Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options

1000 ultras du Spartak protestent

Les fans du Spartak Moscou ont hier bloqué une des principales routes de la capitale russe en criant « Revanche » .

Marseille n'a pas de souci à se faire, les 1000 ultras du club russe ont défilé pour protester contre la mort d'un des leurs: Yegor Sviridov, 28 ans.

Ce dernier était dimanche soir en compagnie de son ami Dmitry Filatov lorsque le duo s'est retrouvé impliqué dans une bagarre avec autre groupe d'hommes.

Problème: l'accusé Aslan Cherkesov, 26 ans, qui semble avoir tiré quatre fois sur l'ultra n'est pas originaire de Russie, mais de Tchétchénie.

Si le défilé a commencé calmement, il a rapidement dégénéré; les supporteurs grimpant sur les voitures, craquant des fumigènes et chantant des slogans nationalistes et racistes avant d'être dispersés par les CRS locaux.


Rendez-vous en 2018.

MM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.