Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Zidane sur la réserve

Des débuts ratés, mais pas à jeter. Tel est le résumé des prémices de Zinédine Zidane sur un banc de touche. Après trois matchs sous la guérite du Castilla, le Français n'a connu que la défaite. Des résultats qui pourraient inquiéter si le fonds de jeu était absent. Ce n'est pas le cas, ouf.

Modififié
Dans le courant de l'année 1975, le Real Madrid Castilla, alors Real Madrid B, a occupé la dernière place d'un groupe de Segunda Division B, la troisième division nationale. Jusqu'à aujourd'hui, c'était la dernière fois que la réserve madridista pointait en queue de peloton des championnats professionnels d'Espagne. Zinédine Zidane n'avait alors que trois ans. Il en a désormais 42 et entraîne cette dite filiale merengue. En trois matchs pour autant de défaites, Zizou a réussi des débuts médiocres sur un banc de touche. En terme de résultats, en tout cas. Car malgré ce zéro pointé au classement, la - très - jeune équipe de l'ancien meneur des Bleus envoie du jeu et laisse espérer un futur loin de la zone de relégation. Pour ce, elle devra imprimer à la lettre les consignes de l'Astro frances – l'un des multiples surnoms de ZZ dans la capitale espagnole - et se débarrasser de foutus sautes de concentration qui ne lui ont fait goûter jusqu'à présent qu'à la défaite. À l'instar de son coach, le Castilla apprend. Mais jusqu'à quand ?

Des minots en manque de padre


Alors que son nom a un temps circulé du côté du Haillan, Zinédine Zidane a préféré rester au bercail cet été. Le challenge du Castilla n'en reste pas moins compliqué. Après une descente du second vers le troisième échelon national, la réserve madrilène doit remonter à hauteur de celle du Barça. D'une, car le Real reste le Real, autrement dit un club qui se doit de figurer tout en haut du panier, question de standing. Et de deux, pour que les jeunes pousses du club s'aguerrissent dans un championnat qui laisse la part belle au jeu. Comme ce qui se fait en France, le National espagnol – divisé en plusieurs groupes selon la région du club – est un championnat dense qui regorge d'équipes de vieux briscards. Dans cette division, le toque est une inconnue, la roublardise une force. L'effectif du Z regorge de jeunes pépites de la Fábrica, mais elle a perdu ses valeurs sûres. Suite à la descente de mai dernier, les cadres du groupe se sont fait la malle. Plus que du talent ou une mise à niveau, Zidane doit apporter assurance et offrir de l'expérience à ses minots.

Dimanche 24 août, à la mi-journée, le centre d'entraînement de l'Atlético de Madrid fait salle comble. Pour ses débuts officiels sur un banc, Zinédine Zidane affronte la réserve des Colchoneros. Séduisante, l'équipe coachée par le Français aime la possession et un positionnement haut. Les latéraux sont résolument offensifs, les attaquants mobiles et les sorties de balle propres. Après une demi-heure de domination, Raúl de Tomas offre un avantage mérité au Castilla. En deuxième mi-temps, patatras : les jeunes du Real sont étouffés par la pression et le jeu plus agressif de l'Atlético. Incapables de répéter les belles phases du premier acte, les minots blancs se font bouffer tout cru. En deux coups de boutoir, ils perdent leur avantage (score final 2-1). Sur son banc, Zinédine Zidane, toujours debout, casquette vissée sur le crâne, trépigne et s'agace du manque de concentration des siens. À quelques centimètres du terrain, il semble vouloir entrer sur le pré. Trop fébriles, trop « joueurs » , ils perdent leurs moyens et concèdent une première défaite. Le premier revers de Zidane l'entraîneur.

Jeu ouvert et portes fermées


Les deux rencontres suivantes, à domicile face à Getafe B (1-2) et sur la pelouse de Fuenlabrada (1-0), connaîtront le même scénario : un stade comble pour apercevoir l'idole, une domination madrilène, des sautes d'humeur défensives et un ZZ toujours aussi actif dans sa zone technique. Bilan, trois défaites en trois matchs. Au-delà de ces résultats négatifs, tout n'est pas à jeter. Sur le strict plan du jeu, l'équipe du Marseillais a les idées claires. Trop tendre, elle doit apprendre à gérer temps fort et temps faible, à dégager loin devant s'il le faut et ne pas partir à l'abordage. Cette concentration défectueuse agace Zidane et offre au Castilla le bonnet d'âne du groupe II de Segunda B. De fait, le Real Madrid ferme les portes aux médias. Depuis le début de saison, pas un point presse, pas une zone mixte ouverte. Le club offre du temps à son entraîneur et le protège, un peu trop d'ailleurs, murmure-t-on aux alentours du club. Malgré ce début de saison pourri par les revers, ZZ garde la confiance de son président. Florentino Pérez, qui rêve que l'on se souvienne de lui comme « le président qui a ramené Zidane au Real » . Après trois petites journées de championnat, son Castilla inquiète les comptables, mais rassure les esthètes. Il s'agirait désormais de contenter tout le monde pour évacuer les quelques doutes qu'ont semés les défaites.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17