En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Légende
  2. // Interview
  3. // Partie 1

Youri Djorkaeff : « Mes grands-parents ont vu des atrocités »

On retrouve Youri Djorkaeff dans un café chicos de Midtown Manhattan, où il a ses habitudes. Il arrive avec le portable à l'oreille. Son fils Oan, en centre de formation à Évian Thonon Gaillard, est au téléphone. « Les occasions de parler sont trop rares » , dit-il. Youri est comme on l'imagine : souriant, décontracté. Il s'installe sur la banquette et commande un thé vert. Retraité du foot depuis 2006, quand il a raccroché les crampons de son dernier club, les New York Metrostars, le champion du monde a refait sa vie aux États-Unis. Les heures exaltantes de l'Inter, du PSG, de Monaco et de l'équipe de France sont derrière lui, mais l'appel de la pelouse reste fort pour « The Snake » , qui pourrait bien y succomber à nouveau.

Modififié
Ton truc, quand tu étais gamin, ce n'était pas le foot, mais le judo et la natation.
Le foot était dans ma famille par mon père et mon grand frère. Pour moi, le foot est venu petit à petit, grâce à mon grand frère qui jouait en Division 3. On jouait souvent ensemble dans le jardin. J'allais taper le ballon avec lui. Comme tous les grands frères, il me mettait dans le but et frappait. J'ai commencé à jouer avec les plus grands à l'UGA Décines (club d'Arméniens en banlieue lyonnaise, ndlr), le club où j'ai eu ma première licence. Mon père était entraîneur. Il y avait tous les gars du quartier. On jouait dans la rue et puis, à 17h, on allait à l'entraînement. Il faut remettre tout ça dans son contexte : aujourd'hui, il y a des jeux vidéo, internet. Nous, quand on a commencé, il y avait les vélos et le foot. On faisait des buts avec les plots. On aimait bien « chiller » tous ensemble. Après l'école, on faisait les devoirs à l'arrache et on sortait jouer. J'aimais jouer au foot, mais j'aimais surtout être avec les grands. Le foot m'a pris petit à petit. Je n'ai jamais eu la révélation du foot. Certes, j'allais regarder les matchs, je soutenais une équipe comme tous les gosses, j'accompagnais mon frère qui était un vrai mordu, mais je faisais plus du foot par plaisir. Mon truc, c'était plutôt les sports perso.

À quel moment est-ce que le foot est devenu une ambition pour toi ?
Quand j'ai commencé à faire des essais pour entrer dans les centres de formation. J'étais en moins de 15 ans à Villeurbanne, un club très regardé par les recruteurs. J'étais un très bon joueur là-bas. J'ai eu beaucoup de propositions. J'ai compris que le foot pouvait devenir important.

Ton père t'a encouragé à te lancer ?
C'était une ambition individuelle. Et c'est pour ça que ça a marché. J'espère que ça sera comme ça pour mon fils, qui est en formation à Philadelphie. Dans ce sport, quand tu es jeune, tu as beaucoup de désillusions. J'en ai eu tout au long de ma carrière. Il faut vraiment vouloir réussir pour s'accrocher. Mais mon père m'a conseillé pendant toute ma carrière. C'était un privilège de l'avoir à mes côtés. Il assistait à quasiment tous les matchs. Il regardait, critiquait, rectifiait, me donnait sa vision du terrain. J'ai beaucoup appris en écoutant mon père.

On raconte que ton père était assez dur avec toi quand il t'entraînait à Décines.
Quand tu es le fils l'entraîneur, c'est délicat. C'est vrai ! En plus, j'étais le plus jeune, il ne laissait rien passer. Mais d'un autre côté, ça me plaisait, et en plus, j'étais le chouchou des plus grands.

« Mon père assistait à quasiment tous les matchs. Il regardait, critiquait, rectifiait, me donnait sa vision du terrain.  »
Pourquoi aimais-tu passer du temps avec les plus grands ?
J'étais mature assez tôt. J'avais toujours des amis plus âgés que moi. Toute ma vie, j'ai toujours été avec des personnes plus âgées. J'avais envie d'apprendre vite. Et le meilleur moyen d'apprendre vite, c'était d'être avec les adultes.

Tu jouais déjà milieu offensif quand tu as commencé ?
Oui. J'étais numéro 8, un joueur polyvalent entre le 6 et le 10 qui faisait remonter la balle, mais qui était toujours placé en milieu de terrain et capable de se retrouver dans les 20 mètres. Je n'étais pas le plus rapide. C'était un bon poste pour développer mon jeu. J'étais toujours en mouvement, toujours face au jeu. Le but adverse était toujours face à toi et pratiquement toute l'équipe aussi. Ça donnait une vision large. C'était vraiment bien.

Ton premier club pro est Grenoble. Qu'as-tu appris là-bas ?
Tout. La vie, le métier, le club... Je crois que Grenoble a été une école extraordinaire. Je retiens tout de cette période. Une nouvelle vie a commencé. Pour mes 16 ans, je m'entraînais avec les pros sous la direction de Claude Leroy. C'était du bonheur. À 18 ans, j'étais capitaine.


Ce n'était pas dur d'être capitaine aussi jeune ?
Je l'ai assumé. C'est Plamen Markov, un international bulgare, qui m'a fait capitaine. Il était numéro 10. Il finissait à Grenoble, et progressivement, j'ai pris sa place sur le terrain. Il s'est retrouvé entraîneur, et le premier truc qu'il a fait, c'était de me faire capitaine. J'étais surpris, car il y avait de vieux briscards dans le club qui me regardaient de travers. Il m'a expliqué : « T'as des qualités. T'as pas encore compris toutes les qualités que tu as, mais le fait d'être capitaine va te donner des responsabilités différentes. » À l'époque, je n'avais pas compris. Être capitaine m'a permis de m'exprimer, d'être encore plus efficace, d'épurer mon jeu et ma personnalité. J'étais obligé d'aller voir l'arbitre, de lui parler. Avant j'étais plus réservé, plus timide. En étant capitane, je suis sorti de mon rôle d'aspirant du centre de formation qui voulait jouer avec les pros, qui pouvait faire la différence, qui dribblait, marquait, faisait marquer. Là, il m'a sorti de mon rôle et m'a dit : « Maintenant, t'es le leader de l'équipe ! »

Qu'est-ce qu'il a vu en toi à ton avis ?
En simplifiant, que je pouvais changer un match. Quand tu fais partie d'une équipe, tu espères gagner. Mais moi, je me suis rendu compte que je pouvais changer un match. Que sur un ballon qui traînait, tu pouvais faire la différence. Tu peux défendre pendant 90 minutes, arracher le nul, c'est super… Mais tu peux aussi défendre et en plus mettre une lucarne des 20 mètres ! Je me suis rendu compte qu'il y avait peu d'opportunités de faire cette différence-là. Tu cherches à être dans une position qui va te permettre de planter, ou être dans une position pour récupérer un ballon qui va rebondir sur un tibia. J'ai compris que tu faisais la différence quand tu étais en mouvement. Le ballon était inconsciemment toujours là où je l'attendais. Après, mon boulot était de regarder mes coéquipiers et anticiper ce qu'ils allaient faire. Et ça, c'était passionnant.

La D2 et la D3, c'était une bonne école pour toi ?
Putain, on en a mangé de la terre ! (Rires) J'avais la chance d'avoir dans l'équipe de vraies pointures respectées dans le milieu professionnel, aussi bien dans l'élite que dans les bas quartiers. On pouvait voyager de partout. Dans les coins chauds, ils disaient : « Le petit jeune, on n'y touche pas. » Il y avait du respect par rapport à mon nom et l'image de mon père. Mais j'avais toujours deux-trois gars qui arrivaient dans les moments chauds pour me défendre.

« On s'est pris la tête avec Arsène Wenger, mais nous avons eu de bons échanges. »
Tu as toujours eu une image de joueur modeste, dans la retenue. C'est dû à la volonté de ne pas froisser ton nom ?
Oui. Ça, et mon éducation. Porter un nom connu est à double tranchant, car si t'es un petit con, tu peux t'en prendre plein la vue. Il fallait être le plus propre possible. Après, mon éducation m'a beaucoup aidé à avoir de la retenue dans les bons et les mauvais moments. C'est lié à l'origine de mes grands-parents, surtout du côté arménien. Ils ont vu des atrocités, ils ont tellement souffert. Ils disaient toujours : « C'est pas grave, c'est pas grave, c'est pas grave » . Parfois, on avait des discussions, et on se tournait vers les grands-parents qui nous disaient : « C'est pas grave » .

Toi aussi, c'est ta philosophie de vie : « C'est pas grave » ?
Oui, mais c'est bien aussi de pouvoir s'exprimer. J'ai la chance de pouvoir faire les deux : de pouvoir dire « c'est pas grave » et de dire quand les choses sont graves. J'ai une grande tolérance et une grande indulgence, mais je suis aussi d'une grande fermeté. Je peux être dur pour me faire respecter. Mais juste. On ne me la fait pas. On ne me la raconte pas.

Après Grenoble et le RC Strasbourg, tu arrives dans l'élite en signant à l'AS Monaco d'Arsène Wenger.
J'étais le plus grand transfert de l'ASM à l'époque. Avec Wenger, c'était super. J'avais 21 ans, j'avais une certaine forme de jeu, des automatismes. Wenger voulait des gens sur le côté, au milieu… Moi, tu m'y laissais cinq minutes sur le côté ! Ou tu me disais de rester au milieu et j'allais à droite, à gauche. On s'est pris la tête avec Arsène, mais nous avons eu de bons échanges. J'ai aussi appris le métier avec lui. Il y a des exigences à avoir sur le terrain, je les ai apprises avec lui.


En cinq saisons à Monaco, pas un titre de champion de France. C'est un regret ?
C'est un gros regret. On avait l'équipe pour y arriver, mais on s'est écroulés à la fin contre Marseille. Monaco méritait un titre. On est passés à côté de deux-trois autres évènements aussi, comme une finale de Coupe des coupes et une demi-finale de Champions League contre le Milan AC. Pour moi, c'était quand même une super expérience : une première sélection en équipe de France, des joueurs incroyables, avec un président, Jean-Louis Campora, qui était une grande figure du football français.

Tu as toujours eu de bonnes relations avec tes présidents, sauf à Kaiserslautern plus tard. Pourquoi ?
Je négociais directement mon contrat. Quand je parlais de mes contrats, il y avait mon père, mon avocat et moi. Et quand t'es face à ton président, et qu'il dit une somme et qu'il te regarde dans les yeux, et que tu le regardes dans les yeux, y a plus de bullshit. Ni lui ni moi.

Tu avais la réputation d'être un joueur perso sur le terrain. Tu trouves ça juste comme critique ?
Non, je me régalais. À un moment donné, les journalistes ne savaient plus où me mettre. À l'époque, on sortait de l'ère Platini. Il fallait une relève, un nouveau numéro 10. Je ne voulais surtout pas avoir une étiquette et être le successeur de quelqu'un. J'étais le précurseur du 9,5. Un jour on m'a demandé dans quelle position je jouais. J'ai dit : « 9,5 » . « Hein quoi ? C'est quoi ? » On me faisait chier, car il fallait expliquer. On n'a pas besoin d'expliquer. Quand t'es attaquant, ton job c'est de marquer. J'ai vu plein de jeunes joueurs arriver en équipe de France qui m'ont dit que mon comportement sur le terrain et en dehors les avait inspirés.

1995. Après Monaco vient le PSG de Luis Fernandez. Vous avez des personnalités assez différentes. Comment s'est passée votre relation ?
C'était un entraîneur avec une carrure. Luis fait partie de cette trempe de gars capables de lever une armée alors qu'on est trois pour faire la guerre. Je le connaissais bien. Mon père était l'adjoint d'Henri Michel a un moment donné. Luis était des Minguettes. Ça a marché tout de suite. C'était un entraîneur qui prenait des risques. Il allait de l'avant, il n'était pas académique. Les gens se sont arrêtés sur l'épisode Ronaldinho, mais à mon époque, il faisait des matchs à quatre attaquants ! C'était quelqu'un qui faisait des coups, qui cherchait des gens sur les couloirs, qui montaient. C'était un PSG très offensif.

C'est lui qui t'a donné le surnom de Snake.
Ça vient de Monaco, un jour Luis l'a repris.


⇒ retrouvez la suite de notre entretien fleuve avec Youri Djorkaeff

Propos recueillis par Alexis Buisson, à New-York
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:28 Parme passe sous pavillon chinois 32 Hier à 16:25 Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 23
Hier à 11:15 Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 88 Hier à 09:10 Corinthians sacré champion du Brésil 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 7 mercredi 15 novembre Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 11 mercredi 15 novembre Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 13 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 44 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 mardi 14 novembre Les Suédois ont cassé le plateau d'une chaîne de TV après la qualif' 30 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 188 lundi 13 novembre OM : la photo souvenir d'Évra 43 dimanche 12 novembre Le geste de grande classe de la réserve du Rayo Vallecano 14 dimanche 12 novembre Un penalty d'une dimension parallèle marqué en D4 roumaine 21 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 vendredi 10 novembre Le but classieux de Lys Mousset lors de France-Bulgarie 6 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Ben Arfa piégé comme un bleu par Hanouna 50 jeudi 9 novembre Le but de furieux signé Keisuke Honda en Coupe du Mexique 16 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Le tacle assassin d'un U17 de Fenerbahçe face à Galatasaray 21 dimanche 5 novembre Le but magnifique de Meijers face au Feyenoord 1 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS D'OCTOBRE 8 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 vendredi 3 novembre MHD présente le nouveau maillot du Cameroun 9 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Le superbe but d'une joueuse de Nancy face à Grenoble 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre Le but « messiesque » d'un jeune de 14 ans du Benfica 11 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Le Récap "Coupe de la Ligue" de la #SOFOOTLIGUE 7 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16 vendredi 27 octobre David Trezeguet candidat pour devenir directeur sportif à River 12 vendredi 27 octobre À Tahiti, un arbitre se bat avec un supporter pendant un match 9 jeudi 26 octobre Le ballon du Mondial russe a fuité 47 jeudi 26 octobre Charlotte Lorgeré impressionne au chant pour son bizutage 23 jeudi 26 octobre Un footballeur roumain fait ses débuts avec une prothèse du bras 30 mercredi 25 octobre Un gamin de 10 ans parcourt 500 kilomètres en avion pour s'entraîner 7 mercredi 25 octobre FPF : une amende record de 45 millions d’euros pour QPR 23 mercredi 25 octobre Les fans de Crystal Palace refusent le maillot de Pape Souaré 11 mercredi 25 octobre Un joueur ultra-rapide en D1 indonésienne 25 mercredi 25 octobre Affaire Anne Frank : des ultras d'Ascoli boycottent la minute de silence 77 mardi 24 octobre Rafik Kamergi en casquette sur l'animation d'avant-match 3 mardi 24 octobre Un joueur de Premier League soupçonné de tentative de viol 41 mardi 24 octobre Elle reprend les chansons des fans de San Lorenzo (via Brut Sport) mardi 24 octobre Le vrai meilleur buteur de l'Histoire (via Brut Sport) mardi 24 octobre Pourtant repêchée, l'Égypte se retire du CHAN 2018 9 mardi 24 octobre Les joueurs des championnats uruguayens en grève 7 mardi 24 octobre Le premier club de foot de l'histoire fête ses 160 ans 25 mardi 24 octobre Philadelphie recrute un tatoueur 7 mardi 24 octobre La voiture de Jefferson braquée 18 mardi 24 octobre Un joueur de Preston obligé de revenir sur la pelouse pour se prendre son rouge 6 lundi 23 octobre Giroud remporte le prix Puskás 56 lundi 23 octobre Un supporter chilien parcourt 3000 km pour son équipe 6 lundi 23 octobre 273€ à gagner avec la Lazio & l'Atalanta 1 lundi 23 octobre Un supporter sort du coma grâce aux chants du stade 11 lundi 23 octobre L’actionnaire majoritaire de Lens était avec les ultras 8 lundi 23 octobre Record de points pour le Toronto FC en MLS 13 lundi 23 octobre Un jeune stadier trolle les téléspectateurs d’Everton-Arsenal 19 lundi 23 octobre Un joueur du Fenerbahçe protège l’arbitre de touche 2 dimanche 22 octobre David Neres claque un geste « à la Berbatov » 5 dimanche 22 octobre Raiola balance sur le racisme dans le monde du foot 73
À lire ensuite
Le secret Iniesta