Zidane, le pompier de Florentino

Appelé en urgence pour prendre la relève de Rafa Benítez, Zinédine Zidane rend un immense service à Florentino Pérez en lui ramenant un semblant de paix sociale. Un pari déjà gagnant auprès de l’aficion madridista qui doit désormais se traduire par un jeu envoûtant. Et des titres, forcément.

Modififié
2k 130
Les mimiques restent les mêmes, seuls l’audience et le théâtre diffèrent. Et le message, aussi. « Zidane sera l’entraîneur du Real Madrid, mais il ne remplacera pas Rafa Benítez » , clame ainsi Florentino Pérez sur les ondes de la Cadena Ser en ce 18 décembre. Une affirmation dont il faut, deux semaines plus tard, supprimer la seconde partie. Car après deux succès moribonds face au Rayo Vallecano et la Real Sociedad, puis un dernier faux pas sur la pelouse de Mestalla, Rafa Benítez n’occupe plus le poste d’entraîneur du Real Madrid. Depuis ce lundi, et une officialisation aux alentours de 20h, Zinédine Zidane prend sa relève sous la guérite du Santiago Bernabéu. En soi, la fin d’un secret de Polichinelle qui commence dès le licenciement de Carlo Ancelotti en mai dernier. Déjà en pole pour prendre les commandes de l’équipe première, l’adjoint de l’Italien reçoit alors une fin de non-recevoir de la part du président merengue. Un principal mandataire aujourd’hui contesté par ses propres socios qui, en intronisant la légende Zidane, espère retrouver une certaine paix sociale auprès de son aficion. En attendant mieux.

Zidane remplace Benítez au Real !

Florentino Pérez : « Aujourd’hui encore, on me remercie de l’avoir recruté »


Ce climat apaisé, Florentino Pérez en rêve chaque nuit. Et il le sait mieux que quiconque, son meilleur allié pour rendre au Madridismo son unité s’appelle Zinédine : « Aujourd’hui encore, dans la rue, des gens m’arrêtent pour me remercier d’avoir recruté Zidane. Il a été mon joueur le plus emblématique, sur lequel j’ai misé, et a changé l’histoire. » Dans le dictionnaire merengue, l’histoire tourne autour des Ballons d’or et de la Ligue des champions. Une compétition que le Marseillais offre dès sa première saison blanche d’une reprise insensée face au Bayer Leverkusen. Treize ans plus tard, pour la conquête de la Décima, il n’est qu’à quelques mètres du pré, lui l'adjoint de Carlo Ancelotti. Bref, dans l’esprit des supporters madridistas, Zinédine Zidane renvoie à des heures glorieuses et est le digne héritier de sa majesté Alfredo Di Stéfano, fer de lance des cinq premières Coupes d’Europe madrilènes. Autrement dit, une figure quasi divine que personne, ou presque, n’ose critiquer. Et ça, Florentino Pérez, chafouin comme jamais avec une presse si influente, le sait.

Avant ce 4 janvier 2016 et son intronisation sur le banc merengue, Florentino Pérez laisse pourtant son temps au double Z. Pour preuve, il ne retrouve le Real Madrid que trois ans après sa retraite sportive. En 2009, alors sans casquette dans l’organigramme de Chamartin, il devient conseiller spécial du président. Un rôle flou qui lui permet de reprendre pied dans l’institution favorite des Espagnols. De même, il peut suivre les matchs de Ligue des champions depuis le banc de touche, ce qui presse l’omnipotent José Mourinho à le renvoyer dans les offices. La suite de son apprentissage l’emmène des salles de cours de Limoges aux terrains de Clairefontaine. Pour autant, tel un aimant, il revient toujours dans sa casa madrilène. Certain de vouloir faire carrière sur le banc de touche, Florentino Pérez lui offre alors le poste de second adjoint de Carlo Ancelotti derrière Paul Clément. L’Italien, qui a déjà eu sous ses ordres le Marseillais, en fait son relais auprès d’un groupe dont il connaît tous les anciens. Idem, il sert de passerelle entre cette vieille garde et la jeunesse dorée emmenée par Jesé et Varane.

Zidane et le fol espoir d’un Guardiola merengue


Son apprentissage d’un an auprès de Carlo Ancelotti effectué, Zinédine Zidane décide de sauter le pas. Aux bruits de couloir qui l’envoient du côté de Bordeaux, lui préfère prendre son temps et relève le défi de prendre en main la réserve madridista. Une mission que le quidam estime facile, mais qui se retrouve bien plus complexe. À la tête d’un Castilla rajeuni et descendu au troisième échelon national, il propose un jeu ambitieux qui ne trouve grâce aux yeux des fous de mathématiques. A contrario, son début de second exercice est une franche réussite : avec un effectif toujours plus juvénile, il fait de la réserve merengue un candidat à la montée. Ce, jusqu’à sa nomination sous la guérite du Bernabéu. Plus qu’une paix sociale déjà acquise, Florentino Pérez rêve follement d’une réussite à la Guardiola pour sa poule aux œufs d’or. « Entraîneur, je veux que mon équipe joue au ballon. Je veux la possession et un jeu basé sur des passes rapides, à deux, trois touches. L’idée est d’arriver très vite devant le but adverse, mais d’arriver en nombre. » Un discours de ZZ qui plaît, reste à savoir s’il permet de gagner.




Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Moi je crois en toi zizou !! Tu m'a fais bander joueur, tu vas m'faire bander entraineur c'est certain !!
Fais nous rêver Zinédine.
Un job à haut risque pour lui mais il sera très bien entouré avec Scolari. Il faut souhaiter bonne chance à notre Zizou national. C'est le job de sa vie, les vipères peuvent la fermer.
Arsène's Way Niveau : DHR
Ca me hérisse les poils d'excitation, j'espère vraiment qu'il va y arriver
Midnight_City Niveau : DHR
Prendre le Real en cours de saison, je suis pas certain que ce soit la meilleure chose mais bon ...

Il a une idée et un projet de jeu ambitieux, maintenant je suis pas certain que le Real Madrid DE FLORENTINO PEREZ soit le club le plus indiqué pour ça
Kit Fisteur Niveau : Loisir
Purée Zizou entraîneur du Real... Flash-back, retour 10 ans en arrière... Ca allait forcément arriver un jour mais, ça fait remettre beaucoup d'images en tête...

Allez Zizou, montre qu'on peut gagner la LDC aussi bien en tant que joueur que en tant qu'entraîneur ! ;)
*Merde,ils ont même pas attendu le 1er Avril!!!
Vache! Je ne m'y attendais pas! Je pensais que Benitez tiendrait jusqu'à la fin de saison!

Zidane! Ça doit faire rêver la meringue.

Perso, je trouve ça assez dingue!

Finalement, pourquoi pas?
Je ne vois pas Zidane être prêt pour ça. Il a galéré avec le Castilla la saison dernière, et si son aura lui assurera le respect du vestiaire à court terme, ça risque fortement de se déliter ensuite.
Pour moi (je peux très bien me tromper), il n'a pas la trempe d'un entraineur... caractère trop effacé. Et tactiquement, pas convaincu du tout qu'il puisse remplir le rôle qui est désormais le sien.

Advienne que pourra.
souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
Quelle nouvelle !!! Couillu le Zizou, hâte de voir
Peut être pas une si mauvaise idée finalement.

Zidane était réclamé par le public puis a eu le temps de se faire la main avec la castilla. Aujourd'hui il aura en main un effectif avec lequel il s'entend, qui l'apprécie et le respecte.

Et ce changement permet à Perez de virer Benitez sans bouleverser l'équipe avec l'arrivée d'un coach "étranger" devant apprendre à gérer les melons des uns et des autres tout en ayant à modifier le staff.

Et puis zizou, t'as eu le temps d'apprendre à l'ombre d'Ancelotti puis avec la réserve, c'est le moment d'être sur le devant de la scène en tant qu'entraineur.
steven.mugiwara Niveau : DHR
Elle est là, la première grosse info de 2016 !
Pinedhuitre22 Niveau : DHR
Entrainer le Real quand on a le QI d'une huitre c'est pas mal!

Good luck Zizou j'espère me tromper.
Le cadeau empoisonné par excellence pour commencer sa carrière d'entraîneur.
Peut-être le poste au monde où tu as le moins le droit à l'erreur.
Avec un président qui pense plus au marketing qu'au sport et un effectif qui malgré toutes ses individualités possède de gros manque: un vrai 6 et au moins un deuxième 9 pour faire souffler Benzema, je lui souhaite bon courage, mais ça semble extrêmement relevé comme défi pour un premier poste en équipe une.

Qu'il me fasse mentir pour mon plus grand plaisir!
Guardiola et Enrique étaient dans la même situation, pour le succès que l'on connaît. Solari s'occupera de la tactique, Zidane aura un rôle de manager, plus en tant que motivateur. Son aura fera la reste.
Un peu de romantisme! Croyez-y bordel!
Notte Zizou manager du plus grand club du monde, que demander de plus?
J'ai du mal à voir en lui le nouveau Guardiola mais il est trop tôt pour juger. Il n'est pas très non communicant mais on ne peut nier l'aura naturelle qu'il dégage par son passé de joueur.
Par contre si ça foire Perez sera en première ligne et j'espère que les socios feront le nécessaire pour convoquer des élections anticipées et le dégager!
*Bon communiquant
Carpet crawler Niveau : DHR
Hahahahaha
J'adore!!!
Le Real: Plus qu'hier et moins que demain
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 130