1. //
  2. //
  3. // Real Madrid-Atlético

Zidane, de l’Atlético à l’Atlético

De la Décima à ses débuts en tant qu’entraîneur en chef, Zinédine Zidane a toujours croisé sur sa route le voisin rojiblanco. Des duels décisifs autant qu’historiques qui en disent long sur coach Zizou. Et ce n’est pas le derby madrileño du jour qui devrait y changer quelque chose. Bien au contraire.

Modififié
281 11
« J'entends beaucoup de choses ici, des gens qui doutent de mes capacités en tant qu’entraîneur. » Jamais, depuis son intronisation, Zinédine Zidane n’avait autant haussé le ton en conférence de presse d’avant-match. Un pic envers des détracteurs médiatiques, qu’il s’attend à retrouver au moindre coup de moins bien de son Real Madrid. Autrement dit, le Marseillais n’est pas à l’abri de nouvelles véhémentes critiques d’ici la fin d’une saison qui s’annonce des plus pénibles pour le monstre de Chamartin. Ce derby madrileño face au trublion des bords du Manzanares, premier adversaire de taille du double Z (n’en déplaise à la Roma), pourrait d’ailleurs officialiser sa première défaite à la tête de l’équipe première merengue. Une possibilité à laquelle le coach français s’est préparé. Et qu’il a déjà vécue. Dans un passé pas si lointain, précisément il y a un an et demi, Zidane s’étrennait ainsi en tant qu’entraîneur par une défaite sur la pelouse de l’Atlético de Madrid. Le revers, 2-1, lançait ainsi sa carrière des bancs de touche face à la réserve des Colchoneros. Des Matelassiers qui, depuis la réorientation professionnelle du Français, en sont devenus le grand rival.

Du short au costard, de Lisbonne à Majadahonda


Précoce, la rentrée des classes espagnole de l’exercice 2014/15 s’effectue le 24 août. Un retour aux affaires courantes pour le Real Madrid Castilla, fraîchement rétrogradé en Segunda Division B - soit le troisième échelon national -, qui s’accompagne d’une vraie frénésie médiatique. Pour sûr, la nomination de Zinédine Zidane n’y est pas étrangère, le derby annoncé face à la filiale des Rojiblancos pour l’ouverture des hostilités en championnat non plus. En ce dimanche midi, à l’heure de la messe et des premières cañas, la canicule n’empêche pas le minuscule stade du Cerro del Espino d’afficher comble. Plus que des suiveurs colchoneros ou d’invétérés supporters merengues, les journaliste se taillent la part du lion dans cette enceinte au petit millier de spectateurs. Les gratte-papier français, venus de toutes les rédactions parisiennes, sont légion et offrent à cette rencontre des airs surréalistes. Zidane, paré de son combo short-polo-casquette, tente bien de ne pas y prêter attention, il ne peut éviter de détourner son regard vers cette unique tribune remplie de vieilles connaissances médiatiques. Sur le pré, ses jeunes poulains lui offrent une première ivresse en ouvrant le score. L’histoire est en marche ?


Pas vraiment, car à ce premier pion succèdent deux réalisations estampillées rojiblancos, et une première défaite en compétition officielle. Loin des conclusions hâtives, cette rencontre entre les jeunes pousses des deux rivaux madrilènes permet tout de même de s’interroger sur la faculté de Zinédine Zidane à contrer des équipes aux blocs regroupés. Car à l’instar de leurs aînés du Vicente-Calderón, les pensionnaires du Cerro del Espino de Majadahonda évoluent dans un dispositif similaire. Qu’elles se fassent chez les U-10, les réserves ou les féminines, les confrontations entre Atlético et Real offrent systématiquement des physionomies équivalentes : une addition de talents qui bute et/ou rebondit sur un bloc compact. Quelques semaines plus tôt, ce scénario se répétait à Lisbonne. Zidane, alors entraîneur adjoint de Carlo Ancelotti en smoking, s’égosillant dans le rectangle technique des Merengues sans permettre à ses joueurs de trouver la faille. Un casse-tête qui se résout par un coup de tête désormais légendaire de Sergio Ramos au bout du temps additionnel, mais qui ne dévoile pas une recette applicable en toute circonstance.

Diego Simeone, l’anti-Zidane


Bien qu’attendue et espérée, la nomination de Zinédine Zidane sous la guérite du Santiago-Bernabéu n’en reste pas moins un cadeau empoisonné de Florentino Pérez. Avec une saison déjà à mettre aux oubliettes - à moins d’un hypothétique sacre pour la Undécima - et une équipe qu’il n’a pas construite, le double Z se retrouve prisonnier des mauvais choix présidentiels. De fait, avec une paix sociale presque assurée, il tente de redynamiser un vestiaire dont le moral est au plus bas. Cela passe par « donner des libertés à tous » , comme il l’évoque sitôt son intronisation. Une méthode douce qui ravit tout le monde à Valdebebas, mais qui peut se retourner dès ce samedi contre lui. Face à un Diego Simeone aux antipodes des préceptes du Français, qui préfère l’ordre à la liberté, et fait primer l’effort sur le talent, l’enfant de la Castellane peut recevoir une grosse claque en pleine face. Une situation qu’il a déjà connue lors de ses débuts du 24 août 2014 et qu’il aimerait ne pas revivre, sous peine de déclarer officiellement forfait dans la lutte à la Liga. Un interdit, pour ce Real déjà à la limite de la crise de nerfs.

Par Robin Delorme
Modifié

Dans cet article

Juventine7 Niveau : CFA2
« J'entends beaucoup de choses ici, des gens qui doutent de mes capacités en tant qu’entraîneur »

J'adore ZZ mais en tant qu'entraineur, il n'a encore rien prouvé.
En même temps c'est pas en 4 matchs de liga et contre une Roma indigeste que tu prouves quelque chose..
J'attends son premier vrai test, ojd contre l'atletico, un rival qui va jouer la carte physique à fond sans négliger la tactique.

S'il veut poser ses couilles, c'est aujourd'hui que ca se passe, j'en salive d'avance...
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Je pense que le Real Madrid finira second au classement final et doubleront donc leur adversaire du jour.l'Atletico a un bon onze mais j'émets des réserves sur le banc de touche.Je trouve que le Real ne brille pas par la profondeur de son banc de touche ces dernières années, mais leur onze titulaire me semble légèrement meilleur (ça se joue dans un mouchoir de poche).Et c'est ce qui fera la différence.

Victoire 2-1 du Real Madrid.

Et pitié, pas le maillot rouge et blanc pour l'Atletico, qu'ils mettent le marine.Je sais qu'ils ne le feront pas,mais ça serait pourtant le meilleur choix sur le plan visuel, le contraste étant meilleur.
Note : 1
Bien sur, une équipe de Liga, va abandonner ses couleurs pour le contraste de môssieur...

C'était la barre du matin.
Message posté par Juventine7
« J'entends beaucoup de choses ici, des gens qui doutent de mes capacités en tant qu’entraîneur »

J'adore ZZ mais en tant qu'entraineur, il n'a encore rien prouvé.
En même temps c'est pas en 4 matchs de liga et contre une Roma indigeste que tu prouves quelque chose..
J'attends son premier vrai test, ojd contre l'atletico, un rival qui va jouer la carte physique à fond sans négliger la tactique.

S'il veut poser ses couilles, c'est aujourd'hui que ca se passe, j'en salive d'avance...


"S'il veut poser ses couilles, (...), j'en salive d'avance..."

De l'importance du contexte.
Qui se souvient du but inscrit par Ronaldo contre l'Atleti a l'époque des Galactiques? Dés l'engagement passe entre Raul, Ronaldo, R.Carlos, Zidane et Figo et ça se termine du pied gauche de Ronaldo. Il y avait Cholo Simeone en face, c'était son retour au club.
Note : -1
C'est pété en 2 l'Atletico, au sous-sol, à la cave, équipe surcôté, on en fait des montagnes mais à part défendre et mettre des taquets ça vaut rien.

Simeone est surcôté lui aussi, détruire le jeu il sait faire, en produire ça serait un miracle pour les supporters.

Voilà j'ai finis
Note : 1
Message posté par Cheric Zghemmfour
Je pense que le Real Madrid finira second au classement final et doubleront donc leur adversaire du jour.l'Atletico a un bon onze mais j'émets des réserves sur le banc de touche.Je trouve que le Real ne brille pas par la profondeur de son banc de touche ces dernières années, mais leur onze titulaire me semble légèrement meilleur (ça se joue dans un mouchoir de poche).Et c'est ce qui fera la différence.

Victoire 2-1 du Real Madrid.

Et pitié, pas le maillot rouge et blanc pour l'Atletico, qu'ils mettent le marine.Je sais qu'ils ne le feront pas,mais ça serait pourtant le meilleur choix sur le plan visuel, le contraste étant meilleur.


Le onze du Real a beau être supérieur, il ne l'est que sur le papier. Le collectif de l'Atlético est bien meilleur, et c'est en ça que réside toute la connerie de Guti dans ses provocations d'avant-matchs.
Si l'Atlético est devant le Real au classement après le match, les colchoneros finiront 2ième. Je ne vois pas le Real gagner le Clásico, et l'Atlético s'est déjà tapé le Barça 2 fois.

Après le derby, l'Atlético n'aura plus à jouer ni le Barça ni le Real, et grâce à leur régularité ils n'auront aucun mal à maintenir à l'écart ou distancer le Real, qui est tout simplement catastrophique à l'extérieur cette saison.
Message posté par THEMAX27
C'est pété en 2 l'Atletico, au sous-sol, à la cave, équipe surcôté, on en fait des montagnes mais à part défendre et mettre des taquets ça vaut rien.

Simeone est surcôté lui aussi, détruire le jeu il sait faire, en produire ça serait un miracle pour les supporters.

Voilà j'ai finis


T'aurais pu ne pas commencer.

Mais au hasard, es-tu un grand fan de l'équipe du soir ?
Message posté par Le FC K
T'aurais pu ne pas commencer.

Mais au hasard, es-tu un grand fan de l'équipe du soir ?


Des fois ça démange.


Supporter des touts blancs
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Message posté par Le FC K
Le onze du Real a beau être supérieur, il ne l'est que sur le papier. Le collectif de l'Atlético est bien meilleur, et c'est en ça que réside toute la connerie de Guti dans ses provocations d'avant-matchs.
Si l'Atlético est devant le Real au classement après le match, les colchoneros finiront 2ième. Je ne vois pas le Real gagner le Clásico, et l'Atlético s'est déjà tapé le Barça 2 fois.

Après le derby, l'Atlético n'aura plus à jouer ni le Barça ni le Real, et grâce à leur régularité ils n'auront aucun mal à maintenir à l'écart ou distancer le Real, qui est tout simplement catastrophique à l'extérieur cette saison.


Les termes "onze" et "collectif" sont des synonymes pour moi.Lorsque je parle de meilleur onze, je parle donc de meilleur collectif.

Il ne faut pas oublier que je ne parle pas de l'instant T, mais j'effectue une projection jusque à la 38eme journée.

Compte tenu du niveau proche des deux équipes,je prends en compte l'aspect physique, le critère le plus important dans ce sport, car sans physique, pas de possibilité d'exprimer son talent.Et l'Atletico semble être émoussé.

Je ne suis pas ce qu'on peut appeler un suiveur de la Liga, je regarde les rencontres au sommet, mais j'ai l'impression qu'ils ont des problèmes de ressources physiques après avoir vu la rencontre face au PSV.Il est possible que tout comme un être humain, ils soient momentanément essoufflées avant de reprendre un rythme plus rapide dans quelques semaines par exemple,mais toujours est-il que de mars à mai, j'imagine plus le Real second du fait d'un meilleur état physique donc,le tout conjugué à leur légère supériorité globale.

Évidement,il est vrai que l'Atletico ne se présentera pas en victime, ce n'est pas leur genre.Ils vont perdre, ils vont terminer troisième...Mais le tout en ayant donné du fil à retordre.Dans le passé récent, à vrai dire depuis que Simeone est la, je n'ai pas le souvenir de les avoir vu sortir autrement que la tête haute d'une défaite.

Tu dis que le Real Madrid est mauvais à l'extérieur, mais cet argument ne tient qu'au moment ou l'on parle.Rien ne dit que ça sera toujours le cas par la suite.A moins que tout comme moi, tu effectues des projections à moyen terme.Dans ce cas, je comprends mieux.
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
*essoufflés

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
281 11