En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Valence-Leganés

Zaza le Ché

Nouvelle coqueluche de Valence depuis sa prestation clinquante face au Real Madrid, Simone Zaza fait du bien à un club en quête d’un regain de notoriété sur la scène nationale. L'Italien semble aussi y trouver son compte.

Modififié
Si ces derniers temps, la Liga manquait d’un peu de piment en haut du classement, elle peut lui dire merci. Lui, c’est Simone Zaza, le nouveau buteur du FC Valence. Certes, le joueur formé à l'Atalanta Bergame connaissait des ambiances enflammées avec de nombreuses rencontres disputées aux quatre coins de la Botte. Mais après la réception victorieuse face au Real Madrid la semaine dernière (2-1), celle du Mestalla semble déjà prendre une belle place dans sa boîte à souvenirs. « L’ambiance ici, c’est juste incroyable ! Quand j’ai joué mon premier match dans ce stade contre Eibar, nous avions très mal joué (défaite 0-4, ndlr), mais les supporters étaient derrière nous. Ils étaient derrière nous jusqu’à la fin de la rencontre. » Dans un club en crise de résultats, Zaza retrouve du crédit et permet aux Murciélagos de pouvoir vibrer un minimum dans leur saison très décevante. Le dernier fait d’armes de Zaza ? Avoir mis au supplice Raphaël Varane le temps d’une heure passée sur la pelouse, et surtout le temps d’une action. Un contrôle un peu large, juste ce qu’il faut pour armer une magnifique demi-volée en pivot, et mettre Valence vers la voie du succès. Voilà comment le gaucher transalpin signe son premier golazo dans sa nouvelle maison. Forcément, ça séduit.

La priorité de Prandelli


« Bien sûr, j’ai célébré ce but ! Les six derniers mois ont été difficiles pour moi... Cette équipe me fait confiance. » Toujours face aux médias, le colosse fait part de sa joie de refaire soulever une foule. Cela se voit sur son visage tout sourire, la période noire semble derrière et l’avant-centre ne souhaite pas regarder dans le rétroviseur, pour mieux oublier. Oublier que lors du dernier Euro, le buteur est devenu la hype des réseaux sociaux après une course d’élan douteuse et un penalty envoyé dans les tribunes du Matmut Atlantique face à l’Allemagne. Oublier aussi son prêt en début de saison à West Ham, où Zaza traverse une violente régression sportive : titulaire sans marquer, remplaçant sans jouer, puis une blessure au genou pour couronner le tout. Le bilan ? Onze matchs, zéro but, et un moral pas loin de toucher le fond.


Malgré cette spirale négative, Simone Zaza constate qu’une personne pense à ses services et souhaite nouer le contact : Cesare Prandelli. L’entraîneur de Valence connaît son compatriote et sait très bien pourquoi son profil est adapté au club espagnol. « C’est un joueur de caractère, et c’est ce dont l’équipe a besoin, explique le coach au boss Peter Lim lors d'une visite à Singapour. Il faut des joueurs qui ne ressentent pas la pression du Mestalla. » Lim entend la volonté de son entraîneur, mais dans le même temps, il lui explique ne pas pouvoir recruter quatre joueurs supplémentaires au mercato d’hiver, comme convenu au préalable. Résolu à quitter le navire blanquinegro à la suite de cette promesse non tenue, Prandelli fait pourtant bénéficier Zaza de rapports avancés avec la Juventus afin que le deal se fasse à la mi-janvier. Sans le même coach, mais avec de nouveaux partenaires et un nouvel environnement.

Human after all


Numéro 12 dans le dos, Zaza prend ses marques à domicile, où le nouvel entraîneur Voro lui donne son entière confiance : deux buts sur les deux dernières réceptions, et sa première filoche face à l’Athletic Bilbao, le 19 février (2-0). Une libération, comme le décrit l’intéressé. « Cela faisait une éternité que j’avais très envie de marquer... Maintenant, je vais profiter de ce but et de la victoire. Pour moi, ce but est très important au niveau humain. Ici, je sens qu’il y a une équipe, des coéquipiers que j’apprécie et c’est le plus important pour moi. » Une manière indirecte d’envoyer un message aux dirigeants du club pour lever son option d’achat, fixée à 16 millions d’euros ? Qu’il se rassure, Zaza devrait encore être un Ché la saison prochaine. Selon les médias espagnols, sa clause de rachat est activée de façon automatique s’il participe à dix rencontres sous ses nouvelles couleurs. Le voilà déjà à sept, pour trois succès. Hasta la victoria, siempre.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 21
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18