En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e
  3. // Milan AC/Arsenal (4-0)

Zlatan emporte le vent

En 2008, ce n’est qu’à la toute fin de la deuxième rencontre qu’Arsenal avait pris le dessus sur Milan. Cette fois-ci, un petit quart d’heure aura suffi à Milan pour donner envie aux Gunners de s’inscrire directement en Europa League l’an prochain.

Modififié
Ibrahimovic (10) : Ca valait le coup de se rater pendant des années pour réussir le match que tout le monde attendait de lui en Coupe d'Europe. Le socle du Ballon d’Or lui appartient déjà.

Boateng (9) : Des talonnades, des frappes qui font gamelles. En un match, Kevin-Prince a passé l’envie à son président de recruter Cristiano Ronaldo. Rien que ça.

Van Bommel (9) : Peut-être le plus grand match de sa carrière. Il a du au moins être aussi méchant qu’à l’accoutumée – le milieu d’Arsenal n’ a pas été terrorisé tout seul, hein –. Sauf que là, aucune caméra ne l’a pris la main dans le sac.

Robinho (8) : Van Persinho.

Nocerino (8) : Flamini est rassuré. Même en pleine possession de ses moyens, il aurait chauffé le banc. L’ancien palermitain est en état de grâce, auteur d’une super passe pour Boateng pour l’ouverture du score.

Henry (7) : Une aile de pigeon spontanée qui aurait pu être la passe décisive de l’année. Vu le niveau de l’équipe d’Arsenal ce soir, ça vaut cher.

Abbiati (6) : Il a fait son job, tranquille. Patriote, il a pas pu s’empêcher néanmoins de la faire à l’italienne : il a fait parler ses mains pour signaler une charge de Van Persie sur un de ses défenseurs.

Méxès (6) : Costaud dans les duels, le Français s’est quand même fait prendre de vitesse à un moment par Rosicky. La sonnette d’alarme a sonné très fort chez Laurent Blanc.

Abate (6) : A donné dans le fameux « centre-tir » cher au commentateur de PES, en début de match. E basta.

Antonini (6) : Il a fait son job, tranquille. Patriote, il a pas pu s’emêcher néanmoins de la faire à l’italienne : il a fait parler ses mains pour signaler son incompréhension vis-à-vis de certains décisions arbitrales.

Song (5) : Quasiment aucun duel gagné, aucune bonne passe délivrée. Mais au moins, quand il a fait une grosse faute sur Ibrahimovic, le Suédois n’a pas fait le rebelle. Déjà ça.

Thiago Silva (5) : Il n’a rien eu à faire du match, mais il a quand même ramassé un marron de la part de Van Persie.

Van Persie (5) : Il a eu deux trois occasions, mais n’a pas réussi à en rendre une seule dangereuse. Ah ça, pour avoir de grosses stats en Premier League, il y a du monde.

Pato (5) : A la fin du match du PSG à Dijon, Gameiro aurait lâché : «  moi, en fin de match, j’aurais planté » . Ancelotti a fixé son attaquant mais n’a rien dit. Sur le coup, il ne pouvait pas le contredire.

Sagna (4) : Le terrain, c’est quand même le plus bel endroit pour voir le match. C’est sûrement ce que Bacary s’est dit lorsqu’il trottinait en regardant Ibra déborder et servir Robinho pour le second but.


Gibbs (4) : Il a tenté d’apporter une ou deux fois des solutions devant, naïf. Personne n’a voulu prendre le risque de dédoubler avec lui.

Arteta (4) : A la demi-heure de jeu, il a tenté de feinter Antonini. C’est tout. En même temps, c’est déjà mieux que Ramsey.

Szczesny (4) : Demain, tous les sites de transferts vont annoncer la moitié des portiers de Ligue 1 à Arsenal. Et ça va être crédible. Même pour Gennaro Bracigliano.

Koscielny (3) : Comme tout bon sale môme, Ibrahimovic aime bien commencer par taper un faible du camp d’en face. Ce soir, il s’en est d’abord pris au Français, l’accusant de lui avoir mis le doigt dans l’œil. Comme par hasard.

Vermalaen (2) : Meilleur central de Premier League avec Vidic il y a deux ans, le Belge fait aujourd’hui presque plus pitié que Mertesacker. Lent, hésitant, il a montré que son avenir, c’était bouche-trou au poste d’arrière gauche. Une nouvelle bien plus triste que la mort de Whitney Houston si l’on regarde bien.

Rosicky (1) : A le voir démarrer la rencontre, on pouvait se dire que Wenger était malin. La lenteur du Tchèque ne pourrait qu’accentuer le contraste de la vitesse de Chamberlain au moment de l’entrée en jeu du baby Gunner. Sauf que sur un malentendu, Rosicky est resté tout le match sur le pré. Pour que Wenger ne se rende pas compte de sa bévue, il a par contre bien pris soin de ne rien faire. Comme d’hab'.

Djourou (1) : Violé par Ibrahimovic, le Suisse a fait fi des règles du football pour se venger sur place. Penalty contre son équipe. Et Djourou, c’est pire que Rosicky, il n'est pas en fin de contrat à la fin de la saison.


Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 1
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
À lire ensuite
Marshall Eriksen