Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 36 Résultats Classements Options

Zidane, ou comment partir comme un roi

3 Ligue des champions, 1 Liga, 2 Supercoupe d'Europe, 1 Supercoupe d'Espagne, 2 Mondial des clubs, voilà ce qu'a rapporté Zinédine Zidane au Real Madrid en deux saisons et demie passées sur le banc des Merengues. C'est peu dire que le technicien français a réussi son baptême de coach, même si tout n'a pas été parfait, et notamment cette saison où le double Z a été très légèrement bousculé par le public du Santiago Bernabéu, qui pleure désormais son départ.

Modififié
C’est une annonce qui a fait l’effet d’une bombe. « J'ai pris la décision de ne pas poursuivre la saison au poste d'entraîneur du Real Madrid. » Alors que les supporters du Real Madrid craignaient un départ de Cristiano Ronaldo, à la suite de ses déclarations au soir de la finale de Ligue des champions, c’est finalement Zinédine Zidane qui a pris le monde entier de court en annonçant sa démission 879 jours après sa nomination, et cinq jours après son succès face à Liverpool en C1 (3-1). Une victoire qui a entériné la décision de l’international français, soucieux de quitter le navire au sommet, et qui a avoué à demi-mot que sa décision aurait pu être différente en cas de défaite face aux Reds.

Le trois à la suite en Ligue des champions


Arrivé au chevet du Real Madrid le 4 janvier 2016, le double Z a vite compris que la C1 était la seule issue pour sauver la saison des Merengues. Bingo, une remontada signée CR7 face à Wolfsbourg en quarts de finale, et une victoire aux tirs au but en finale contre l’Atlético et voilà Zinédine Zidane qui ramène, deux ans après, le Real sur le toit de l’Europe. Le début de l’hégémonie. C’est bien simple, les deux saisons suivantes, les coéquipiers de Sergio Ramos auront tremblé, notamment face au Bayern Munich – en quarts de finale en 2017 (1-2, 2-4 après prolongation) et en demi-finale cette saison (2-1, 2-2) –, mais aussi face à la Juventus lors d’un quart de finale à rebondissements en avril dernier (0-3, 3-1), mais n’auront jamais cédé. Des scénarios shakespeariens qui ont toujours été à l’avantage du Real, et de Zinédine Zidane qui a rejoint Bob Paisley et Carlo Ancelotti au rang des entraîneurs avec le plus de succès en C1 après sa victoire contre Liverpool.

Un vestiaire conquis


Mais, plus que pour neuf trophées remportés – sur quatorze en jeu – sur le banc du Real Madrid, c’est dans le vestiaire que le bilan de Zizou est quasi parfait. Proche de ses joueurs qu’il défend bec et ongles, à la manière de Carlo Ancelotti, Zidane a su se faire respecter et faire entendre son discours. En acceptant parfois de sortir en cours de jeu ou d’être laissé au repos face aux « petites » équipes du championnat, Cristiano Ronaldo en est d’ailleurs la preuve ultime. En bon capitaine, Sergio Ramos n’a pas attendu longtemps avant d’envoyer son tweet élogieux à son ancien coach : « En tant que joueur et entraîneur, tu as décidé de dire au revoir au sommet. Merci pour ces deux années et demie incroyables. Ton héritage ne sera jamais effacé, c’est l’un des chapitres les plus réussis de l’histoire de notre bien-aimé Real Madrid. » Car oui, en plus des trois C1, Zidane a ramené dans l’armoire à trophées deux Supercoupe d'Europe, une Supercoupe d’Espagne, deux Mondial des clubs et une Liga, remportée la saison dernière, notamment grâce à l’appui des habituels remplaçants, dont Álvaro Morata et James Rodríguez qui ont cruellement manqué cette année.

La défaite contre Leganés comme élément déclencheur ?


Mais Zidane le sait mieux que quiconque, même les plus belles histoires d’amour présentent quelques zones d’ombre. Et celle entre l'ancien Cannois et le Real Madrid n’a pas échappé à la règle. Mauvais départ en championnat, second de sa poule de Ligue des champions derrière Tottenham, fessé par le Barça en championnat au Santiago Bernabéu (0-3), le Real Madrid a beau terminer l’exercice actuel sur une bonne note et avec quatre trophées dans la besace, les supporters n’ont pas apprécié voir le Barça terminer la saison avec 17 points d’avance en Liga, et encore moins l'élimination en quarts de finale de Coupe du Roi face à Leganés en janvier (1-0, 1-2).


Une élimination qui a peut-être été le déclic de la décision de Zidane, qui a répété à plusieurs reprises lors de sa conférence de presse d'adieu que cette élimination au Bernabéu reste son « pire souvenir » , avant d’ajouter
« Que vais-je leur demander de plus, avec tout ce qu’ils ont déjà fait avec moi ? »
: « À un moment donné, il faut savoir aussi s’arrêter. Je pense que ce club a besoin de continuer à gagner, et avec moi, ça aurait été compliqué. Il y a eu des moments difficiles, en Copa par exemple, des moments que je n’oublie pas. L’histoire de ce club est très grande et nous pousse à demander aux joueurs toujours plus, mais il arrive un moment où... Que vais-je leur demander de plus, avec tout ce qu’ils ont déjà fait avec moi ? C’est pour cela que je pense qu’ils ont besoin d’un autre discours. »


Une fin de cycle ?


À en croire les dires de Zinédine Zidane, son départ est une manière d’anticiper une fin de cycle dont il détecte les premiers signaux. Une fin de cycle qui pourrait voir le départ de plusieurs joueurs cadres, à l’image de Karim Benzema, Gareth Bale, mais aussi Cristiano Ronaldo qui laisse planer le doute sur son avenir depuis quelques jours. Une fin de cycle qui pourrait donner lieu à une nouvelle page des Galactiques avec l’arrivée de nouvelles stars dans la capitale espagnole comme c’est la coutume pour Florentino Pérez à chaque mercato estival qui suit une Coupe du monde. Le Real Madrid n’en est pas encore là, et n’en sera peut-être jamais là si un nouveau coach arrive à prendre le relais de Zidane en s’appuyant sur les mêmes bases que le Français. Mais, la dernière fois que Zizou a quitté le Real Madrid au sommet de son art, les Merengues ont dû attendre cinq ans, et l'arrivée de José Mourinho pour goûter à un nouveau quart de finale de Ligue des champions. Sans parler de l'Euro 2008 et la Coupe du monde 2010 de l'équipe de France après la retraite de son numéro 10.



Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 2 heures Un match de Liga prochainement joué aux States 46
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 18:15 Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 12 Hier à 17:45 Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 28 Hier à 17:00 La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9 Hier à 16:40 Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 18 Hier à 15:15 Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 Hier à 14:35 À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5