Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Gr. A
  3. // Lyon-Sparta Prague

Bosz, la victoire des idées

Si tout n'est pas parfait à Lyon depuis le début de saison, Peter Bosz semble avoir réussi à convaincre tout le monde (joueurs, dirigeants, supporters) que la direction prise était la bonne pour avoir des résultats.

Modififié

Il n'est pas toujours simple d'analyser un match à chaud, surtout quand celui-ci a été d'une intensité rare. Ce samedi soir, dans les couloirs du Groupama Stadium, Peter Bosz est apparu soulagé au moment de s'arrêter au micro de Canal+ pour débriefer le succès de l'OL contre Lens, mais également très lucide sur la partie qui venait de se jouer. « Lens est vraiment une bonne équipe, il faut le dire, c'est la meilleure qu'on a affrontée depuis le début de saison, lâchait le technicien néerlandais dans un français presque parfait. Parfois, on a perdu des points à la fin de matchs qu'on ne méritait peut-être pas de perdre, mais là, on ne mérite peut-être pas de gagner. Il faut le dire honnêtement. Quand tu gagnes comme ça, ce sont vraiment des points gagnés ensemble. On a eu un peu de chance à la fin, c'est bizarre, le foot. J'espère qu'on a appris des choses. » En voilà une, pour commencer : Peter Bosz est un type honnête, qui sait prendre le temps d'expliquer ce qu'il voit et ce qu'il pense. Le constat est appréciable. Un deuxième enseignement ? Celui-ci est sans doute trop précoce, mais dans le contexte économique actuel (moins de sept millions d'euros dépensés sur le mercato cet été), le coach de 57 ans semble être l'homme de la situation pour l'OL.

Nice, une défaite fondatrice ?


Le ciel aurait pourtant pu lui tomber sur la tête dix jours plus tôt quand il a vu son équipe s'effondrer en dix minutes chrono sur la pelouse de Nice. L'OL venait de perdre un match face à un concurrent direct après avoir livré 80 minutes de très bonne facture, comme lors du déplacement au Parc des Princes en septembre. Et si la recette n'était pas la bonne ? La question aurait pu traverser l'esprit des joueurs et des dirigeants, mais Bosz est revenu au centre d'entraînement avec les mêmes convictions au lendemain de la défaite cruelle. « Je ne croyais pas que cette équipe pouvait jouer comme ça. Cela me donne beaucoup de confiance pour le futur, posait-il pour le média du club rhodanien, moins de 48 heures après le retour de la Côte d'Azur. En début de saison, je n'étais pas du tout content de notre manière de jouer. Par exemple, à Angers, c'était très, très mauvais. Mais en ce moment, c'est complètement un autre OL. On voit une équipe qui joue ensemble, qui presse haut, qui joue avec beaucoup d'espaces dans le dos, qui joue bien au foot. »



Ces mots de Bosz ne sont pas des paroles en l'air ou du bla-bla, mais une analyse davantage basée sur le jeu proposé que les résultats récoltés. Tout n'est pas parfait dans le contenu des matchs de l'OL, qui affiche encore des lacunes évidentes (le jeu dans la largeur, les transitions défensives, etc.) et ne parvient pas toujours à régner sur une rencontre. Reste que Bosz semble avoir réussi à convaincre son groupe que le chemin emprunté était le bon. D'après L'Équipe, la débâcle contre Nice a été suivie d'une réunion entre les joueurs, dont les cadres qui ont fait remonter la conclusion à l'entraîneur batave : « On doit continuer dans cette voie. » L'heure n'est donc pas au changement de style, les Gones étant persuadés que l'OL gagnera des matchs en continuant d'adopter la philosophie du coach. Une première victoire pour Bosz.

L'opération séduction a fonctionné


Tout n'était pas gagné d'avance pour l'ancien patron du Borussia Dortmund, devenu cet été le troisième technicien étranger à poser ses fesses sur le banc de Lyon après Vladimir Kovačević (1981-1982) et Sylvinho (2019), deux hommes qui n'auront pas tenu plus de quatre mois dans la capitale des Gaules. Sauf catastrophe, le Néerlandais devrait passer l'automne, le board lyonnais semble en tout cas vouloir lui donner le temps de réussir à imposer sa patte. Le discours du bonhomme a séduit Juninho, mais également les supporters, conquis par son discours honnête et transparent. Même chose chez les joueurs : Houssem Aouar a (re)trouvé le goût de l'effort, Léo Dubois et Karl Toko Ekambi, souvent décriés, sont en progrès, et Lucas Paquetá a pris une autre dimension cette saison. Et les résultats ? Ils ne sont ni excellents ni catastrophiques : l'OL pourrait valider sa qualification pour les huitièmes de finale de Ligue Europa dès jeudi soir contre le Sparta Prague après son carton plein sur la phase aller ; en Ligue 1, l'OM et le podium sont seulement trois points devant, soit trois fois rien à ce stade du championnat. « On a beaucoup progressé, mais on n’est pas encore là où on veut aller » , martelait encore Bosz la semaine dernière. À Lyon, tout le monde veut croire que le jeu en vaut la chandelle.

Pourquoi la Lazio est-elle moins performante en C3 qu'en Serie A ?


Par Clément Gavard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié






Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi
mardi 30 novembre Lisandro López annonce son départ du Racing 30
mardi 30 novembre Découvrez le grand et beau livre So Foot sur Zidane ! mardi 30 novembre Les joueurs de l'Excel Mouscron partent en grève 21
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi