Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Économie du football
  2. // Droits TV

622 millions d'euros pour sauver la L1, sinon...

622 millions d’euros : c’est le prix espéré par la LFP pour sauver le soldat Ligue 1. 622 millions, c’est 46% de moins par rapport au montant qui avait été négocié en 2018. C’est la catastrophe, les clubs sont au bord du dépôt de bilan et ça risque de durer. Mais que se passe-t-il, concrètement ?

Modififié
Le président de Dijon, Olivier Delcourt, prévient : « Si rien n’est fait, on ne pourra pas repartir l’été prochain. » Interrogé par la chaîne Eurosport, le dirigeant assure avoir « mangé toutes les réserves et l’ensemble des fonds propres cumulés depuis 7 ans. » La faillite est proche, et une solution doit rapidement être trouvée. Ce n’est pas un cas à part. Mis à part Dijon, un tiers des clubs professionnels de Ligue 1 et de Ligue 2 seraient dans une situation inquiétante, selon la DNCG, victimes, depuis maintenant 10 mois, de la crise sanitaire et économique, de l’arrêt prématuré de la saison dernière et du fiasco de Mediapro. Mardi dernier, lors de la réunion entre les représentants des clubs et l’UNFP (le syndicat des joueurs), la question de la faillite avait d’ailleurs été soulevée.

De rebondissement en rebondissement


Plusieurs sources affirment en effet que l’argument d’un arrêt définitif du championnat a été posé, notamment par l’un des dirigeants présents au rendez-vous, que si la situation se maintenait en l’état, sans droits TV et sans accord sur la baisse des salaires des joueurs, « on ne pourra pas continuer et on sera contraint d’arrêter la saison. [...] Si deux ou trois équipes ferment boutique, le championnat devra être stoppé prématurément. » Le soir même, alors qu’un principe d’une baisse des salaires négociée à échelle des clubs et en accord avec les joueurs avait été décidée, nouveau rebondissement : Maxime Saada, président du groupe Canal+, annonçait renoncer aux droits du lot 3 et appelait à un nouvel appel d’offres global. Le but était clairement financier, il refusait de payer 2 matchs à une valeur fixée en 2018, 330 millions d’euros, et voulait récupérer les droits sur les 8 autres matchs, à une valeur réajustée en 2021, post-Covid19 et post-crise économique.



Jeudi, la LFP, à la suite des déclarations de Saada, rassemble alors son conseil d’administration, et décide, après deux heures de discussions sur Zoom, le principe d’un nouvel appel d’offres sur les lots détenus jusqu’ici par Mediapro. Initialement, ils avaient imaginé une vente de gré à gré, et avaient jeté leur dévolu sur Canal+, vu à l’époque comme le grand sauveur. La demande de Saada a eu le mérite de refroidir toutes leurs espérances. Vincent Labrune, président de la LFP, aurait ensuite déterminé des objectifs largement revus à la baisse : tout en conservant la valorisation du lot 3, récupéré par beIN Sport, après la volte-face de Canal+, à 330 millions d’euros, les lots lâchés par Mediapro devront être vendus 250 millions d’euros minimum. Des chiffres immédiatement démentis par la LFP... Faut comprendre la réaction de la Ligue : 250 millions, c'est très loin des 790 promis par le groupe sino-espagnol en 2018 ! À cela se rajoutent les 42 millions d’euros déboursés par Free pour les droits digitaux. Soit un total de 622 millions d’euros.

La grande braderie


622 millions d’euros, c’est 48% en moins par rapport au prix initial, qui était de 1,153 milliard d’euros. La chute est sévère, lourde, douloureuse, difficile. Mais au moins, les clubs pourront regonfler leurs finances exsangues et récupérer des liquidités, certes en quantités plus faibles, mais présentes. Sauf que l’histoire n’est pas finie... Vendredi, alors qu’on se dirigeait tranquillement vers un nouvel appel d’offres, organisé rapidement, en moins de 22 jours, afin de stabiliser quelque peu la situation, beIN Sport annonçait à son tour renoncer à son lot 3 et demandait à ce que celui-ci intègre l’appel d’offres dans les plus brefs délais. Seulement, si ce lot venait à son tour à être renégocié, on devrait s’attendre à une importante dévalorisation et à tirer le prix total vers le bas, peut-être en deçà des 500 millions d’euros. Dans le même temps, la LFP communiquait et annonçait, sans faillir, que la 24e journée, soit le week-end du 7 février, avec le Classico OM-PSG, allait être diffusée sur Téléfoot et Canal+. Résumons calmement : Mediapro ne paye plus rien, Canal renonce à son lot, la Ligue ne touche plus un sou, mais tous les matchs restent diffusés sur ces antennes. Bon, bon, bon... Pourtant, le même jour, vendredi, on apprenait coup sur coup que M6, TF1 et France Télévision se proposaient de diffuser les matchs gratuitement et en clair le temps du nouvel appel d’offres et de trouver une échappatoire. On n’y comprend plus rien.

Alors, concrètement, que va-t-il se passer ? Ce dont on est sûr, c’est que le football français ne fera pas écran noir au moins jusqu’au 7 février, que le Classico sera diffusé sur Téléfoot, toujours gratuitement (sauf pour les abonnés qui payent tous les mois, évidemment...) et sans aucun gain pour les clubs. En revanche, en ce qui concerne aussi bien l’appel d’offres global ou seulement condensé sur les matchs de Mediapro, que le prix réel de la Ligue 1 et la survie des clubs, on est dans l’inconnu le plus total, sans aucune perspective ni précédent. L’heure est grave, et les choses ne semblent malheureusement pas aller en s’améliorant. Et rien ne dit que le prochain rebondissement améliorera la situation.

Par Pierre Rondeau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié





Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 20:46 NOUVEAU : 10€ offerts en EXCLU sans SORTIR LA CB pour parier chez NetBet !
Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 10:43 Plus que quelques places pour la soirée So Foot "PSG-Leipzig" ! Hier à 10:00 « Je serais crucifié », les révélations d'un joueur homosexuel de Premier League 153