1. //
  2. // 2ème journée

Zlatan de retour à Dam'

Parce qu'il n'y a pas que le Real, l'OM ou Manchester United en Ligue des Champions. Non mais...

Modififié
0 5
FC Bâle – Bayern Munich


Un match entre cousins, ou presque. C'est surtout une rencontre pour l'entraîneur de Bâle, le blondinet Thorsten Fink. Son derby pour ainsi dire. Fink a joué six piges en Bavière (1997-2003). Alors forcément, c'est un peu chez lui. Il connaît la maison, la langue, le bordel permanent et les blagues d'Oliver Kahn. Il aura forcément les yeux humides. Le Bayern connaît un nouveau début de saison dégueulasse. Une infirmerie qui manque de lits (Robben, Contento, Ribéry) et surtout une défaite à la maison contre Mayence en Bundesliga. C'est prenable. Du côté de Bâle, tout baigne. Le club vient de trouer le FC Zürich chez lui (4-1) et n'a rien à perdre contre les favoris du groupe. Surtout que Fink compte deux joyaux dans son équipe : Inkoom et Shaqiri.

AS Roma – CFR Cluj


Le cauchemar roumain revient en ville. En 2008, pour le premier match de son histoire en C1, Cluj venait gifler la Roma à l'Olimpico (1-2). Un match qui a laissé des traces. On ne va pas se mentir, en dépit de ce hold-up, les Roumains ne valent pas un kopeck sur le Vieux Continent. Pourtant Cluj a bien démarré en se payant les Suisses du FC Bâle à la maison lors de la première journée (2-1). A l'inverse, la Roma traverse une période délicate. La victoire arrachée dans les arrêts de jeu contre l'Inter ce week-end est un trompe l'œil. Les hommes de Ranieri doutent. Les louveteaux devront se méfier des faux frères. En effet, les Roumains comptent une chiée d'Italiens dans leurs rangs : Felice Piccolo, Roberto De Zerbi et Ferdinando Sforzini. Traitres. A Rome, ils seront châtiés par la patrouille.

Spartak Moscou – Zilina


Dimitri Kombarov est formel, contre l'OM, il « voulait faire un centre et on a eu de la chance car le ballon a été dévié » . Contre Zilina, à la maison, pas besoin de chance. Juste faire le métier. Les Slovènes, qui découvrent la Ligue des Champions, devraient prendre une bonne rouste dans la gueule. Même avec toute l'insouciance d'un bizut, Zilina aura du mal à suivre la cadence des trois autres du groupe. C'est aussi ça l'apprentissage européen.

Ajax Amsterdam – Milan AC


Deux grands noms. Des C1 à la pelle. Des maillots mythiques. Bref, la classe des années 70 contre la rigueur des 90's. Cet Ajax-Milan vaut le détour. D'autant qu'il sera le théâtre du retour d'un certain Zlatan Ibrahimovic à Amsterdam. Là où l'Europe l'a découvert. Le grand Suédois au nez pointu revient par la grande porte dans une arène qui fût, autrefois, entièrement dédiée à sa cause. Depuis, des euros ont coulé sous les ponts et Mister Z n'a pas eu la carrière que son talent semblait lui prédestiner. Un come back qui n'effraie d'ailleurs pas la défense ajacide. Et surtout pas Jan Vertonghen, qui fera son retour dans la charnière centrale néerlandaise. Emmenés par leur capitaine Luis Suarez (mi-buteur, mi-gardien), les Lanciers auront à cœur de marquer leur premier point dans la compétition. Surtout que le Milan AC connaît un début de championnat poussif. Allez, envoyez du rêve messieurs.

Partizan – Arsenal


« J'espère que ce match nous permettra de nous faire un nom dans toute l'Europe » . Mladen Krstajić, capitaine du Partizan, se prend à rêver. Incapables de battre Donetsk, les Serbes aimeraient pourtant faire tomber la machine anglaise. Dans un équipe où les jeunes talents se comptent sur les doigts d'une main depuis les départs de Ljajic et Tosic, la défense sera soumise à un pilonnage constant de la part des canonniers. De son côté, Arsenal aimerait oublier sa déconvenue de samedi (défaite à la maison contre WBA) et plier ce groupe en bois en quatre journées. Après le set de la première journée (6-0 contre Braga), Arsène Wenger a recordé sa Babolat et s'apprête à servir avec des balles neuves.

Braga – Donetsk


Une équipe de mineurs ukrainiens d'origine brésilienne contre une colonie de vacances portugaise. Un match qui devrait autant passionner que l'émission “Ça va se savoir” sur RTL9. Braga, équipe imprévisible au possible, en collera quatre dans un ouragan de folie ou alors, dans un élan de générosité, en prendra six dans le buffet sans en rendre un seul. Bref, un match à l'ancienne.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Zilina, c'est en slovaquie, pas en slovénie.
Zilina, c'est en Slovaquie, pas en Slovénie.
Mathieu F, vos coéquipiers ont décidé de vous éliminer pour vos nombreuses erreurs et fautes de goût, leur sanction est irrévocable
Suarez mi-buteur, mi-gardien... J'aime.
Zilina, c'est en Slovaquie, pas en Slovénie

Mathieu F, vos coéquipiers ont décidé de vous éliminer pour vos nombreuses erreurs et fautes de goût, leur sanction est irrévocable
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Nenê le perce-muraille
0 5