1. // Tour de France
  2. // 17e étape
  3. // Berne-Finhaut-Emosson

Zakarin en solitaire

Dans une étape une nouvelle fois décevante, Zakarin fait briller le sport russe, talonné par Pantano. Dans le peloton, Quintana s'est fait distancer dans les derniers mètres par un Chris Froome toujours aussi facile. Richie Porte, lui, vient de s'engager à nouveau avec la Sky.

Modififié
17 9
Les jours passent et se ressemblent depuis le début de ce Tour de France. Alors qu'on attend désespérément un peu d'action dans le peloton, les étapes finissent toutes par décevoir, même celles au joli tracé. Bavard avant le début de la course, Quintana, qui annonçait une attaque sur le maillot jaune de Chris Froome, a finalement rapidement déchanté pour se contenter de faire ce qu'il fait de mieux : sucer des roues. Au-delà de ce duel qui n'aura sans doute jamais lieu, ce sont les techniques des différentes équipes qui sont aujourd'hui à pointer du doigt, et particulièrement celle des Astana. En bref, voilà un petit guide pour prévoir les deux dernières étapes de montagne : aucune attaque avant le dernier col, attaque de Froome, Quintana ne suit pas, Porte emmène son « coéquipier » en haut.

Sagan, les chaussettes en titane


Manifestement pas rassasié après sa courte victoire à Berne, Peter Sagan avait décidé d'éclabousser une nouvelle fois les routes du Tour de France de sa classe, ce mercredi. Après un début d'étape marqué par l'abandon de Gorka Izaguirre, suite à une chute, le maillot vert attrape la bonne échappée dans la côte de Saanemöser. Dans un groupe menant bon train, avec Pantano, Feillu, Majka ou encore Gallopin et Morabito, Sagan fait plus que se cacher. C'est le sprinteur qui donne le ton et permet aux échappés de prendre six, huit, puis douze minutes d'avance sur un peloton qui décide de laisser filer les fuyards. Impressionnant de facilité dans un parcours qui n'est pourtant pas le sien, Rambo ne lâche rien.



Son objectif est défini : passer en tête au sprint intermédiaire de Martigny pour sécuriser son maillot vert. Une fois son but atteint, le sprinteur lâche le groupe de tête pour finir la course à son rythme. Les hostilités se préparent lentement, les Movistar se pointant en tête du peloton pour préparer une attaque annoncée de Quintana. Dans les premiers kilomètres du col de la Forclaz, Gallopin et Lutsenko faussent compagnie à leurs compagnons d'échappée. Le Français est rapidement repris, mais le coureur de l'équipe Astana résiste. Derrière, c'est un autre Français qui donne tout pour revenir sur le groupe de tête : Alaphilippe. Un bien beau premier tour pour le coureur de la Quick Step.

Majka/Pantano bis


Dans les premiers kilomètres du col du Forclaz, Van Garderen se met à compter les pavés. Devant, Lutsenko est repris et Majka passe en tête du col de catégorie 1 pour grappiller dix points cruciaux dans sa quête du maillot blanc à pois rouges. Le peloton s'écrème rapidement et ne restent bientôt plus que les leaders et quelques vaillants soldats à leurs côtés. Dans l'ultime descente du jour, Majka et Pantano filent en tête pour un remake de la quinzième étape. À dix kilomètres de l'arrivée, on attend encore et toujours une attaque de Quintana. Le Colombien ne reprendra pas trois minutes à Froome aujourd'hui, et cette étape semble être bien partie pour décevoir à nouveau.



Zakarin – dont le contrôle positif à 19 ans tache encore son CV – rattrape finalement les deux hommes en tête et se permet même de lâcher Majka sur une attaque fulgurante. Le coureur russe massacre ses pédales pour s'en aller tranquillement vers la victoire d'étape. Pantano, maillot jaune du prénom le plus improbable de ce tour, ne lâche pas l'affaire et garde Zakarin dans sa ligne de mire. Dans le peloton, les Astana mettent Aru sur orbite. Mais à quelques secondes d'une potentielle attaque, Diego Rosa (futur pion de la Sky) se prend une balle dans la nuque et se gare sur le bas côté, laissant son leader rentrer seul dans le peloton. C'est finalement Valverde et Martin qui tentent de timides attaques, bien vite rattrapés par les policiers de la Sky. L'Espagnol prend même un méchant retour de bâton qui permet à Romain d'intégrer le top 5. Au final, rien n'évolue plus: Zakarin remporte l'étape et Froome termine facilement. De quoi faire grincer des dents.


Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Parker Lewis Niveau : DHR
Curieux de connaître les audiences cette année. Le pire TDF depuis la victoire de Wiggins qui a inaugurée une ère de grandes boucles bien tristes mine de rien... Merci d'être là Sagan!!
Bon je le dis tout de suite je suis un cyclistix, j'aime bien sans plus le temps d'un tour de France, mais je me demande : c'est quoi le délire, la Sky a vraiment une équipe du feu de dieu genre Dream Team 1992 ? c'est pour ça que c'est aussi chiant, les mecs sont tellement plus forts que les autres que personne peut même oser penser essayer de les attaquer ?
J'ai l'impression que c'est la même que l'année dernière, un leader décidé dès la 1ere semaine dans un style super chiant avec peu de rebondissements de course. Après on est ptetre chauvins-dépités devant l'absence de concurrence française.
Message posté par CAMOMILLE
Bon je le dis tout de suite je suis un cyclistix, j'aime bien sans plus le temps d'un tour de France, mais je me demande : c'est quoi le délire, la Sky a vraiment une équipe du feu de dieu genre Dream Team 1992 ? c'est pour ça que c'est aussi chiant, les mecs sont tellement plus forts que les autres que personne peut même oser penser essayer de les attaquer ?
J'ai l'impression que c'est la même que l'année dernière, un leader décidé dès la 1ere semaine dans un style super chiant avec peu de rebondissements de course. Après on est ptetre chauvins-dépités devant l'absence de concurrence française.


oui c'est bien une grosse machine. Mais en plus il n'y a pas de vrais concurrents. Valverde, Mollema, Porte ou Bardet ne sont pas des gros attaquants et pas vraiment des mecs pour mettre le feu. Quintana pour l'instant sur le tour appartient aussi a ce groupe. Les mecs avec un profil plus apte a faire exploser des choses ne sont pas encore prets, n'ont plus les jambes ou n'ont pas d équipe: Contador, Nibali ou Pinaut
J'aimerais ne pas comparer la Team Sky de Froome à l'US Postal d'Armstrong ou à la Banesto d'Indurain mais leur manière de dominer la course et de neutraliser les adversaires est quand même assez semblable...
C'est triste de devoir espérer que ça se bagarre un peu à l'avant pour prendre un peu de plaisir devant une étape de montagne...
Mouais, enfin ce qui saute aux yeux, c'est surtout la nullité de leurs adversaires.. Cete Sky est loin d'être imprenable, et ce Froome est le moins saignant des cinq dernières années. Si ça suffit, c'est clairement de la faute de leurs concurrents.
zinczinc78 Niveau : CFA
Message posté par .Pelusa.
Mouais, enfin ce qui saute aux yeux, c'est surtout la nullité de leurs adversaires.. Cete Sky est loin d'être imprenable, et ce Froome est le moins saignant des cinq dernières années. Si ça suffit, c'est clairement de la faute de leurs concurrents.


L'avantage technologique de la Sky est indéniable.. Les anglois qui ont débuté le cyclisme aux JO de 2012 ont vraiment trouvé la potion magique !

Et que dire d'un Soviet qui gagne une étape le lendemain de la sortie du rapport Maclaren sur le dopage d'état en Russie.. Les mecs n'ont peur de RIEN !
Simon_Adebisi Niveau : DHR
Message posté par .Pelusa.
Mouais, enfin ce qui saute aux yeux, c'est surtout la nullité de leurs adversaires.. Cete Sky est loin d'être imprenable, et ce Froome est le moins saignant des cinq dernières années. Si ça suffit, c'est clairement de la faute de leurs concurrents.


Du même avis!
Ça manque cruellement d'audace et de panache chez les "concurrents" de Froome...
Les mecs ils viennent pour le podium, c'est d'une tristesse.
En plus les sky sont prenables pour preuve Porte à bien réussi à sortir, et Froome tout le monde voit bien qu'il n'est pas aussi impérial!D'ailleurs lui aussi le sait... quel intérêt avait-il à prendre du temps dans la descente risquée sur Bagnère de Luchon ou à l'arrivée sur Montpel s'il savait qu'il pouvait lâcher tout le monde easy sur une arrivée au sommet en mode Planche des belles filles? Le mec il était pas serein mais là c'est trop tard, il voit bien qu'en face il n'a qu'un Quintana en dessous et une brochette de petits bras. Je suis aussi déçu par Bardet qui pouvait faire de grandes choses... bon il lui reste quelques étapes mais bon, j'aurais aimé le voir plus conquérant et moins dans le calcul... Vraiment dommage que Pinot ce soit complètement troué sur ce tour, car lui en terme d'audace et de panache il me plait vraiment!
Message posté par .Pelusa.
Mouais, enfin ce qui saute aux yeux, c'est surtout la nullité de leurs adversaires.. Cete Sky est loin d'être imprenable, et ce Froome est le moins saignant des cinq dernières années. Si ça suffit, c'est clairement de la faute de leurs concurrents.


J'ai un peu de mal à trouver Froome moins bon que les autres années, je pense au contraire qu'il a encore moins de taff à faire grâce à une équipe absolument monstrueuse que je trouve justement imprenable...
Coach Kévinovitch Niveau : Ligue 1
Message posté par zgroten
J'ai un peu de mal à trouver Froome moins bon que les autres années, je pense au contraire qu'il a encore moins de taff à faire grâce à une équipe absolument monstrueuse que je trouve justement imprenable...


Je suis d'accord avec toi.

Son équipe est imprenable grâce à son énorme budget (20 millions d'euros) et le fait qu'elle comporte 5 ou 6 équipiers avec un niveau de leader (Poels, Thomas, Landa, Nieve, Henao) qui sont à fond une étape sur deux grâce à une rotation dans leur boulot d'équipier.

Froome affronte ses adversaires avec l'aide de ses jambes et de son équipe.

Chacun de ses adversaires affronte Froome, les cinq équipiers à niveau de leader de la Sky ainsi que les autres adversaires. Ces cinq équipiers, ce sont eux qui ont repoussés la quasi-totalité des attaques adverses (sauf celle de Porte d'hier mais l'australien compte comme un Sky).

Froome est non seulement le plus fort mais c'est comme s'il conduisait une Mercedes en F1 de surcroît. Après c'est sûr que ses adversaires comme Quintana ou Aru sont loin de leur meilleure forme.

Toutefois, un salary cap devient nécessaire pour éviter qu'une équipe achète des leaders à coup des millions pour les faire jouer le rôle d'équipier d'un leader très avantagé pour gagner le Tour pour le coup. C'est ainsi que Wiggins a pu triompher aisément en 2012.

Sans cela, Froome demeure un crack et empocherait la mise mais beaucoup moins inéluctablement donc il y aurait plus de suspense, d'actions et d'attaques.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
17 9