Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2 finale
  3. // Nantes/PSG (1-2)

Bien le Beaujoire de Zlatan

Un doublé d'Ibrahimovic envoie le PSG au Stade de France, au terme d'un match plus laborieux que le premier quart d'heure ne le laissait présager. Les Nantais ont lutté avec leurs armes, mais doivent s'incliner face au talent du Suédois qui, malgré ses 32 ans, semble dans la forme de sa vie.

Modififié

Nantes - PSG
(1-2)
O. Veigneau (81') pour Nantes , Ibrahimovic (6'), Ibrahimovic (90') pour Paris S-G.


Depuis l'arrivée des investisseurs qataris, le Paris Saint-Germain s'est défait de quelques fâcheuses habitudes : faire des saisons de merde, piquer sa crise de novembre, se planter sur le marché des transferts… Mais il a également mis fin à une tradition locale avec laquelle Nasser Al-Khelaifi aimerait bien renouer : gagner des coupes nationales à n'en plus finir. En perdant sur leur terrain face à Montpellier en Coupe de France il y a une quinzaine de jours, les hommes de Laurent Blanc avaient déjà grillé un joker. Pour éviter de connaître une nouvelle déconvenue à Nantes, le coach à la touillette n'a pas réitéré la même erreur en alignant son équipe type ou presque : Lucas à la place de Cavani, blessé, dans le couloir droit, Douchez dans les buts. Il faut dire qu'on n'a beau être qu'au mois de février, ce match n'est que la dernière étape avant le Stade de France.

90% de possession de balle

Il n'a pas fallu longtemps avant de comprendre que les titulaires parisiens habituels n'étaient pas venus pour sucrer les fraises : après un quart d'heure de jeu, la possession affichait 90% en faveur des joueurs de la capitale, alors en pleine démonstration. Zlatan avait déjà ouvert le score depuis longtemps, d'un nouveau coup de génie. En une touche et du pied gauche, il reprenait un dégagement raté (mais pas catastrophique non plus) de Rémy Riou pour lober le portier canari et placer le cuir dans la lulu. Trente secondes plus tôt, Lavezzi avait trouvé la base du poteau après s'être emmêlé quelque peu les pinceaux. Le gardien local a eu heureusement rapidement l'occasion de se replonger dans son match. Et de se rattraper, en détournant un centre-tir de Thiago Silva à bout portant, puis en gagnant un face à face avec ce croqueur de Lavezzi (29e). En face, il est clair que les Nantais avaient encore en tête la récente Manita encaissée au Parc. Dépité de devoir attaquer à deux contre huit, Bessat a alors envoyé une frappe sans conviction après 32 minutes de jeu. Absolument pas dangereuse, elle fut néanmoins annonciatrice du seul temps fort nantais du premier acte : une tête de Djilobodji sur corner sauvée sur sa ligne par Verratti, qui a eu la bonne idée d'avoir le bras droit collé au corps, avant une chute litigieuse de Djordjevic quelques secondes plus tard.

La fin de la coupe Brandao ?

Bien inférieurs techniquement, les Nantais décidèrent alors de passer en mode « match de coupe » et, quitte à mourir, de le faire avec leurs armes : des coups, des embrouilles et des simulations, histoire de réveiller une Beaujoire pleine à craquer et d'électrifier les débats. Un changement de mentalité qui a eu pour conséquence de ramener dans un premier temps la possession parisienne à un moins humiliant 75-25, puis d'égaliser. Le héros du soir aurait pu s'appeler Olivier Veigneau, qui, en reprenant un centre en retrait du nouvel entrant Nkoudou, a inscrit la copie conforme du but de Rio Mavuba au Parc avant la trêve. Ce sera plus logiquement Ibrahimovic. D'un coup de tête rageur à l'entrée des arrêts de jeu, le Suédois évitera aux siens 30 minutes supplémentaires à quelques jours d'un déplacement délicat à Louis II. Et compte bien faire savoir à Brandao que cette coupe, désormais, lui appartient.

Par Marc Hervez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 21 juin 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 9: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 jeudi 21 juin Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? jeudi 21 juin Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 10 jeudi 21 juin Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 jeudi 21 juin La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou