Zlatan fait sa crise

Zlatan l'a dit. Il est lassé du football. Celui qui a remporté huit championnats consécutifs n'aurait plus « la flamme » . Fin de parcours anticipée, ou stratégie de diversion ?

Modififié
4 0
On connaissait le Ibra content. Le Ibra râleur. Le Ibra rageux. Le Ibra blagueur. Mais il y en a un avec lequel personne n'avait encore fait connaissance. Le Ibra triste. Non pas une tristesse due à un pénalty manqué ou à une élimination en Ligue des Champions. Non. Une vraie tristesse. Un spleen. Presqu'un chagrin intérieur, que même le joueur a du mal à expliquer. Tout semblait pourtant bien aller pour le géant suédois. Champion d'Italie en titre, vainqueur de la Supercoupe d'Italie en août à Pékin, le buteur rossonero est revenu avec les mêmes intentions que la saison dernière. Et la saison d'avant. Et la saison encore d'avant. Du moins, en apparence. Peu avant le début de la saison, Zlatan se blesse. Heureusement, la première journée de Serie A saute à cause de la grève, et le joueur peut donc tenir son rang lors de la seconde journée, face à la Lazio (2-2). Il marque d'ailleurs le but qui relance le Milan AC. Puis c'est la rechute.

Zlatan retourne à l'infirmerie, et voit des tribunes son équipe tenir tête au Barça, puis se faire démonter par le Napoli. Il revient finalement le 28 septembre, face à Plzen, et score pour fêter son retour. Fin des tourments ? Pas vraiment. Car après la défaite face à la Juventus, dimanche dernier, Ibra craque. En conférence de presse, il lâche tout. « Le football ne me brûle plus de l'intérieur comme autrefois. A présent, le football est devenu une routine. C'est un rythme que j'ai assimilé. Je vais sur la pelouse, je m'échauffe, je m'entraîne, et je rentre chez moi. Avant, en revanche, je m'amusais. Il arrivait même que je reste après la fin de l'entraînement, car il y avait toujours quelque chose qui me motivait » assure-t-il devant un parterre médusé. Celui qui fait vibrer les foules ne vibre plus. Les prémices d'un adieu programmé ?

Fatigue chronique

En Italie, évidemment, c'est la stupeur. Certes, depuis toujours, Ibra est clairvoyant: il ne jouera pas jusqu'à 45 ans. Mais là, à 30 ans (célébrés justement il y a cinq jours), il semble tout de même tôt pour les adieux. Crise de la trentaine ? Ce qui inquiète particulièrement les tifosi du Milan AC, qui ont bien conscience que les résultats de leur équipe passent par le salut d'Ibra, c'est que le joueur a l'air sincère. Sincère dans sa démarche. Sincère dans sa tristesse. Et ce ne sont pas les récentes déclarations de Dejan Stankovic, son pote du temps de l'Inter, qui vont les rassurer. « Ses fils vont dans la même école que mes enfants, et de temps à autre nous nous croisons. Effectivement, il y a peu de temps, il m'a dit la même chose : qu'il était fatigué, qu'il n'y arrive plus vraiment. Mais c'est normal qu'à un moment donné, dans ta carrière, tu te sentes plus fatigué. Peut-être est-ce dû au fait qu'il a été blessé, ou qu'il joue, mais je suis sûr que la volonté de jouer reviendra » affirme le Serbe aux micros de Sky Sports.

Fatigue. Le mot revient souvent, aussi bien dans la bouche de Zlatan que des gens qui l'entourent. Le buteur admet de son propre aveu qu'il a « du mal à récupérer après les rencontres » et que les blessures « durent plus longtemps qu'avant » . Effectivement, le joueur a déjà subi deux blessures cette saison, qui ont forcément contribué aux résultats peu glorieux des Rossoneri. D'accord. Mais jusque-là, rien de bien différent des autres joueurs de football qui vieillissent. Oui, sauf que Zlatan, lui, n'a aucune intention d'être comme les autres. Il ne l'a jamais été. Et il ne veut pas qu'on le voie faible car, depuis le début de sa carrière, il a incarné la puissance. La peur de vieillir ? Une interprétation parmi tant d'autres de la mélancolie latente du Suédois.

Stockholm Syndrome

A côté de cela, évidemment, il y a le clan de ceux qui tentent de minimiser l'affaire. En chef de file, Adriano Galliani. Mercredi soir, peu après les déclarations d'Ibrahimovic, l'administrateur délégué lombard dine avec Massimiliano Allegri et passe un coup de fil à son attaquant. Pour obtenir des explications. Les deux ont parlé pendant de longues minutes, suffisamment pour rassurer tout ce petit monde. « Zlatan est très serein, nous avons même ri des interprétations faites après son interview. Il n'y a aucune crise de rejet envers le Milan AC. Je suis même persuadé qu'à son retour, il se replongera donc le travail avec toute la grinta qu'on lui connaît. C'est lui qui va remotiver le Milan AC » . Quelques paroles rassurantes, histoire de passer de la pommade, et surtout de minimiser ces déclarations qui, quoi qu'en dise Galliani, chamboulent l'ambiance à Milanello. Le danger, c'est que naisse une stigmatisation autour du « problème Ibrahimovic » , dans un moment délicat où les Milanais n'ont pas vraiment besoin de ça. Comme le confirme l'actuelle position au classement.

D'autres, en dehors de Galliani, se situent du côté de la thèse de la déclaration un peu maladroite, faite surtout pour justifier un moment de doute. Parmi eux, Giorgio Chiellini, le défenseur de la Juventus, dernier adversaire en date de l'avant-centre nordique. « Je suis convaincu que c'est quelque chose de passager. Lorsque l'on joue à un niveau mondial, on finit toujours par trouver les énergies mentales. Or, lui, c'est quelqu'un qui veut exceller » assure-t-il. Un point de vue partagé par l'agent du joueur, qui assure que les tifosi n'ont rien à craindre, et que Zlatan « prendra sa retraite à 35 ans » . Cinq ans encore à tirer, alors ? A priori oui. Reste à savoir avec quelle envie et avec quel panache. Et surtout, dans quel club ? S'il est évident que le Milan est une grande famille, prête à accueillir les joueurs jusqu'à leur retraite, Ibra, lui, aurait promis de venir terminer sa carrière à Malmö. Dans l'une des villes qui comptent l'un des taux de suicide les plus forts de Suède. Vraiment une bonne solution pour soigner une petite déprime ?

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Kebab connexion
4 0