galtier, à trouver la bonne formule pour rendre son équipe séduisante et compétitive. Sur la Côte d'Azur, le champion de France 2021 a voulu faire la même tambouille qu'au LOSC sans disposer des mêmes ingrédients, notamment sur les ailes, où Justin Kluivert et Calvin Stengs n'auront pas répondu aux attentes lors de cette première saison. Ce n'est d'ailleurs peut-être pas un hasard si la rencontre la plus aboutie des Niçois en ce premier semestre 2022 moribond fut celle où le fils de Patrick avait marché sur l'eau et sur l'OM en quarts de finale de Coupe de France (un succès 4-1 et un doublé pour le Néerlandais).



Au début du printemps, Galtier avait promis de ranger sa prudence au placard en ne se privant plus d'aligner quatre joueurs offensifs, mais les habitudes et le maintien d'un double pivot dans l'entrejeu n'ont pas facilité la création. « À vouloir aller chercher mieux, les choses se sont déréglées, ça c'est de ma responsabilité, confessait Galtier la semaine dernière à Eurosport. J'ai voulu chercher d'autres associations pour avoir plus de solutions et d'options en début et en cours de matchs. Je me suis aperçu que j'ai déréglé certaines relations, provoquant des contre-performances de mes joueurs. Et cela peut engendrer quelques fois de la frustration et du doute. » Restent les tristes chiffres en championnat d'une équipe dont le style n'aura marqué personne cette saison : 44 buts marqués (12e attaque), soit 32 de moins que Rennes ; 402 tirs tentés (13e) ; 125 tirs cadrés (17e, devant Angers, Troyes et Metz). Des statistiques faiblardes quand on connaît le réservoir offensif des Aiglons.

Galtier, un an et puis c'est fini ?


Tout n'est cependant pas encore perdu pour Nice, dont le calendrier abordable (Saint-Étienne, Lille et Reims) pourrait lui permettre de se consoler en décrochant une place européenne, le podium étant même encore une option en cas de sans-faute. Ne pas finir dans le top 5 serait une immense déception pour le club appartenant à l'ambitieux INEOS, surtout que le Gym était dauphin à la mi-saison. « On est loin d'être à l'heure du bilan » , a rappelé Galtier à la veille de la réception des Verts. Celui qui a signé un contrat de trois ans l'été dernier n'est pourtant plus certain de continuer l'aventure sur la Côte d'Azur. Selon les informations de L'Équipe et de Nice-Matin, les relations entre le technicien de 55 ans et Julien Fournier, le directeur du football, seraient très fraîches, alors que Jim Ratcliffe apprécie beaucoup « Galette » . Le quotidien azuréen précise que l'entraîneur français exigerait quelques garanties de la part du groupe britannique pour donner les moyens à Nice d'assumer ses ambitions la saison prochaine. Il ne serait même pas contre des retrouvailles avec Luis Campos, avec lequel il a fait des miracles à Lille. « J'avais l'ambition d'être un entraîneur différent, nous avait-il expliqué à son époque nordiste. Dans ce métier, il faut avoir des convictions, mais il ne faut pas de certitudes. » Cela tombe bien, à l'heure de retrouver sa bonne vieille ASSE mal en point, Galtier et son équipe de Nice n'en ont plus aucune.

Par Clément Gavard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 17:32 Angleterre : cinq ans d'interdiction de stade pour les consommateurs de cocaïne 65 Hier à 16:48 Prise au piège, la famille voleuse de maillots forcée de renvoyer plus d'une dizaine d'exemplaires 76
Hier à 13:00 Live twitch : célébrations mythiques et montées/descentes
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom