Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Man. United-Southampton (2-0)

Zlatan soigne les rêves de United

Pour sa première à Old Trafford, José Mourinho a assuré l'essentiel en s'imposant vendredi soir contre un Southampton courageux (2-0) grâce à un doublé de Zlatan Ibrahimović. Manchester United n'a pas totalement brillé, n'a pas tout maîtrisé, mais a rempli son contrat, alors que Pogba a joué toute la rencontre.

Modififié

Manchester United 2-0 Southampton

Buts : Ibrahimović (36e et 51e s.p.) pour Manchester United

Le football est une histoire de détails. Voilà à quoi se joue souvent une rencontre : à un but de la tête refusé logiquement pour un hors-jeu au retour des vestiaires et à un autre encaissé deux minutes plus tard sur penalty. Pour la première représentation à Old Trafford de la saison du Manchester United de José Mourinho, Southampton s’est donc fait retourner en partie comme ça. C’est cruel, c’est le foot et finalement, la matière n’importe pas toujours. Car si United avait été plutôt convaincant à Bournemouth il y a une semaine, il a longtemps semblé se chercher vendredi soir dans un Théâtre des Rêves qui n’a jamais aussi bien porté son nom. Il faut l’accepter maintenant, et l’histoire retiendra que le 19 août 2016, il s’est définitivement transformé en une sorte d’annexe de Disneyland où une parade dorée défilera désormais tous les quinze jours. Un tableau qui ne sera pas toujours clinquant, parfois assez froid et on l’espère souvent mieux réussi que pour cette première contre un Southampton courageux mais battu sur deux buts d’un buteur toujours aussi masqué. Un certain Zlatan Ibrahimović.

Zlatan, la tête de gondole


La logique du temps et l’évolution du cours des choses veulent donc ça. Old Trafford n’est plus le même qu’il y a encore quelques mois. Le premier jour de son arrivée, José Mourinho avait expliqué vouloir lui redonner l’atmosphère qui a fait sa légende. On l’a maintenant compris, cela passera par des étoiles et peu importe la manière dont elles sont arrivées. Vendredi soir à Manchester, le technicien portugais a donc claqué les premiers coups de pinceau de son histoire avec United, avec un Pogba titulaire, 1616 jours après avoir quitté une première fois l’Angleterre et Old Trafford. C’est finalement le seul changement apporté par Mourinho à un onze vainqueur lors de sa première sortie la semaine dernière. Le Français est alors installé au milieu aux côtés de Marouane Fellaini. Le Southampton de Claude Puel, de son côté, arrive à Manchester avec des ambitions, le retour de José Fonte en défense centrale et avec la titularisation de la recrue estivale Højbjerg, préférée à James Ward-Prowse.

Restent les leçons de l’histoire : aligner des stars n’a jamais fait une équipe et la mission de Mourinho est ici. Le Portugais doit maintenant les faire jouer ensemble et bien. Sauf que d’entrée, Manchester United est bousculé sur sa pelouse par un Southampton joueur malgré la blessure rapide d'Oriol Romeu. Shane Long trouve de nombreux espaces dans le dos de la défense mancunienne, Tadić se balade trop librement entre les lignes, alors que Paul Pogba peine à trouver sa place. Le spectacle est pauvre, marqué par de nombreuses erreurs techniques et trop peu par des opportunités, à l’exception d’une frappe sans frisson de Pogba, un pétard lointain de Rooney – qui fêtait vendredi soir sa 600e apparition chez les pros – ou un retourné raté d’un Zlatan encore trop effacé dans le jeu. Sauf que, comme souvent, l’attaquant suédois est imprévisible et peut se réveiller quand il le souhaite. Cette fois, ce sera sur un centre magnifique de Wayne Rooney où il n’aura plus qu’à prendre le meilleur sur Fonte pour claquer une tête précise (1-0, 36e). Rien n’est parfait, José Mourinho bouge beaucoup le long de sa ligne, mais l’essentiel est là.

La frilosité de Mourinho


Ce Manchester United est encore en chantier malgré les premières belles choses, notamment le travail sur les côtés de Valencia et Shaw. Il est aussi cynique, par moments, à l'image de ce but de la tête refusé logiquement à Tadić et la faute dans la surface qui suit de Clasie sur Shaw. Zlatan prend le ballon et s'offre un doublé sur penalty (2-0, 52e) avant de déployer ses ailes à Old Trafford. On sait maintenant comment il est. Invisible mais présent. Cette deuxième mi-temps est légèrement plus positive, Martial se montre beaucoup plus, Pogba est tout proche d'accompagner ses débuts d'un but de la tête sur corner, alors que Fellaini travaille énormément au milieu.

Côté Southampton, le sentiment se mêle entre l'impression d'avoir la place, à l'image des espaces créés par Nathan Redmond, Long et Tadić, et l'impuissance malgré la nouvelle excellente prestation de Virgil van Dijk derrière. Mourinho lance Herrera et Mkhitaryan, Puel, l'ensemble de ses armes offensives, mais rien ne bouge. Old Trafford peut fêter sa première victoire de la saison, alors que Chris Smalling effectue aussi son retour au cœur du bétonnage des derniers instants du Mou. Deux matchs, deux victoires, le contrat est rempli. La forme, pas encore, dans une saison où gagner avec la manière est maintenant une obligation.


  • Résultats et classement de Premier League

    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 15:23 Rocco Siffredi prend la défense de Ronaldo 159 Hier à 12:37 Wenger est prêt à retrouver du boulot « à partir du 1er janvier 2019 » 36
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall