Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il fallait retenir de la 26e journée

22, v’là Zlatan... Monaco ne lâche pas l'affaire...

Auteur d’un nouveau triplé en championnat, Zlatan Ibrahimović affiche maintenant 22 buts au compteur et un sourire XXL. Pas de quoi faire flipper Valère Germain et ses potes de l’AS Monaco, toujours dans le coup.

Modififié
Ibrahimović, l’homme qui valait 22 buts
Un triplé qui porte son total à 22 buts en Ligue 1 cette saison (52 depuis son arrivée en juillet 2012), bref, Ibrahimović est décidément un garçon très surprenant. Après son récital européen du début de semaine – doublé à Leverkusen – le Suédois en a collé trois à Toulouse : une tête, un vrai penalty et un faux, en deux temps suite à une Madjer ratée – ce qui fait du Z le meilleur buteur, et de loin, du championnat. Même en l’absence d’Edinson Cavani, le PSG continue d’enchaîner les roustes offensives. Pourtant, les Parisiens ont été bougés à Toulouse. La faute à une pelouse en mauvais état et à un TFC joueur, volontaire et placé haut sur le terrain. Mais comme à chaque fois que les champions de France sont bousculés, le meilleur joueur du championnat sort la boîte à caramels. Seulement dix-huit mois après son arrivée dans la capitale, Zlatan est déjà le sixième meilleur buteur de l’histoire du club et pourrait rayer Pauleta et sa centaine de pions très vite des tablettes. Rien n’est vraiment impossible avec le tatoué. Pour le moment, Ibra est le meilleur buteur du championnat, le meilleur passeur également tout en étant le meilleur buteur de la Ligue des champions. L’irrespect.

Vous avez raté Monaco - Reims et vous n’auriez pas dû
Un match qui se décante à la 95e minute, c’est toujours quelque chose. Surtout quand il s’agit du dauphin. Monaco peut remercier son goleador du moment, son latéral gauche Layvin Kurzawa, auteur de son cinquième but en neuf matchs, sans qui les hommes de Claudio Ranieri auraient passé un sale week-end. Jusqu’au but du numéro 3 asémiste, Reims tenait le point du match nul grâce à un doublé d’Oniangué. Un double buteur bien aidé par la maladresse des trois frangins Carvalho, Abidal et Subašić, peu inspirés au Louis-II. Pas grave, Valère Germain et Jérémy Toulalan sauvaient l’essentiel en marquant dans le même tempo. Ça, c’était avant le miracle Kurzawa. Mine de rien, même quand Monaco déjoue, se fait bousculer ou passe à côté de son match, Monaco ne perd jamais. Avec dix points d’avance sur Lille, troisième, la Ligue des champions est déjà budgétisée pour la saison prochaine. Reste à aller chercher le PSG. 5 points de retard. C’est beaucoup et peu à la fois. Et tant que le coup de sifflet final n’a pas retenti, tout est possible.

L’analyse définitive du week-end`
Rémy Cabella, le nouveau Mathieu Valbuena ? Dix buts, déjà, pour l’attaquant christique du MHSC. Autant dire que sa saison est une réussite. Avec l’arrivée de Rolland Tournevis sur le banc héraultais, Cabella a changé de dimension. Provocateur, dribbleur, passeur, buteur, le numéro 10 sait tout faire. À tel point que certains voient déjà en lui un Bleu en puissance. Après tout, il y a un peu de Mathieu Valbuena en lui. Une sorte d’insouciance, par exemple. Un gros talent, aussi. Même si l’arrivée de M'Baye Niang fait énormément de bien aux hommes de la Mosson, la vista de son meneur de jeu change tout. Il y a peu, Montpellier pensait surtout à sauver ses miches. Aujourd’hui, on parle d’un rythme de champion. Tout va si vite…

La polémique de la machine à café
La Ligue 1 est-elle bidon en dehors de ses deux riches représentants ? À la lumière du match Lille-Lyon (0-0), on peut se le demander. Le choc du dimanche soir fut d’une pauvreté affligeante. Pas d’envie, rien à se mettre sous la dent et deux équipes qui ont surtout joué pour ne pas perdre. C’était chiant et ennuyeux. On a vu Maxime Gonalons à la peine, Florent Balmont courir et les attaquants des deux équipes passer leur temps à attendre vainement le ballon. Une fois les matchs du PSG et de Monaco passés, que reste-t-il au championnat pour exister ? Pas grand-chose. Trop frileux. Trop maladroit. Trop limité. On pourrait en écrire des heures ainsi sur les pseudos chocs qui se sont transformés en purges. Vivement un autre investisseur pour nous donner un superbe ménage à trois.

Le top 5
. Paul-Georges Ntep (Rennes). Un but et du talent à revendre dans le derby breton, le sosie patronymique de Boy George s’acclimate plutôt bien à la Ligue 1.
. Sébastien Corchia (Sochaux). Transféré à Lille. Présenté officiellement. Photo avec maillot à l’appui. C’est finalement avec la liquette sochalienne sur le dos que le latéral droit a fait trembler les ficelles. Gros mental.
. André-Pierre Gignac (Marseille). Encore un pion pour APG. Encore un but qui donne les trois points. Ça commence à faire beaucoup pour le même joueur.
. Wissem Ben Yedder (Toulouse). Un doublé au nez et à la barbe de Thiago Silva et d’Alex, ça mérite bien le double maillot qui permet d’éviter le carton jaune quand on enlève le premier pour fêter le caramel. Sauf que l'arbitre en a décidé autrement.
. Brandão (Saint-Étienne). La Brandade n’a de brésilien que le passeport. Par contre, il plante des buts. Et quand il faut. En fait, Brandão est allemand.

Le geste
La simulation de Thiago Motta sur Clément Chantôme. Déjà averti pour un coup d’épaule aussi vicieux que génial, Thiago Motta n’aurait jamais dû terminer le match à Toulouse. Peu avant l’heure de jeu, Motta a confondu Clément Chantôme avec le ballon. Logiquement, il aurait dû prendre son deuxième jaune et tracer à la douche. Mais le mec a de l’expérience. Il savait. L’Italien a alors simulé une atroce douleur pour attendrir le corps arbitral. Banco. Un geste à montrer dans toutes les écoles du vice.

Ils ont dit

- « S’il y a quelque chose à dire, c’est de ma faute… Je n’ai pas fait des choses judicieuses et sûrement pas aidé mes joueurs dans ces dernières minutes.  » Claude Puel qui, visiblement, adore se flageller.
- « Nous avions deux amateurs et un stagiaire sur la feuille de match, ce qui peut expliquer nos faiblesses. » Frédéric Hantz. Trolleur.
- « Il faut jouer d’avantage que 30 minutes et essayer d’arrêter de faire rire tout le monde sur les buts que l’on prend.  » Pascal Dupraz, dit le clown.
- « Ce n'est même pas ça... J'ai lu une petite déclaration d'un joueur qui avait parlé sur notre capitaine, notre joueur emblématique (Danzé), et qui l'avait mis minable sur les réseaux sociaux. Cela fait vite le tour. Je n'ai pas Twitter, mais des amis à moi l'ont fait.  » Romain Costil qui parlait du Nantais Lucas Deaux. Le milieu nantais avait dit devant la presse son bonheur d'avoir marqué contre les « galettes-saucisses » . On est rancunier en Bretagne.

Le tweet
Ce n’est pas souvent que Rennes gagne un match de Ligue 1. Alors quand cela se passe dans un derby, et à l’extérieur, la raison n’existe plus. Ainsi, Romain Danzé est comme un dingue après ce probant succès breton.



La stat
⇒ 3429 jours que Jérémy Toulalan n’avait plus marqué en Ligue 1. Champagne.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié