1. // En route vers l'Euro
  2. // Top 100 France
  3. // n°2

Zidane, homme de grands rendez-vous

S'il n'a jamais eu les statistiques de Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi, Zinédine Zidane n'en reste pas moins considéré comme l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du foot. Parce qu'il était beau à voir jouer, mais aussi parce qu'il choisissait les meilleurs moments pour briller.

1k 144

17 août 1994 : première sélection contre la République tchèque


L'équipe de France doit se reconstruire après le traumatisme de France-Bulgarie. Pour palier l'absence de Youri Djorkaeff, Aimé Jacquet mise sur le meneur de jeu de Bordeaux afin d'affronter la République tchèque au Parc Lescure. Les Bleus souffrent et sont menés 2-0 lorsque Zidane entre en jeu à la place de Corentin Martins. Au micro, Thierry Roland ne croit pas si bien dire lorsqu'il évoque « le début, peut-être, d'une très belle aventure » . Alors que le numéro 14 rate quelques passes et ne peut révolutionner le jeu des Bleus, qui ne se créent aucune occasion, le vent tourne à cinq minutes du terme. Lancé dans l'axe, Zidane se défait de deux joueurs et balance une frappe du gauche qui trompe Kouba. Deux minutes plus tard, il égalise de la tête sur un corner de Jocelyn Angloma. Un retournement improbable que l'intéressé commente alors avec une simplicité déconcertante face caméra : « Je pense un peu à ma femme qui est enceinte tout juste de deux mois, c'est à elle que je dédis un peu le match, et un peu à ma famille. C'est beau, c'est magnifique en fait. Cela ne m'était jamais arrivé de marquer deux buts dans un seul match, toutes catégories, que ce soit cadets, minimes, espoirs... » Il remettra un doublé un peu plus tard dans sa carrière.


12 juillet 1998 : deux buts en finale de Coupe du monde


Il a été passeur décisif contre l'Afrique du Sud sur l'ouverture du score de son pote Christophe Dugarry. Un corner, tout simplement, coupé de la tête par l'attaquant formé à Bordeaux. À part ça ? Zidane a pris un rouge pour s'être essuyé les crampons sur un « enculé de Saoudien » , dixit ses propos volés dans le documentaire Les Yeux dans les Bleus. Trop peu pour pouvoir prétendre être un homme clé du parcours français. Laurent Blanc admet l'avoir prévenu : « Zizou, si tu veux choisir ton match pour être décisif, il n'y a pas mieux que la finale. » Message reçu, sur deux corners en première période, le meneur de jeu français place sa tête. Suffisant pour lui valoir un statut de héros national, sa tête sur l'Arc de Triomphe et le Ballon d'or à la fin de l'année civile. Comme quoi, le sens du timing cela paie, et bien.


Le chef-d’œuvre de l'Euro 2000


Plus qu'un match, un tournoi où Zidane a été au-dessus, comme pour éloigner les doutes quant à son statut de grand joueur. Et décrédibiliser toutes les théories qui feraient de lui un joueur plus agréable qu'efficace. L'Euro 2000, c'est le moment de grâce de Zidane, décisif contre l'Espagne d'un coup franc sublime, ou contre le Portugal, match au cours duquel il a le cran de frapper le penalty en or pendant la prolongation. Il n'est pas décisif en finale ? Le paradoxe qui confirme la légende, car deux ans plus tôt, il avait sauvé un Mondial discret avec ses deux coups de tête en finale. En fin d'année, le Ballon d'or lui tend les bras, mais deux mauvais gestes en Ligue des champions lui coûtent la première place, attribuée à Luís Figo qu'il avait battu en demi-finale de l'Euro. Les coups de sang en revanche, cela coûte cher.


15 mai 2002, le chef-d’œuvre de Glasgow


Meilleur joueur français du moment, symbole des champions du monde et d'Europe, Zinédine Zidane traîne presque une réputation de loser en clubs. Contrairement à Didier Deschamps, Bixente Lizarazu ou encore Marcel Desailly, lui n'a jamais soulevé la coupe aux grandes oreilles. Pire, il a échoué deux fois en finale avec la Juventus. Son transfert au Real Madrid, où il est le second Galactique après Luís Figo, c'est aussi l'opportunité de conquérir ce dernier Graal. Déjà buteur en demi-finale contre le FC Barcelone, « Zizou » sort à nouveau de sa boîte juste avant la pause de la finale contre le Bayer Leverkusen. Roberto Carlos, servi par l'élégant Solari, déborde à gauche, tente un mélange centre/chandelle. Oublié à l'entrée de la surface, le Français prend le temps de se placer et d'envoyer - lui le droitier - une reprise de volée du gauche. Qui entre simultanément sous la barre et dans les annales du football européen. Où comment étoffer son palmarès et sa légende en un seul geste.


13 juin 2004 : il retourne Beckham et l'Angleterre


Entrée en matière de la France à l'Euro 2004. L'occasion pour Zinédine Zidane et David Beckham, partenaires au Real Madrid, de voir qui est le plus galactique. La première période donne l'avantage à l'Anglais, passeur décisif pour Frank Lampard. En réalité, le meneur de jeu français attend le money time pour la mettre à l'envers au beau gosse anglais. Dans les arrêts de jeu, il enchaîne un coup franc petit filet et un penalty offert par Steven Gerrard et Thierry Henry. Zizou lâche une galette sur la pelouse avant le coup de pied de réparation décisif, mais assume néanmoins son rôle. En quelques minutes, il a renversé l'Angleterre et confirmé qu'au-delà d'un talent hors norme, il a des nerfs d'acier. L'estomac en revanche...


Coupe du monde 2006, la sortie presque parfaite


Avant le début de la compétition, Zidane l'annonce clairement : « Je peux faire sept matchs. » En clair, même s'il prend sa retraite après le Mondial, le meneur de jeu ne vient pas pour faire un tour d'honneur, mais bien pour braquer le trophée. Un an plus tôt, il était encore retraité international depuis l'Euro 2004. Mais il sait trop bien que l'opportunité de jouer une Coupe du monde ne se refuse pas, surtout quand on a la chance de pouvoir décider ou non d'être dans la sélection de Raymond Domenech. Peu en vue au premier tour, suspendu pour le match décisif contre le Togo, Zizou finit son échauffement au meilleur des moments : après le barbecue collectif des Bleus et avant le premier match à élimination directe contre l'Espagne, qui prévoit déjà son « jubilé » . Au final, la Roja se prend un 3-1 avec Zidane comme dernier buteur. Et preuve que le vieux en a encore sous la semelle, il sort l'une de ses plus belles prestations en Bleus contre le Brésil au tour suivant, à tel point que feu Thierry Gilardi s'enflamme et assure « qu'il ne peut pas s'arrêter à ce niveau-là » . Buteur contre le Portugal - et ainsi vainqueur de la revanche contre son coéquipier Luís Figo - il s'offre même le luxe de tenter une panenka en finale contre l'Italie. Qui sait ce qu'il se serait passé s'il n'avait pas enfoncé son crâne dans le thorax de Marco Materazzi ? Zidane a échoué dans sa quête d'une seconde Coupe du monde, mais a réussi à quitter sa peau de footballeur au plus haut. Personne ne pourra lui enlever.


Cela aurait pu être mentionné :


Son but magistral à Séville en huitièmes de finale de la Coupe de l'UEFA 1996, ses deux passes décisives pour Christophe Dugarry contre l'AC Milan en quarts de finale retour de la Coupe de l'UEFA 1996, son premier but avec la Juventus contre l'Inter Milan en octobre 1996, sa prestation à Wembley pour la victoire des Bleus contre l'Angleterre en novembre 1999, sa performance contre l'Ajax Amsterdam en demi-finale de la Champions 1997, son but pour sa dernière à Santiago Bernabéu le 7 mai 2006 contre Villarreal...

Par Nicolas Jucha

Dans cet article

Johnny Decker Niveau : DHR
Putain, vous avez osé!

Mais vous êtes de grands malades So Foot!
Master of footix Niveau : Loisir
Note : 3
Platini
Ballon d'or France Football : 3 :
1983, 1984, 1985 (Juventus Turin)
Vainqueur de la Coupe des Confédérations : 1 :
1985 (FRANCE)
Vainqueur de l'Euro : 1 :
1984 (FRANCE)
Vainqueur de la Coupe Intercontinentale : 1 :
1985 (Juventus Turin)
Vainq. de la Supercoupe d'Europe : 1 :
1984 (Juventus Turin)
Vainqueur de la C1 : 1 :
1985 (Juventus Turin)
Vainqueur de la C2 : 1 :
1984 (Juventus Turin)
Champion de France : 1 :
1981 (Saint-Étienne)
Champion d'Italie : 2 :
1984, 1986 (Juventus Turin)
Meilleur buteur du Champ.d'Italie : 3 :
1983, 1984, 1985 (Juventus Turin)
Vainqueur de la Coupe de France : 1 :
1978 (Nancy)
Vainqueur de la Coupe d'Italie : 1 :
1983 (Juventus Turin)
Finaliste de la C1 : 1 :
1983 (Juventus Turin)
Finaliste de la Coupe de France : 2 :
1981, 1982 (Saint-Étienne)

Merci, au revoir !
didier gomis Niveau : CFA
Note : -2
Message posté par ajde59
Zidane numéro 1 : parce que les 2 coups de tête en 98, parce que le doublé en 2000 avec une performance XXL des bleus durant tous le tournoi, parce qu'une demi légendaire contre le Portugal de Figo où il est magistral, parce sans un arrêt de Buffon sur une tête dans la prolong' on aurait meme pas ce débat en ce moment, parce qu'il a envoyé les Espagnolsà la casa alors qu'ils voulaient nous le mettre à la retraite, et c'était un putain de pied parce que le match suivant c'était une parenthèse hors du temps quand il a ridiculisé le Brésil tout entier un soir de Juillet 2006, parce que 2004 où il a sauvé la France contre les Anglais, parce que 2005 quand on était au fond du trou et qu'il est revenu comme le messie, parce que meme pas besoin d'ennumérer toutes ses exploits en club tellement qu'il nous a donné d'émotions en Equipe de France.


Parce que Zizou flottait dans les airs, il avait le foot qui giclait de partout, le mec était en nage dès la 5è minute et dansait dansait autour du ballon pendant que les autres lui essayaient en vain de lui prendre la balle.

Vous avez osé Sofoot, vous n'êtes que des réacs sans race ni objectivité. Zidane c'est le mec qui a brutalisé 2 fois les brésil, qui a terrassé tous nos ennemis légendaires (allemagne, angleterre, italie, portugal, espagne), c'est ce gars timide qui t'envoyaient toute sorte de frappe dans tous les sens et dans tous les contextes.

Zizou, c'est Mango, le fruit doux, sucré et au noyau encombrant, comme celui de la Terre, celui autour de qui le monde entier gravite.

Sérieusement, vous déconnez, Zizou faisait gagner avec Leader Price et mettait ses chaussettes pour que tu achètes de l'eau, ressource vitale à tout organisme, vous avez faux sur toute la ligne les amis.

Ce que vous faites avec ce classement c'est pire que la déception de 2006. C'est horrible !
Note : 2
Oui Michel ! Oui, oui ! Oui mon petit Michel !
Le spoil Corentin Martins était un trollage, en fait...
Note : 2
Message posté par elyh
Platini devant Zidane... Arf en tant que joueur je vois mal comment on peut mettre platoche devant mais bon.

Arf c vrai qu'il a 3-4 BO platoche mais c'etait une autre epoque aussi.

Platini est surtout devenu immense car il est resté dans le foot en tant que coach de la 3F et president de l'UEFA.

Mais en tant que joueur Zidane est immense incomparable.


Il faut n'avoir jamais vu jouer Platini pour écrire des inepties pareilles...
Platini faisait mieux jouer ses partenaires car il avait un sens du placement, de l'anticipation, du rythme hors norme. C'était un vrai numéro 10, chef d'orchestre de son équipe.
Et en plus il marquait, beaucoup, il était décisif dans les grands matchs. La France a gagné l'euro 84 parce qu'il était en grande forme, elle a perdu en 82 et 86 parce qu'il n'avait pas 7 matchs dans les jambes (Zidane les avait en 2006 grâce à des "vitamines" qui l'ont visiblement un peu trop excité).
Sans lui, l'équipe de France des années 80 n'aurait pas connu un destin autre que celle des 70's.

Bref, si Zidane est un immense footballeur individuel, Platini l'est tout autant et il est encore plus exceptionnel par sa capacité à magnifier les équipes dans lesquelles il a joué, de l'Asnl à l'équipe de France.
Message posté par soswiss
OUF!
J'ai eu peur qu'ils le mettent en no1 avec tous les joueurs récents qu'ils avaient mis jusque là.
Pour moi, il ne devrait même pas être dans le top5.
Rien de plus qu'un usurpateur qui a fait toute sa carrière sur ses deux buts de 98.
J'ai pas aimé le joueur, j'aime pas l'homme et je le trouve pas convaincant du tout en tant qu'entraîneur.


"Pour moi, il ne devrait même pas être dans le top5.
Rien de plus qu'un usurpateur qui a fait toute sa carrière sur ses deux buts de 98."

Non mais que tu déteste le joueur et l'homme c'est ton choix, mais d'écrire pareilles inepties juste parce que tu le détestes c'est une reflexion proche du néant et d'une mauvaise fois incroyable.
Note : 3
Zidane était un formidable meneur de jeu.
Platini aussi était un formidable meneur de jeu, Maradona était un formidable meneur de jeu, mais ces deux là en plus de ça étaient des joueurs très décisifs. Zidane ne l'était pas.

Platini et Maradona étaient 10 mais marquaient plus que les meilleurs attaquants de l'époque, ils ont fini meilleurs buteurs du meilleur championnat de l'époque, idem pour les passes dé. Zidane en championnat n'a jamais dépassé les 10 buts (en L1...) et les 12 passes décisives

Zidane joueur ultra décisif dans les grands rendez-vous? Là encore c'est un peu survendu. Oui, il a marqué en finale de LDC. Mais était-ce sa seule finale européenne de club? Non. Zidane c'est 3 finale de LDC, 1 finale de Coupe UEFA, 0 passe décisive, 1 but. Il faut voir les choses dans son ensemble. Si on fait le même raisonnement avec ses finales avec la france, en enlevant les penalty (car marquer un penalty, pour moi ce n'est pas ça être un grand buteur), Zidane c'est 0 passes décisives, 2 buts (lors du même match) en 3 matchs et je dois avouer que c'est déjà très bien (mais ce très bien est vendu en "joueur systématiquement décisif", ça non!).

On nous vend son but en quart de finale de X, son but lors de Juve-Inter, etc...
Mais il faut prendre les choses dans son ensemble. Combien de quart de final a-t-il joué? Combien de clasico? de Juve-milan Juve-Inter, etc... a-t-il joué? Dans son ensemble, oui Zidane est un joueur plutôt décisif dans les grands-rendez vous, mais rien de fou non plus.

Zidane a marqué les esprits comme jamais (doublé en 98, panenka en 2006, volée en 2002), Zidane était fort agréable à voir jouer, sans doute bien plus que Platini, mais en terme de niveau de jeu relatif (relatif à l'époque, peut être qu'un joueur du passé est intrinsèquement moins fort qu'un joueur actuel, mais on ne peut pas comparer deux époques différentes dans l'absolu, ils n'ont pas reçu la même qualité de formation, les même entrainement etc... du coup je regarde le niveau de jeu relatif au niveau de jeu de l'époque) faut pas abuser, Zidane est surcôté. Platini en terme de niveau de jeu, ça tenait tête à un Maradona. Platini ça se compare à Maradona, Messi, Pelé (relativement à l'époque). Zidane ça se compare à Ronaldinho, Henry, Iniesta, Xavi, c'est excellent mais c'est un cran en-dessous des mecs qui dominent clairement leur époque comme le fait Messi, comme le faisaient Maradona, Platini, Zico, Pelé...

Regardez des matchs de Platini. Tous les ballons passaient par lui que ce soit à la Juve ou en EDF. Ca ne l'empechait pas de temriner meilleur passeur et meilleur buteur (une dimension que n'a jamais eu Zidane).
Platini termine 3 fois meilleur buteur du championnat d'Italie (meilleur championnat de l'époque) en jouant meneur de jeu. Je me demande si Zidane a déjà atteint le top10...

Platini en 84, c'est 20 buts en championnat. Ca ne paraît pas exceptionnel comme ça mais le calcio comptait alors 16 équipes, il n'y avait que 32 matchs, contre 38 ajd. Les défenses étaient fermées. Sur la décennie 80's, seul deux joueurs ont atteint la barre des 20 buts, Platini en 84 et un autre mec en 89 (mais on venait de passer à 18 équipes, on était déjà vers un mouvement de défense plus large [dans les années 90, seuls deux meilleurs buteurs sont en dessous de 20 buts, l'inverse des 80's] et le mec était attaquant, pas numéro 10). Le calcio des années 80 est peut etre le championnat, toute période confondue, où il est le plus difficile d'empiler les buts. Bref, Platini est le meilleur buteur de la décennie (sur une saison) du calcio, meilleur championnat de l'époque alors qu'il est avant tout meneur de jeu. Zinédine who?

Avant l'euro 84, le meilleur buteur sur une compétition avait marqué 4 buts au max. Après 84, le max est à 5 buts. En 84, Platini, qui, il faut le rappeler était avant tout un meneur de jeu tah Zizou, marque 9 buts en 5 matchs. Il a marqué à tous les matchs auxquels il a participé.
Ne me parlez pas de la cdm 2006 ou de l'euro 2000 de Zidane, c'est même pas comparable. Regardez le contenu de ses matchs surtout, il était même pas souvent devant les buts, il passait son temps à mener le jeu, mais ça termine à 9 buts, je sais pas comment, voilà la différence avec Zizou. Voilà ce qui sépare les Messi, Pelé, Platini, Maradona de Zizou.

Bien sûr, il n'y a pas que les stats mais on ne peut pas ne pas regarder les stats d'un joueur offensif. Quand t'es 10, si tu donnes pas de passes dé, c'est pas le défenseur central qui le fera pour toi. De plus, si je ne regardais que les stats, Zidane serait pour moi juste un bon joueur. Or je ne me fie pas qu'aux stats, Zidane avait cette vision de jeu, cette technique balle au pied, qui font de lui un excellent joueur, mais son niveau de jeu ne bouffait pas le game comme Platini ou Maradona qui eux en plus d'avoir eu une très belle vision de jeu et technique balle au pied, faisaient directement gagner les matchs par buts et passes dé.

Bref, relativement à son époque, Platini était beaucoup plus fort que Zinédine overrated Zidane. Après je dis pas que ZZ était moyen. Il était bien sûr excellent, comme l'était Ronaldinho ou Henry à leur summum, pas comme Messi, Platini, etc...
Attaque-Defonce Niveau : CFA
Message posté par Ramon Moiloignon
Tu connais pas le foot toi c'est dommage, tente le hockey sur glace. Sinon dans le top 1 suisse (ça vaut pas plus) tu mets Gabet devant Lulu, Hermann devant Celestini, Jeandupeux devant Bregy? Banane


J'avoue que je vois pas un seul joueur Suisse digne du top 500 français... Et je dis ça sans troll aucun. Peut-être Alexander Frei, à la limite...
Note : 4
L'argument "Platini n'a pas gagné la coupe du monde" est un petit peu court quand même, ou bien ça veut dire que Cruijf, Messi, Cristiano Ronaldo sont de la petite bière.

Il faut essayer d'imaginer ce qu'aurait été une équipe sans Platini. Nancy n'aurait pas gagné la coupe de France 78. La Juve n'aurais pas gagné la C1 et n'aurait pas survolé le championnat le plus difficile du monde. La France ne serait pas arrivée en 1/2 en 82 et 86 et n'aurait pas soulevé la coupe en 84.

Idem, la coupe du monde 98, l'euro 2000, la finale 2006, sans Zidane il ne fallait pas y penser (il suffit de se rappeler du match laborieux contre le Paraguay).

Mais la victoire finale ne dépendait pas pour autant de ces seuls deux joueurs. Si Six ou Bossis avait marqué en 82... Si Buffon n'avait pas détourné en 2006... Si Domergue ou Thuram n'avaient pas réalisé un exploit...

Tout ça ne dépendait pas que du talent pur de Zidane ou Platoche.

Le palmarès est important, c'est sûr, les grands joueurs font les grandes équipes, mais ce n'est pas l'alpha et l'oméga qui peut justifier un classement, sinon Deschamps serait dans les meilleurs joueurs de tous les temps.

Le talent, l'impact sur une équipe, sur une époque, la régularité, la créativité, le sens du collectif, la vista sont plus significatifs qu'une coupe, fut-elle du monde.

Sur ces critères, Zidane et Platini sont tous les deux intouchables, mais à la photo-finish la première place de Platini n'est pas volée.
Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
Jamais Platini n´a humilié une nation tout entière comme l´a fait Zidane avec le grand Brésil

Bordel Sofoot allez vous faire mettre

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 144