1. // CAN 2013
  2. // Groupe C
  3. // Journée 1
  4. // Zambie/Éthiopie

Zambie, un héritage trop lourd à porter ?

Tenant du titre, la Zambie, c’est sa force et sa faiblesse, se doit de confirmer ses ambitions en Afrique du Sud. Entre incertitudes et attentes démesurées, l’équipe du Français Hervé Renard interroge : a-t-elle les armes nécessaires pour aller au bout ?

Modififié
0 3
Il y a un an, Chris Katongo (élu meilleur joueur de l’édition 2012) et ses coéquipiers prouvaient que la solidité défensive, la cohésion collective et l’abnégation pouvaient amener n’importe quelle équipe au sommet. Après trois victoires consécutives de l’Égypte (2006, 2008, 2010), et quelque part entre les surprises créées par le Danemark (1992) et la Grèce (2004) durant le championnat d’Europe, la Zambie s'invitait sur le toit de l'Afrique. Une surprise, une belle. Mais la fête est finie, retour à la dure réalité, avec tout d’abord une qualification difficile pour la CAN 2013. Alors, la Zambie est-elle vraiment capable de conserver son titre ? Réponse en trois parties.

Oui, c’est leur ambition

Si les joueurs zambiens n'intéressent pas vraiment le recruteur européen, est-ce pour autant qu’il ne faut pas y croire ? Après tout, l’équipe d’Hervé Renard ne dispose d'aucun joueur vedette, de ceux qui tapent une crise d’égo parce qu’ils sortent à la 85e alors qu’ils voulaient jouer tout le match, et c’est tant mieux. Unité, tel est le mot d’ordre. Alors, bien sûr, parfois c’est brouillon ou laborieux, mais cela peut aussi mener très loin. L’histoire récente est là pour le prouver. D’autant que Renard a reconduit quasiment la même équipe que l’année passée (seuls six joueurs sur les 23 n’étaient pas là) et que, magie du tirage au sort ou avantage d’être tête de chapeau, la Zambie n’aura que le Nigeria pour principal adversaire. L’Éthiopie et le Burkina Faso n’étant pas, a priori, des candidats sérieux aux quarts de finale.

Non, ils vont revenir brutalement sur Terre

Les matchs éliminatoires en témoignent : l’euphorie des Zambiens semblent de plus en plus fragile, comme suspendue au bout d’un fil. Et pour cause, fin décembre, les Chipolopolos s’inclinaient tristement en match amical contre la Tanzanie (0 à 1), une modeste équipe non qualifiée pour la CAN 2013. Un résultat que les matchs nuls contre le Maroc et la Norvège (0-0 tous les deux) n’effacent absolument pas. Au contraire, ces trois rencontres posent une question : meilleur duo offensif de la précédente édition, Chris Katongo et Emmanuel Mayuka arriveront-ils à porter une fois de plus l’attente de toute une nation sur leurs épaules ?

Peut-être, le foot contient une part de hasard

Il y a un an, après deux finales perdues (1974, 1994), la Zambie remportait pour la première fois la Coupe d'Afrique des nations. À la surprise générale, les hommes d’Hervé Renard avaient donc fait chuter successivement le Soudan, le Ghana et, pour finir en beauté, la Côte d’Ivoire. Qui nous dit qu’ils ne peuvent pas répéter ce genre d’exploit ? Après tout, si l’approche a changé, la ligne de conduite de l’équipe, elle, n’a pas bougé d’un iota : faire déjouer l’équipe adverse. Et les résultats de 2012 le démontrent. Outre la victoire en Coupe d’Afrique, les Zambiens ont systématiquement gagné contre les grosses équipes (Ghana et Afrique du Sud) et chuté contre les petites (Malawi, Tanzanie,...). À croire que dès qu’il faut faire le jeu, les choses se compliquent.

Une dernière chose. Certes, les chances de mener à bien cette opération s’avèrent faibles, mais les supporters zambiens peuvent être sûrs d’une chose : leurs joueurs feront de leur mieux. Car, comme on dit là-bas : « Le vieux léopard peut perdre sa méchanceté, non la couleur de sa peau. » Punchline !

par Maxime Delcourt
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Captain_Zissou Niveau : District
La victoire de la Zambie à la dernière CAN dénote bien le niveau actuel du football africain...
Si je suis ton raisonnement, la victoire de Chelsea en Champion's league l'année passée dénote bien le niveau actuel du football européen. Qu'est-ce qu'il faut pas entendre????
Captain_Zissou Niveau : District
Mais "LOL". Chelsea n'a peut-être pas gagné avec le plus beau football cette Champion's League mais de là à faire passer cette équipe pour de la daube... Elle avait, par exemple, l'un des attaquants africains les plus forts, voir le plus fort... Une équipe de taulier!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La semaine Twitter
0 3