Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Gr. D
  3. // Angleterre-Écosse

22 joueuses, un match et une petite révolution

Le 9 mai 1881, des Anglaises et des Écossaises se retrouvaient dans un stade d'Édimbourg, pour ce qui était alors considéré par beaucoup comme une curiosité obscène : le premier match international de football féminin de l'histoire. Plus que du sport, un vrai acte de militantisme, encore trop en avance sur son temps.

Modififié

Édimbourg, 1881. L'Angleterre est encore en pleine ère victorienne. La femme britannique est cantonnée à ses activités de maîtresse du foyer, sous peine de subir l'humiliation et le dédain public. Le sport, évidemment, est une affaire d'hommes. Ce 9 mai, ce sont pourtant 22 femmes qui s'avancent sur la pelouse de l'Easter Road Stadium. Face à face, deux formations représentant officieusement l'Angleterre et l'Écosse, pour le premier match international de football féminin de l'histoire. Une bizarrerie aussi audacieuse que scandaleuse, pour une bonne partie des spectateurs présents ce jour-là en tribune.

Matthews, gardienne du progrès


L'initiative est née de l'esprit de révoltée d'Helen Matthews, gardienne de but de l'équipe écossaise, militante pour les droits des femmes et organisatrice de la rencontre. Bien consciente que sa démarche ne sera pas sans provoquer le scandale au sein d'une société où la femme est encore trop souvent dépossédée de son corps, elle adopte alors le pseudonyme de Mrs Graham. Un stratagème pour dissimuler son identité utilisée par de nombreuses joueuses à l'époque, pour protéger un tant soit peu leur vie privée. Peu d'informations subsistent aujourd’hui de ce premier match : on sait simplement que l'Écosse s'est imposée par trois buts à zéro et que le Glasgow Herald avait envoyé un reporter sur place, qui avait, entre autres choses, rapporté que « les jeunes femmes, qui devaient avoir entre 18 et 24 ans, étaient très bien habillées. Les Écossaises portaient des maillots bleus, des culottes blanches, des collants rouges, une ceinture rouge, des bottes à talon et un capuchon bleu et blanc. Leurs sœurs anglaises avaient des maillots blanc et bleu, des collants et une ceinture bleue, des bottes à talon, et un capuchon blanc et rouge. »


La rencontre a au moins le mérite d'arriver jusqu'à son terme. Ce qui ne sera justement pas le cas du rematch entre les deux équipes, joué à Glasgow. Ce dernier est interrompu par des spectateurs, qui n'hésitent pas à intimider physiquement les joueuses en envahissant le terrain, comme le rapporte le Dunfermline Journal : « Vers la fin, quelques brutes se sont introduites sur le terrain, suivies d'une centaine d'autres qui ont violemment bousculé les joueuses. Elles ont dû se réfugier dans l'omnibus qui les avait transportées sur le terrain. Elles n'étaient pas au bout de leurs peines, car la foule a commencé à détruire les poteaux et à les jeter contre le véhicule en mouvement. S'il n'y avait pas eu de policiers, elles auraient pu être blessées. » Qu'importe, les footballeuses s’obstinent et décident de remettre ça, cette fois-ci le 20 juin, à Manchester. Là encore, la rencontre est perturbée par des émeutes, et la presse locale ne se prive pas d’envenimer la situation. Le Manchester Guardian ira jusqu'à qualifier l'évènement de « curiosité vulgaire » , en s'en prenant aussi à la tenue des joueuses, jugées « aussi disgracieuses que malvenues » .

« Les femmes ne sont pas ces créatures "ornementales" et "inutiles" que les hommes imaginent »


Si la société victorienne n'est manifestement pas prête à laisser sa chance au football féminin, une nouvelle génération de footballeuses militantes va reprendre le flambeau du combat entamé par les joueuses qui avaient osé taquiner le cuir au stade, en 1881. Quatorze ans plus tard, c'est le premier club de football féminin de l'histoire, le British Ladies Football Club, qui est créé sous l’égide de Lady Florence Dixie, une aristocrate, et de la militante féministe Mary Hutson, la capitaine de l'équipe. Cette dernière, qui jouait sous le délicieux pseudonyme de Nettie Honeyball, assume alors la portée aussi bien symbolique que politique qu'on prête à son tout nouveau club. « Il n’y a rien de grotesque à propos du British Ladies' Football Club. J’ai fondé l’association l’an dernier avec la ferme résolution de prouver au monde que les femmes ne sont pas ces créatures "ornementales" et "inutiles" que les hommes imaginent. Je dois avouer qu’en ce qui concerne les questions où la division des sexes est encore prégnante, toutes mes convictions penchent du côté de l’émancipation et j’attends avec impatience le temps où les femmes seront présentes au Parlement pour faire entendre leur voix dans les affaires qui les concernent. »



Le chemin est tracé, mais il sera encore très accidenté : en 1921, le football féminin est interdit par les fédérations anglaises et écossaises, un embargo qui ne sera levé qu'au début des années 1970. Tardif, mais 138 ans plus tard, c'est bien Helen Matthews et les siennes qui triomphent : un nouvel Angleterre-Écosse se jouera bien à Nice, ce dimanche. Et tant pis si certains anti-modernistes, à l'image d'Alain Filkelkraut, semblent être restés bloqués en l'an de grâce 1881.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi

Hier à 14:08 EuroMillions : 123 millions d'€ à gagner + 1 millionnaire garanti ce mardi
Hier à 18:30 Un coach de D4 anglaise jure 58 fois en 4 minutes et perd son job 4 Hier à 18:15 La Ligue 1 en tête des cinq grands championnats sur les 0-0 32 Hier à 18:00 Le récap de la #SOFOOTLIGUE 1
Hier à 17:12 L’incroyable photo d’un match de U15 aux Pays-Bas 30 Hier à 14:00 Hienghène Sports, éliminé au 7e tour de la Coupe de France, mais qualifié pour le Mondial des clubs 19
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 12:27 Il rate son péno et défonce l'éclairage du stade Hier à 11:00 Michel Platini : « La VAR est une belle merde » 157
À lire ensuite
Shaw, sur un coup de tête