En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // CAN 2012
  2. // 1/2
  3. // Zambie/Ghana (1-0)

Zambie zouba !

Malgré un pénalty injuste sifflé contre eux, malgré la domination sans partage de Ghanéens individuellement très supérieurs, la Zambie du docteur Renard a su faire le dos rond et planter un coup de poignard dans le coeur très noir ce soir des blacks stars à la 80ème minute. Les Chipolopolo sortis vainqueurs de ce duel de pays anglophones, seront les invités inattendus de la finale.

Modififié
Zambie - Ghana : 1-0
But: E.Mayuka (78e) pour les Chipolopolo.

Faire la tortue, défendre à l'arrache et exploiter le moindre ballon de contre. Le jeu zambien n'est pas compliqué, il n'est pas funky mais il est bigrement efficace. Face à des Ghanéens qui leur marchaient dessus, les Chipolopolos acceptent bien volontiers de se faire piétiner. Ils plient sans rompre, grâce au très bon match de leur gardien Mweene, décisif à plusieurs reprises devant Gyan ou Ayew. Les Black Stars pas assez pragmatiques auraient pu tuer le match à plusieurs reprises comme à la 6ème minute quand l'arbitre algérien siffle un pénalty absurde, que manque de convertir l'intérieur du pied chevrotant de Gyan. Et puis finalement au bout d'un match où ils n'auront pas eu d'occasions, les boulets de cuivre défient la logique et sortent l'ogre ghanéen. La note est salée pour les hommes de Stevanovic. A Accra les regrets seront éternels.

Pourtant les blancs avaient bien entamé la partie dans le stade vide de Bata où Teodoro Obiang s'installe tranquillement. Malgré le penalty raté très tôt dans le match, les quarts de finaliste du dernier mondial appuient sur le champignon et les occasions se multiplient. Le trio offensif combine bien et fait la différence à chaque fois en vitesse et en puissance. Les Chipolopolos trop polis laissent jouer les frères Ayew. Sur le banc Hervé Renard et sa chemise détrempée par l'humidité tirent la tronche. Car si le goupil a une tactique en tête elle semble périlleuse. Visiblement la Zambie a décidé subir sous les coups de boutoir d'Asamoah et consorts. Disciplinés, bien en place, ils ne font cependant pas le poids individuellement. Maltraités par les dribbles de Jordan et les aller-retour d'Inkoom, ils frisent la correctionnelle à la 30eme sur un corner mal exploité par le petit dernier d'Abedi Pele puis à la 38eme sur une frappe de Kwadwo Asamoah. Malgré tout les Oranges sont à deux doigts de faire mouche sur une contre attaque: Rainford Kalaba conduit vite et bien la balle sous la pluie et délivre une merveille de passe à captain Katongo qui manque de peu le cadre. En somme une manière de dire: "Si vous marquez pas les gars, on va pas se gêner". Premier avertissement, sans frais.

Comme on change une équipe qui ne gagne pas, le coach des Chipolopolo a lui compris qu'il était temps de faire rentrer la perle Mayuka pour remplacer Chamanga trop emprunté. Malgré cela le monologue des Black Stars continue. Boateng conduit bien l'autobus blanc, qui fait tourner comme au hand mais il y a toujours une jambe, une satanée jambe zambienne. Cependant rien n'a changé depuis la première mi-temps, et le but tant attendu n'arrive pas. Isaac Versah, queue de cheveux lockée au vent, remplace Mensah encore blessé, puis étrangement Gyan pourtant bon, sort pas très content remplacé par Prince Tagoe. Un changement un peu bizarre qui a le malheur de couper les jambes ghanéennes alors dans un temps fort, ce dont profite immédiatement Mayuka. A l'entrée de la surface, l'avant-centre reçoit la balle dos au but, fait volte-face et envoie une frappe enveloppée parfaite qui vient mourir au pied du poteau. Instant d'éternité où les yeux écoeurés des Stars Noires observent dépités les joyeuses pirouettes de l'attaquant des Young Boys Berne. Sur un dernier cafouillage, la défense zambienne héroique renvoie à l'arrache les frappes des frères Ayew pour permettre aux Chipopolos d'aller dans la maudite Libreville, où en 1994, l'avion de la sélection s'était abimé, tuant les joueurs de la génération dorée du football zambien.

Par Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 19:11 Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner Hier à 12:38 Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis !
Hier à 12:17 Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 Hier à 10:05 Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mercredi 21 février Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 90 mercredi 21 février Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 20