1. //
  2. //
  3. // Lechia Gdańsk

Zibi Boniek, le renégat

La Juventus se déplace en Pologne pour y affronter le Lechia Gdańsk en match amical. Mais ne cherchez pas Zbigniew Boniek, il ne sera pas dans les parages.

6 4
Paolo Rossi trouve une ouverture sur la gauche entre deux défenseurs adverses. Tranquillement placé au poste d'ailier, Boniek contrôle le ballon, pénètre dans la surface et trompe son compatriote Tadeusz Fajfer, c'est le but de la victoire à la 83e ici à Gdańsk entre l'équipe locale et la Vieille Dame. Un score de 3-2 toutefois insignifiant pour ce 16e retour de Coupe des coupes, puisque le 7-0 de l'aller avait mis fin à tout suspense. « Zibi » avait surtout profité de l'occasion pour saluer les siens, et cette rencontre reste à ce jour le seul précédent entre ces deux équipes qui s'affrontent en amical ce soir. Entre-temps, le Polonais est entré, puis vite ressorti du cœur de ses supporters.

Moche le jour, beau la nuit


« Il bello di notte » qu'on l'appelait, et pourtant, il fallait se forcer pour trouver un quelconque charme au rouquin moustachu, même durant ces années 80 qui exaltaient les physiques et styles ingrats. Ingratitude physique, mais aussi morale. Qui a craché dans la soupe avant l'autre ? Telle est l'éternelle énigme qui accompagne l'histoire de Zibi Boniek et de la Vieille Dame. « Beau la nuit » , un surnom signé l'Avvocato pour rendre hommage aux exploits européens des rencontres en nocturne. Neuf buts en 28 matchs contre les quatorze en 81 matchs diurnes de Serie A. Des prestations décisives pour la première Coupe des coupes de la Juve (but vainqueur contre Porto), Supercoupe d'Europe (doublé contre Liverpool) et Coupe d'Europe des clubs champions (penalty inexistant obtenu lors de la tragique soirée du Heysel). Ce sera d'ailleurs la dernière fois qu'il portera le maillot bianconero. Dès lors, Boniek file à la Roma, y joue trois saisons et ne quittera plus jamais la capitale où il entame sa reconversion d'entrepreneur, devenant officiellement un supporter giallorosso.

Étoile filante


Et puisque supporter la Roma et apprécier la Juventus est souvent incompatible, Boniek a peu à peu oublié ses années turinoises. Comme tout le monde, il viole la Vieille Dame lorsque le Calciopoli éclate dans un nouveau rôle de consultant. Rancunier, le peuple juventino n'oublie pas. Le baba au rhum est un plat qui se mange froid. Automne 2010, cinquante étoiles en hommage aux joueurs les plus marquants de l'histoire du club doivent orner la nouvelle tanière. Qui les choisit ? Les supporters VIP via une pré-liste de cent candidats établie selon les critères suivants, 150 matchs joués ou cent buts inscrits ou un Ballon d'or gagné ou le brassard de capitaine porté. Le Polonais ne remplit aucun de ces critères, mais figure tout de même dans les cinquante lauréats sans passer par la pré-sélection. Mystère. L'intéressé en parlait dans le Guerin Sportivo il y a quelques mois « J'ai reçu une lettre d'Andrea Agnelli qui m'invitait à une fête le 7 novembre 2010 pour célébrer les cinquante étoiles. J'avais la mienne, malheureusement, j'étais malade ce jour-là et je n'ai pas plus m'y rendre. Quelques jours plus tard, il fait machine arrière. Il paraît que je suis antijuventino, mais j'ai juste critiqué certaines personnes, Moggi en premier, et les faits m'ont donné raison. »

« Mon étoile à un dopé »


La direction prend en compte les remarques de ses supporters, et pour désigner le propriétaire de la dernière étoile, un sondage sur le site officiel du club est lancé avec les cinquante repêchés plus Boniek, Paulo Sousa et Jugović. S'ensuit un second avec les dix meilleurs : Alessandro Birindelli, Zbigniew Boniek, Massimo Bonini, Fabio Cannavaro, Edgard Davids, Vladimir Jugović, Michael Laudrup, Giancarlo Marocchi, Francesco Morini et Lilian Thuram. C'est finalement le pitbull néerlandais qui termine largement en tête. « On m'a retiré mon étoile pour l'attribuer à Edgar Davids qui a fait une bonne chose à la Juve, prendre six mois de suspension pour dopage » , sera la réaction du Polonais un poil de moustache aigri. Le peuple juventino a parlé, le romanista aussi puisque Zibi vient de se faire recaler de la 4e édition du Hall of Fame de la Roma qui rendait son verdict hier. Et celui du Widzew Łódź ?

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Faustino Asprilla Niveau : Loisir
Selon ce monsieur Zbiniew Bognievskiew le truc de Platoche pour marquer des buts c'etait de mettre des pompes beaucoup plus longues que ses pieds.
Un enfant caché de Zeman.

Même obsession pour la Juventus, même paranoïa qui ne fait qu'exalter leurs egos, même goût pour l'argent.
Briggy1897 Niveau : DHR
Je propose deux corrections à l'article.

1) Dans le premier paragraphe, il est fait référence au match amical de ce soir. Le match a été joué hier:

Lechia Gdansk 1-2 Juventus
Buts: Buksa (82') pour le Lechia ; Pogba (4') et Mandzukic (90') pour la Juventus.

2) Il y a une petite typo dans le titre, qui doit être corrigé en "Zibi Boniek, le gâchis de sperme".
Petite précision, si davids a été suspendu pour dopage en 2001 par la FIFA, ainsi que plusieurs autres joueurs néerlandais, suite à un contrôle positif à la nandrolone après avoir affronté l'équipe nationale turque.
Boniek aurait donc pu trouver une autre anecdote pour présenter son "remplaçant".
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La fiche de Lille
6 4