Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Juventus-Real

Zidane, né pour entraîner ?

Il a fait rêver les amateurs de football en tant que joueur. Et depuis 18 mois, il a désormais convaincu les observateurs qu'il avait une réelle étoffe d'entraîneur. Dans quelques jours, il pourrait même entrer une deuxième fois dans la légende en gagnant la Ligue des champions pour la seconde fois de suite. Le Zidane entraîneur va-t-il, à terme, faire oublier Zidane le joueur ?

Modififié
Samedi 3 juin, sur les coups de onze heures – ou de minuit si le plaisir dure –, Zinédine Zidane entrera peut-être un peu plus dans l'histoire du football. Conserver son titre en Ligue des champions, personne ne l'a fait depuis Arrigo Sacchi avec son grand AC Milan en 1990. Le mage de Fusignano avait déjà une décennie de coaching dans les pattes et trois saisons à la tête de la Formule 1 lombarde. Zizou, quant à lui, pourrait réaliser l'exploit alors que dix-huit mois en arrière, il entraînait la Castilla du Real Madrid et n'avait pas encore convaincu le monde du ballon rond de sa fibre d'entraîneur. Predrag Mijatović, dans une interview à l'AFP, a parlé d'un potentiel « immense entraîneur » d'ici samedi. Victoire ou pas, une évidence s'imposera déjà : Zidane a été un joueur d'exception, il est déjà un entraîneur crédible pour le plus haut niveau. Ce qui pour Guy Lacombe, désormais à la DTN, est avant tout le fruit d'une personnalité vouée à tout réussir, quel que soit le domaine. « Yazid (prénom par lequel il était appelé à l'AS Cannes en début de carrière, ndlr), c'est avant tout une réussite humaine. Quand il était jeune, ce n'était pas évident de le voir devenir entraîneur, il n'y pensait pas et c'est pour cela qu'il a réussi à le devenir avec succès ensuite. »

Buffon et Zidane, le respect mutuel

Car l'ancien 10 des Bleus a profité à fond de chaque étape de sa vie, et a ainsi su se construire humainement selon son ancien coach à Cannes. « Il a fait sa carrière de joueur sans penser à l'après, il a ensuite pris le temps de penser à cet après. » Et si le voir sur un banc n'était pas une évidence « comme pour Deschamps ou Blanc » , Zidane a toujours eu les prédispositions mentales pour apprendre. « C'est une éponge, il sait apprendre de tout ce qui lui arrive, de tous ceux qu'il rencontre, alors il a appris un maximum au contact de Mourinho ou Ancelotti. Et, à côté, il a également eu l'humilité de commencer par la Castilla du Real quand certains anciens joueurs exigent un gros club de suite. Lui a eu l'humilité de partir de plus bas. » Quelques mois, le temps de profiter des déboires de Rafa Benítez sur le banc de la Maison-Blanche et d'entrer en pleine lumière, sans transition entre les divisions inférieures espagnoles et la Ligue des champions.

Le rayonnement de Ronaldo, la touche Zidane


Mais, entre les jeunes de la réserve madrilène et les stars de son équipe première, Zidane n'a pas eu de problème d'acclimatation. Tout simplement « parce que déjà étant joueur, il se mettait en valeur en se mettant au service de son équipe, il était dans une démarche collective. Ce qui fait que logiquement, il sait gérer un groupe » . Pour Lacombe, la patte du coach Zidane se voit d'ailleurs dans le rayonnement de Cristiano Ronaldo dans les matchs clés de Ligue des champions cette saison : « C'était son style comme joueur, et il a su convaincre Ronaldo de se préserver sur certains matchs pour garder de la force sur les grands moments. Il avait aussi la légitimité pour le faire, même pour lui prodiguer des conseils sur ses gestes techniques, ses mouvements, car tout ça, il l'a réalisé joueur. » Aujourd'hui fort d'un titre de champion d'Espagne qui fuyait Madrid depuis 2012, Zidane a clairement dépassé l'image du type chanceux au bon endroit au bon moment. Ce qu'il n'a d'ailleurs jamais été à en croire Guy Lacombe. « Ceux qui ont dit "il a eu de la chance de remporter la C1", c'est une hérésie. Entraîner le Real, c'est plus difficile que n'importe quel club, chaque erreur peut être fatale, le vestiaire est très compliqué à tenir. Lui a su gérer les moments difficiles avec beaucoup de maîtrise et de sérénité. » Parce qu'il a notamment su s'impliquer à juste mesure, et aussi s'entourer. « Eric Bettoni pour Yazid, c'est comme Jean-Louis Gasset pour Laurent Blanc. Ce sont deux personnes différentes et complémentaires, d'ailleurs pour Zidane, ce n'est pas Zidane tout seul, mais bien un duo Zidane/Bettoni, c'est comme ça qu'eux deux le voient et veulent le vivre. »

« L'équipe de France, cela arrivera un jour pour Zidane »


Intelligent, compétent et charismatique, Zidane a également gagné la bataille de la crédibilité, quoi qu'il arrive samedi à Cardiff. Si bien que les fantasmes d'hier deviennent des perspectives réalistes aujourd'hui. « L'équipe de France, je pense que cela arrivera un jour pour Zidane, assure Lacombe. Deschamps fait du bon boulot, mais il partira à un moment ou un autre – sur une bonne note j'espère –, et à ce moment-là, la meilleure chose pour le football français, ce sera que Yazid prenne la suite en équipe de France. » Mais chaque chose en son temps. Pour le futur proche, Zidane va devoir se frotter à un écueil de taille, son ancienne écurie la Juventus de Turin, revenue à son meilleur niveau cette saison. « C'est clair que c'est un sacré défi pour Zidane, on va avoir une idée supplémentaire de jusqu'où il peut aller. Cela va être difficile, très difficile pour lui, mais je pense qu'à Turin, ils doivent se dire la même chose aujourd'hui : cela va être dur d'affronter l'équipe entraînée par Zidane. » Ce qui est déjà une énorme victoire.



  • Profitez de nos bonus et pariez sur la finale de Ligue des champions



    Par Nicolas Jucha Propos de Guy Lacombe recueillis par NJ.
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Finale de la Ligue des Champions
    Juventus - Real Madrid




    Dans cet article


    jeudi 21 juin 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
    Partenaires
    Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Podcast Football Recall Épisode 9: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 jeudi 21 juin Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? jeudi 21 juin Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 10 jeudi 21 juin Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 jeudi 21 juin La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou