Zeman reprend la Roma

Il a suffi d’une promotion en Serie A avec Pescara pour que le nom de Zdeněk Zeman se retrouve de nouveau associé à la moitié des clubs de foot que compte l’Italie. Un jour annoncé à l’Inter, l’autre à la Fiorentina ou à la Lazio. C’est finalement la Roma que l’atypique entraîneur a choisie pour poser ses valises et ses cigarettes. Et maintenant ?

Modififié
132 21
Voilà, c’est officiel : Zdeněk Zeman sera l’entraîneur de la Roma, la saison prochaine. Le Tchèque succède ainsi à Luis Enrique, incapable de faire de la Louve cette machine à pratiquer du beau jeu – et à engranger les victoires. Passée la déception de ne pas voir le "Bohème fumant" continuer l’aventure avec la modeste équipe de Pescara dans l’élite, il s’agit plutôt d’une bonne nouvelle. Pour la première fois depuis l’exercice 2004-2005, Zeman retrouve la première division italienne, dans un club qu’il a déjà entraîné, de 1997 à 1999. Le bilan n’avait alors pas été scandaleux : une quatrième place la première année, une cinquième la seconde, avant d’être remplacé par Fabio Capello. Surtout, une relation privilégiée avec un Francesco Totti qui était encore en train de devenir ce qu’il est devenu. Il y a quelques jours, le talisman de l’AS Roma définissait même son ancien entraîneur comme « unique et inimitable » . « L’estime est réciproque » , avait répondu Zeman, qui avait également précisé qu’il ne quitterait Pescara « que pour la Roma » .

8 fois 1000 mètres

Pas la peine de dire que Zeman ne débarque pas dans la Ville Éternelle pour caresser ses futurs joueurs dans le sens du poil, mais bien pour appliquer ses méthodes si particulières. Ses méthodes ? So Foot avait rencontré le chamane à l’été 2010, alors qu’il s’apprêtait à diriger Foggia, en troisième division, le club où il s’était révélé parmi les grands au début des années 90 (le fameux Foggia des miracles, avec Rambaudi et Signori, entre autres). Pendant près d’une heure, il avait détaillé sa façon de voir les choses. En commençant par le 4-3-3 : « Mon module, ça a toujours été le 4-3-3. Je n’ai été influencé par personne. Il s’agit simplement d’une question de géométrie. C’est la meilleure façon d’occuper le terrain, c’est tout. Avec une défense qui joue le hors-jeu, des attaquants qui pressent leurs défenseurs dès qu’ils perdent la balle, et beaucoup de mouvement(s). Vous savez, le football est une explosion de mouvements... Les meilleurs des meilleurs joueurs peuvent garder la balle trois minutes dans un match. Mais les 87 autres minutes, ils ne restent pas là à regarder. Ils doivent se déplacer. Tous ne naissent pas avec un sens inné de la course. Il suffit donc de leur apprendre à courir, voilà... » Puis, Zeman avait allumé une Marlboro Light – à 60 ans passés, il fume encore trois paquets par jour. Or, apprendre à courir avec Zeman, c’est apprendre à souffrir. Alors, en stage de préparation avec son Foggia, le Tchèque demandait à ses gars d’enchaîner les courses (avec une prédilection pour le 8 fois 1000 mètres, ou le 300 mètres en 1 minute précise) pendant deux heures, puis de sauter des haies et de faire de la corde à sauter.

Du spectacle et des buts

La traduction sur le terrain est simple : les ouailles de Zeman partent à l’abordage. D’une façon générale, ses équipes terminent presque toujours meilleure attaque et plus mauvaise défense (le Pescara a, cette année, inscrit 90 buts – meilleure attaque - et encaissé 55 pions – pas la plus mauvaise défense, mais pour indicatif, le Torino, 2e, a encaissé 28 buts). Obtenir des résultats est sans doute la seule chose qu’il ne faut pas demander à celui qu’on appelle le Muet pour sa propension à parler peu. « Les objectifs, ça me fatigue, avait-il expliqué à So Foot. Lorsque je suis arrivé à Lecce, on m’a dit de jouer le maintien. Cela n’a aucun sens. Moi, je ne joue pas pour les présidents, qui sont prêts à évoluer dans des stades vides, si ça peut leur faire économiser quelques problèmes. Je sais que c’est une position qui m’a amené des ennemis, mais je m’en fous. Moi, je joue pour les gens qui viennent au stade. Pour leur bonheur. La défaite n’est pas une humiliation. Jamais. » Le palmarès de Zeman ne dit pas vraiment autre chose : un championnat de Serie C et deux de Serie B. Le tout dans une carrière entamée en 1983 en Sicile, avant de passer par de nombreuses équipes, dont la Lazio, la Roma, Fenerbahçe ou encore le Napoli. Jusqu’à Pescara et la promotion, donc. Reste à savoir si la recette prendra à Rome, et si les vieux briscards accepteront de souffrir comme les jeunots. On ne va pas s’en plaindre, pour l’instant. Au moins, il y aura du spectacle, et des buts. Pour le reste…

Par Lucas Duvernet-Coppola, à Rome.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Heureux de revoir Zeman à la Roma. Mais putain quel manque de classe du club vis-à-vis de Montella. Au moins on a des chances de choper Verratti. Mais même pas sûr qu'on se qualifie pour la Champions avec ZZ. La Roma est vraiment un club fou, et c'est pour ça qu'elle est belle.
quelle erreur de laisser tomber un entraineur aussi talentueux que Vincenzo Montella (et même malgré son jeune âge et son expérience limitée).
La Roma n'apprendra jamais de ses erreurs, à commencer par Franco Baldini un looser, même si y'a eu une exception qui confirme la règle en 2001, et encore c'était pas vraiment lui (Baldini), mais plutôt Capello. Tant qu'ils traineront des ratés comme Baldini et Sabatini ils demeureront déçus.

Et la "philosophie" footix de Zeman "on se fiche du résultat", Boniperti s'en suiciderait : "vincere non è importante.. ma è l'unica cosa che conta !"
Un club fou avec un entraîneur fou qui fait pratiquer un jeu fou. Ca va envoyer les matchs de la Roma l'an prochain.

Par contre, je n'ai jamais vu joué une équipe de ce mec, et j'ai hâte de voir ça vu ce que j'en ai lu ces dernières semaines.
Complètement d'accord avec toi Superpoy, c'est quand même vraiment dégueu pour Montella, après l'avoir dégagé l'an dernier, lui faire un deuxième sale coup comme ça, c'est pas très classe...
Je trouve que tu résumes bien le truc en effet, la Roma, c'est vraiment un club de dingue, je comprends pas toujours ce que fait la direction, ça parait totalement incohérent parfois. Mais je préfère un club avec une âme, qu'un club complètement aseptisé.

Curva Sud Vecchie Maniere!!
Je sais pas si c'est une très bonne chose pour les tifosi de la Roma, mais pour les spectateurs neutres c'est une excellente nouvelle !
Pour ceux qui veulent voir le style Zeman, vous allez vous régaler, roma-inter 1999 http://www.youtube.com/watch?v=gIYlA8CjcSI
youtube.com/watch?v=gIYlA8CjcSI
Merci ZizouGabor :-)
Ce qui est sûr c'est que les journaux vont se régaler. Zeman c'est encore pire que Mourinho pour les sorties en conférence de presse, sauf que lui on lui donne bcp moins de crédit à cause de son palmarès. Zeman c'est un peu l'antithèse des années Moggi-Juventus, l'ennemi à écarter du champ de vision, il dit d'ailleurs souvent que c'est Moggi qui lui a flingué sa carrière.
Perso je pense que ca va foirer à la Roma, il a du talent mais c'est un entraineur de "petite équipe" sans star où le sacrifice fait foi. Les grand clubs italiens se gèrent pas comme ca. C'est cool pour l'entertainment l'année prochaine néanmoins.
ça va faire des victoires 6-3 puis des défaites 5-0... Zeman a une tactique de dingue
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
Je comprends pas pour Montella. Pulvirenti, le président de Catane, ne voulait pas le libérer, il fallait payer une indemnité de transfert pour le récupérer. La Roma aurait sans doute pu payer, mais ils ont pas forcément des millions à cracher. Pescara a accepté de laisser partir Zeman (ou alors, il avait une clause dans son contrat ?). Le choix ne s'est pas fait entre 2 entraîneurs libres...

C'est juste dommage pour Pescara, en fait. Qui va sans doute devoir construire une équipe de Serie A sans Zeman, Verratti, Insigne et Immobile...
Allez faire un tour sur ce blog, article écrit deux jours avant celui-là! N'hésitez pas à commenter, merci! http://abbestroad.blogspot.fr/2012/06/zdenek-zeman.html
Article très incomplet...
C'est bien de ressortir les vieilles interviews des placards, mais là, on apprend rien de plus que dans la très bonne interview qui était parue dans So Foot.
Franchement, je m'attendais à lire des choses sur la future Roma, sur les joueurs que Zeman va vouloir ramener (Verratti? Insigne?), sur le rôle que va avoir Totti, sur la relation avec les tifosi qui ont invoqué son retour... Bref, y'avait des tonnes de choses à dire, et rien n'a été dit.
Encore une fois, quand c'est pas Eric Maggiori sur le foot italien, ça vole jamais très haut...
Milanista83 a tout dit... Excellent résumé de l'article
"Par Lucas Duvernet-Coppola, à Rome."
euh soyez honnête, la vraie signature est : "Par Lucas Duvernet-Coppola, à l'apéro à Rome ou ailleurs. "
L'entraineur le plus fou de ces 30 dernières années qui signe à la Roma ça mérite un peu mieux que ça non ?
Curieux de voir ce que ça va donner.
Je connais pas plus que ça ce mec, je me souviens de son interview dans SF et vu ce qui est écrit sur lui ça devrait être spectaculaire. De bon augure.
Espérons que, pour une fois, les dirigeants laissent du temps à l'entraîneur.
Le 4-3-3 il s’agit simplement d’une question de géométrie. C’est la meilleure façon d’occuper le terrain, c’est tout."

Il a raison, le Barça l'a largement prouvé. "des attaquants qui pressent leurs défenseurs dès qu’ils perdent la balle"

Il a encore raison, le spectacle de toutes ces équipes avec un seul malheureux attaquant qui fait l'essuie glaces et qui se carapatent dans leurs 16 m dès la perte du ballon c'est vraiment pathétique. Et moche en plus

"Avec une défense qui joue le hors-jeu,"

Merci à ZizouGabor pour l'adresse vidéo.
Alors là aussi il a raison mais la façon dont il fait jouer la ligne c'est à pleurer.
Manifestement il n'y a aucun travail sérieux fait à l'entraînement. Pas de synchronisation entre les joueurs, pas de pressing efficace sur le porteur de la balle, on a plus l'impression qu'ils essayent de piéger les attaquants (un défenseur qui s'arrête quand l'autre suit son attaquant) ce qui est mortel, et quasiment aucun jeu en bloc de l'ensemble de l'équipe. Face à un mec comme Ronaldo ça ne pardonne pas.
C'est la ligne de Pibarot alors qu'il devrait regarder plutôt ce que faisait Goethals, le Benfica des années 70, l'Ajax de 88/89 ou même Calais en 2001. Là on a vraiment l'impression qu'il laisse ses joueurs se démerder seuls. La ligne ça se travaille. Mais quand c'est bien joué c'est très dur à passer (Calais en 2001 l'avait largement démontré).

En tout cas un entraîneur sympa.
Au vu de la defense actuelle j'ai peur qu'on enchaine plus les defaites 5-0 que les victoires 6-3. Enfin, on sait jamais; je prie.
Ça sera tout ou rien. L'essentiel dans le foot ça reste d'en mettre un de plus que l'adversaire! Mais c'est vrai que la défense de cette saison faisait vraiment flipper! Y'a un gros travail à faire sur ce secteur cet été pour se donner un minimum de chances de réussir.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
132 21