1. //
  2. //
  3. // Indian Super League
  4. // Goa

Zico : « Ici, c'est une affaire de copinage et de népotisme »

Après s'être occupé du football japonais au début des années 2000, Zico espère bien plus que ces trois mois lucratifs dans cette Indian Soccer League, avec laquelle il n'est pas tendre. Le Brésilien aimerait surtout aider à plus long terme le développement du football indien, dans ce pays où, selon lui, « il y a beaucoup de fruits » .

Modififié
9 16
Vous avez mis longtemps avant d'accepter de venir coacher en Indian Super League ?
Cela m'a pris à peu près deux mois pour étudier tous les détails avant de prendre une décision. Qu'est-ce que j'allais trouver sur place, le tournoi, les attentes, les joueurs. Pour moi, c'est un choix important parce que c'est le lancement d'un projet. Je ne viens pas pour faire une pige de trois mois et prendre de l'argent.

L'ISL est vendu comme un projet de développement du football indien, vous croyez à ce discours ?
Ici, c'est plus du business et moins un projet de développement du football. Ils essayent d'abord de faire connaître et de renforcer leur marque, l'Indian Super League. Sur la manière, ils s'inspirent de ce qui existe déjà avec la NBA ou la NFL. Aujourd'hui, tout le monde essaye de vendre le sport comme un événement, un spectacle. Cela n'a rien de nouveau pour moi. Quand je suis arrivé au Japon, les présidents de 10 clubs de leur championnat, la J-League, sont partis aux USA pour voir comment la NBA fonctionnait en terme d'organisation et appliquer les recettes chez eux. Après, on peut essayer de faire le show, comme il le font ici, mais en le mettant au service du football et de la progression du football indien. Il faudrait arriver à concilier les trois objectifs, pas seulement la notoriété d'une marque et la visibilité des sponsors.

Les joueurs occidentaux expliquent que les joueurs indiens sont tout le temps en train de s'excuser, presque trop respectueux. Est-ce que, culturellement, vous y voyez un frein à leur progression ?
Non, c'était la même chose au Japon. Là-bas aussi, les joueurs s'excusent tout le temps. C'est le même genre de culture, avec beaucoup de respect pour les anciens, la hiérarchie. Mais je ne pense pas qu'il y existe des barrières culturelles tellement fortes qu'elles empêchent les joueurs locaux de progresser. Et au Japon, il y avait aussi des étrangers. La différence, c'est le nombre, ils étaient moins nombreux, mais très bons, donc les Japonais pouvaient progresser à leurs cotés. Ici, il y a tellement d'étrangers que ce n'est pas idéal. Les Indiens ont du mal à se faire une place. Douze étrangers par équipe, c'est exagéré. Les Indiens n'ont aucune chance de jouer.

Si vous étiez DTN du football indien, vous feriez quoi pour faire progresser le football indien ?
Je limiterais le nombre de joueurs étrangers à trois. Mais des très bons et très impliqués auprès des joueurs indiens et du projet. J'amènerais aussi des coachs. L'équivalent de Wenger, quand il a débuté au Japon, comme beaucoup d'autres bons entraîneurs. Pas seulement pour donner l'exemple au niveau professionnel, mais aussi pour développer la formation. C'est un tout. Il faut aussi mettre en place l'excellence à tous les niveaux. Pour l'instant, cela semble compliqué. La confédération indienne n'est pas très unie sur un projet commun. Il y a beaucoup de vanité et de fierté parmi les dirigeants.

« Si les vaches ne traînaient pas sur la route, elles pourraient donner du bon lait aux enfants »

Vous n'avez pas pu choisir les joueurs de votre effectif. Est-ce que le principe des drafts de l'ISL ne compromet pas l'efficacité de votre travail ?
Je suis très énervé. Si on avait pu avoir une équipe qui représente vraiment la ville ou l'état, on aurait pu avoir une belle équipe. Au lieu de ça, c'est une affaire de copinage et de népotisme. Les amis, c'est pour aller boire une bière, pas pour monter un club de football. À Goa, il y a trois grands clubs en Première division dans un état qui est très connecté au football. On aurait dû prendre les meilleurs joueurs de ces clubs pour constituer un effectif en ISL. À cause de rivalités de personnes, d'histoires politiques, cela n'a pas pu se faire. C'est dommage.

Vous avez été surpris par certains comportements en débarquant ici ?
J'ai vu certaines choses qu'on ne voit pas ou plus dans les pays développés. Des détails. Par exemple : trois enfants sur une moto conduite par leur père ou leur mère, sans casque. Des petites choses comme ça, rien de fou. Je me dis aussi que si les vaches ne traînaient pas sur le bord de la route, elles pourraient donner du bon lait aux enfants. Je me rappelle quand j'étais enfant : j'avais mon verre de lait à l'école. Et ils ont beaucoup de fruits ici. Ils pourraient les donner aux enfants au lieu de les laisser pourrir.

Changeons de sujet : avec le recul, pourquoi le Brésil a loupé sa Coupe du monde ?
Pour la demi-finale, rien à dire. L'Allemagne était juste bien meilleure que nous. C'est le prolongement et la conséquence d'une absence de travail et de direction claire pour notre sélection. On n'a pas fait ce constat ou on n'a pas voulu voir nos lacunes, parce que les dirigeants se sont cachés derrière la victoire en Coupe des confédérations. On a cru qu'on travaillait correctement. Et je crois qu'on n'a pas forcément sélectionné les meilleurs joueurs. Certains étaient titulaires simplement parce qu'ils évoluaient dans des grands clubs, ou tout simplement à l'étranger, sans que l'on se soucie de leurs performances réelles. Júlio César, je l'aime bien, c'est un ami, mais bon, il joue à Toronto. Marcelo ne jouait pas beaucoup au Real, pareil pour Oscar à Chelsea, Hulk avait des problèmes avec son entraîneur au Zénith, Fred a été blessé pendant deux mois avant la compétition. Le seul qui était titulaire absolu et régulier, c'était Thiago Silva. Donc, on a été surévalué. Si vous regardez : on a mal joué contre la Croatie, mal joué contre le Mexique, mal joué contre le Chili et quand l'Allemagne s'est présentée, avec son niveau de football, on a été balayés. On a pris sept buts. On aurait pu en prendre trois de plus.

Pourquoi le Brésil n'est plus une inspiration pour les gens qui réfléchissent sur le football ?
Tout simplement parce que nos joueurs quittent le pays de plus en plus jeunes et perdent la culture brésilienne du pays. Donc ils partent à 20 ans en Russie, en Ukraine, au Qatar, en Allemagne ou je ne sais où, adoptent la vision du football de l'endroit qu'ils ont rejoint, et nous, on perd notre identité. Moi, quand j'ai quitté le Brésil, j'avais 30 ans...


Propos recueillis par Joachim Barbier, en Inde ⇒ Pour en savoir plus sur l'ISL, reportage aux petits oignons à découvrir dans le SO FOOT #122, en kiosque depuis ce jeudi 4 décembre.

⇒ Le meilleur web-documentaire sur Zico est à visionner ici.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Y.Tsigalko Niveau : DHR
C'est un détail mais Oscar fait quasiment tous les matchs à Chelsea.
JunMisugi86 Niveau : DHR
Marcelo ne jouait pas beaucoup au Real, pareil pour Oscar à Chelsea "
"Le seul qui était titulaire absolu et régulier, c'était Thiago Silva"

Il a vraiment regardé la saison ?
Franchement, leur ISL, c'est plus les Harlem Globe Trotters qu'un vrai championnat. Ils ont chopé de vieilles gloires parfois à la retraite depuis plusieurs années et des joueurs comiques malgré eux (ce brave Apoula, Nanard Mendy, Bracigliano, Cédric Hengbart, Jean Eudes Maurice, bref du lourd) en espérant vendre ce produit à l'international.

Le point positif c'est qu'on parle d'eux (au moins en France) et je pense que c'est que c'est ce qu'ils recherchaient pour leur visibilité. Mais passé l'effet de surprise, c'est un projet bidon qui n'a aucun avenir.
"Je me dis aussi que si les vaches ne traînaient pas sur le bord de la route, elles pourraient donner du bon lait aux enfants."

Ca c'est un mec qui a beaucoup étudié l'Inde avant de venir. D'ailleurs elles pourraient aussi donner des bons steaks, il devrait essayer d'en choper une par les cornes pour voir comment les locaux réagissent.
Parfois les footeux sont vraiment désespérants d'inculture et de connerie, jeunes ou vieux.
Message posté par Nico2845
"Je me dis aussi que si les vaches ne traînaient pas sur le bord de la route, elles pourraient donner du bon lait aux enfants."

Ca c'est un mec qui a beaucoup étudié l'Inde avant de venir. D'ailleurs elles pourraient aussi donner des bons steaks, il devrait essayer d'en choper une par les cornes pour voir comment les locaux réagissent.
Parfois les footeux sont vraiment désespérants d'inculture et de connerie, jeunes ou vieux.



Il dit simplement de boire du lait , pas de bouffer la vache...
Message posté par rabioli



Il dit simplement de boire du lait , pas de bouffer la vache...


Bah c'est bien ce que je dis, il est complètement inculte et ignorant d'un pays dans lequel il habite pourtant depuis plusieurs mois. Bien sûr que les Indiens boivent le lait, ça lui est juste passé à côté qu'elles sont sacrées et donc pas exploitées comme en occident.
Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
Pourquoi les vaches sont sacrées en Inde d'ailleurs?
ramirez le roi des merguez Niveau : District
Passe que des gars avec 3 gosses sur la mob, au Brésil y'en a pas.
Pour la vache pffffff Et le Zic pour eu manger de la vache ou même la traire c'est comme manger du chien chez nous ou des grenouilles outre manche!!
T'as du faire cent fois plus de tour du monde que moi (qui n'en n'ai pas fait un) as tu quitté les hôtels climatisés? As-tu parlé aux gens qui ne s'intéressent pas au foot genre qui bossent?
Sinon merci pour le péno en 86 mouah ah ah
Message posté par Yo'Do
Franchement, leur ISL, c'est plus les Harlem Globe Trotters qu'un vrai championnat. Ils ont chopé de vieilles gloires parfois à la retraite depuis plusieurs années et des joueurs comiques malgré eux (ce brave Apoula, Nanard Mendy, Bracigliano, Cédric Hengbart, Jean Eudes Maurice, bref du lourd) en espérant vendre ce produit à l'international.

Le point positif c'est qu'on parle d'eux (au moins en France) et je pense que c'est que c'est ce qu'ils recherchaient pour leur visibilité. Mais passé l'effet de surprise, c'est un projet bidon qui n'a aucun avenir.


Apoule Edel et Jean-Eudes Maurice en Inde ! Ca m'avait échappé et je dois dire que pour des joueurs de leur niveau, ils s'en tirent pas trop mal.
Ils auraient pu finir en CFA voire en DH d'un obscur patelin et au lieu de ça ils se retrouvent en Inde (un pays beau et complexe) à côtoyer des anciennes grands gloires tout en étant pas trop mal payés je pense.
Bien ouéj les mecs !
Message posté par Nico2845


Bah c'est bien ce que je dis, il est complètement inculte et ignorant d'un pays dans lequel il habite pourtant depuis plusieurs mois. Bien sûr que les Indiens boivent le lait, ça lui est juste passé à côté qu'elles sont sacrées et donc pas exploitées comme en occident.


Ok. J'avais pas compris comme çà ce que t'avais mis sur ton 1er commentaire, c'est pour çà.
"J'ai vu certaines choses qu'on ne voit pas ou plus dans les pays développés. Des détails. Par exemple : trois enfants sur une moto conduite par leur père ou leur mère, sans casque. Des petites choses comme ça, rien de fou...."

Hé ben, il devrait venir faire un saut en Afrique noire, il verrait 4 enfants sur la moto, en plus de leur père et de leur mère....(et je ne parle même pas des bagages)... true story...
des petites choses
Message posté par Le prince des ténèbres
Pourquoi les vaches sont sacrées en Inde d'ailleurs?


Parce qu'au début, c'était les tigres, mais les indiens se faisaient tous bouffer.
Message posté par Le prince des ténèbres
Pourquoi les vaches sont sacrées en Inde d'ailleurs?


Je fais court!

Chaque Dieux dans la religion indienne est accompagné par un véhicule, c'est à dire un animal (Nandi pour Shiva, Garuda pour Vishnou...).
La vache a bosse représente Nandi, le véhicule de Mahadeva, Shiva.

De plus elle Gao Mata, la mère vache, c'est à dire qu'elle représente la mère universelle qui vieille sur tout ce qui descend du monde causal (Dieux, être vivants, plantes, planètes....)

Voilà
Message posté par xenos


Je fais court!

Chaque Dieux dans la religion indienne est accompagné par un véhicule, c'est à dire un animal (Nandi pour Shiva, Garuda pour Vishnou...).
La vache a bosse représente Nandi, le véhicule de Mahadeva, Shiva.

De plus elle Gao Mata, la mère vache, c'est à dire qu'elle représente la mère universelle qui vieille sur tout ce qui descend du monde causal (Dieux, être vivants, plantes, planètes....)

Voilà


Nan mais en vrai pourquoi?
Abonné au mag depuis... Je ne me souviens même pas, pas très loin du début, je ne comprends pas pourquoi on retrouve une bonne parti du contenu sur le site à peine quelques jours après la sortie du mag. Je commence à me poser la question du réabonnement pour la première fois.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
9 16