1. //
  2. // Juventus Turin

Zebina dans ses oeuvres

Non, Jonathan Zebina ne peint pas, ne sculpte pas, ne fait pas non plus de gommettes. Mais Jonathan collectionne les oeuvres d'Art. Si si. Il a même sa propre galerie à Milan, dont certaines pièces étaient exposées ce week-end au salon VIP du Parc des Princes. On est allés voir ça de plus près...

Modififié
30 0
Zoumana Camara devant une œuvre d'Art. On ne voit pas ça tous les jours. Mais aujourd'hui est un jour particulier. Costard parfaitement ajusté, Jonathan Zebina est là, dans le salon VIP du Parc, au milieu des œuvres qu'il a admirées, puis achetées, puis exposées dans sa galerie milanaise, puis déplacées ici à Paris, en préparation de la vente aux enchères qui se déroulera le 27 avril prochain, à Bruxelles, avec le concours de la société Pierre Bergé & associés. Pour mieux comprendre le pourquoi du comment, Jonathan a tout couché sur le papier d'un catalogue plutôt classe remis au début de la visite.

« Tout d'abord, je tenais à me présenter et à souligner, ensuite, les traits essentiels d'un tel "passage à l'acte..." Premièrement, un bref auto-portrait... Je suis un de ceux qui ont vu l'Art s'immiscer dans ma vie sans réellement "demander la permission...!" Et je sais que beaucoup d'entre vous se reconnaîtront dans cette si rapide mais si véridique description. La folie ou la passion m'ont poussé, ensuite, assez rapidement, à ouvrir une galerie d'Art contemporain à Brera, le St-Germain Milanais, tout en continuant à exercer, footballeur professionnel à la Juventus Turin. Ben a inauguré ma galerie le 22 février 2007 ; Arman, Mimmo Rotella, et quelques artistes majeurs du XXe siècle ont suivi. La dernière en date fut selon moi la plus intéressante, celle consacrée aux artistes contemporains africains. Pendant longtemps ma collection a été le reflet de mon goût esthétique, ni plus ni moins. Il n'y avait au départ aucune méthode dans ma façon de collectionner, j'achetais ce qui plaisait à mes yeux, je suivais mon instinct. Mais mon goût a évolué au gré des visites muséales, des expositions, des foires, des rencontres avec les galeristes et surtout au gré des contacts que j'ai eu la chance d'avoir grâce à certains artistes renommés » .

Jonathan et l'Art contemporain, c'est donc du sérieux, pas juste un hobby. Le défenseur turinois est là, souriant, disponible, ouvert, au milieu des tableaux, sculptures et autres compositions. Outre Zoumana Camara venu voir son grand ami, Alain Cayzac est là tout comme le papa de Jonathan, son frère, quelques journalistes, beaucoup de costumes à rayures, des petits fours sophistiqués, des hôtesses sûrement sculptées par le malin, et, donc, des œuvres d'Art. Exposées dans le salon VIP du Parc depuis samedi dernier et le match contre Bordeaux, elles feront bientôt le voyage vers Bruxelles, afin d'être mises aux enchères. Et pourquoi donc ? « Le but de cette vente a deux objets distincts. Le premier est de me séparer de ce que je pourrais appeler la première phase de ma vie de collectionneur, celle qui aujourd'hui représente à mes yeux une période heureuse, de grande découverte. J'envisage une collection comme un processus en perpétuelle évolution, ainsi cette séparation est pour moi une étape logique, lui permettant de se renouveler. Le second objectif, à mes yeux le plus important, est de promouvoir l'Art contemporain africain. Il est difficile pour moi de concevoir le fait que le continent africain soit aussi peu représenté sur la scène mondiale de l'Art contemporain, et c'est une des raisons pour laquelle j'ai insisté auprès d'André Magnin, grand spécialiste et figure de proue de l'Art contemporain africain, pour pouvoir organiser l'une des toutes premières expositions collectives d'artistes contemporains africains. Grâce à son aide, la qualité et l'authenticité des œuvres présentées sont de première ordre » .

Honnêtement, on ne capte pas forcément le sens de toutes les œuvres présentes, donc oui, c'est bien de l'Art contemporain. Beaucoup de tableaux d'artistes africains, très colorés, très vivants, et Jonathan qui continue de répondre ça et là aux différentes sollicitations -même le magazine Point de Vue s'est rendu Porte de Saint-Cloud ce lundi. La présence de Jonathan dans ce milieu est aussi crédible que remarquable. Sa démarche a vraiment l'air sincère, comme son goût pour l'art. Celui de Zoumana Camara, en revanche, reste à prouver !

Simon Capelli Welter & Pierre Maturana

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
30 0