1. //
  2. // Les Herbiers-Guingamp
  3. // Itw

Yannis Salibur : « Connaître un entraîneur humainement, c’est très important »

Yannis Salibur, ancienne pépite du centre de formation lillois, s’éclate aujourd’hui à Guingamp, après un passage par la Ligue 2. Un mec qui n’a plus envie de regarder dans le rétroviseur, et préfère savourer l’instant présent.

Modififié
La saison dernière, Guingamp terminait 16e du championnat avec tout juste le nombre de points pour se maintenir. Et cette saison, avec un effectif similaire, vous oscillez entre la 5e et la 8e place. Qu’est-ce qui a changé ?
C’est un nouveau cycle. On arrive plus à emballer les matchs. Quelques joueurs cadres sont partis, on a eu quelques doutes, mais ceux qui sont arrivés se sont bien fondus dans l’effectif et nous apportent beaucoup. Il y a aussi un nouvel entraîneur. On a bien commencé, on a fait une bonne première partie de saison, ce qui nous a permis d’être bien classés. La deuxième partie est pour l’instant plus délicate, mais il n’y pas de doutes, parce qu’on sait ce qu’on sait faire. Il y a de bonnes bases, on va bientôt recommencer à gagner des matchs.

Tu me parles d’Antoine Kombouaré. Qu’est-ce qu’il a apporté de nouveau dans sa méthode ?
Je n’aime pas trop comparer les coachs, ce n’est pas mon truc. Chacun sa méthode. Avec Jocelyn Gourvennec, ce sont deux coachs différents. Et Gourvennec fait du très bon boulot à Bordeaux, comme Kombouaré fait du très bon boulot à Guingamp. J’ai une très bonne relation avec lui, que ce soit sportivement ou humainement.

« Avec Eden, on a des liens amicaux très forts, on n’a plein de points en commun, dont la passion pour le football bien sûr. Je ne regarde pas en arrière, je suis content de ma carrière. Je ne me dis pas : "Mince, Eden est un des meilleurs joueurs du monde et pas moi." »

Il y a pas mal de matchs où vous étiez malmenés en première mi-temps et où vous revenez avec un visage complètement différent après la pause, comme lors de la victoire 3-1 contre Lyon.
C’est vrai. Et l’exemple de Lyon est parlant, parce que franchement, il suffisait juste d’un changement d’état d’esprit. On était menés à la mi-temps, et je me souviens que l’entraîneur nous a bougés et nous a dit qu’il fallait aller les chercher, les harceler. Il a su trouver les mots parce qu’à peine de retour sur le terrain, on presse très fort d’entrée, on provoque une perte de balle et on marque. On défendait en avançant, c’était parfait. De toute façon, on est bien meilleurs quand on arrive à emballer le match, car on a des joueurs qui se projettent très vite.

C’est ta deuxième saison en Ligue 1. Finalement tu es arrivé tard au plus haut niveau. Tu as douté à un moment ?
Non, franchement jamais. Parce que je suis sûr de mes qualités. Le football, ce n'est pas forcément toujours comme on veut. J’ai joué avec des joueurs qui avaient énormément de talent et qui auraient mérité de réussir aussi. Mais j’ai toujours cru en moi, et j’espère que je vais continuer à être performant et à toujours aller plus haut.

Après tes débuts en région parisienne et ton passage à Clairefontaine, tu arrives au centre de formation de Lille. Là-bas, tu côtoies un certain Eden Hazard et il paraît que tu es considéré comme son égal en matière de talent pur.
(Rires) On me le répète tout le temps, je n’y fais plus trop attention. C’est vrai que l’on était tous les deux les gros espoirs du club à l’époque, mais chacun son parcours. Comme je l’ai déjà dit, avant tout, Eden, c’est un ami proche. On a des liens amicaux très forts, on a plein de points en commun, dont la passion pour le football bien sûr. Je ne regarde pas en arrière, je suis content de ma carrière. Je ne me dis pas : «  Mince, Eden est un des meilleurs joueurs du monde et pas moi. » Aujourd’hui, je suis avant tout très content pour lui, quand je le vois réussir dans des gros matchs. Je le regarde de cet œil.

« À l’époque, j’étais un peu plus impulsif, un peu plus nerveux et un peu plus rancunier. Je n’aimais pas l’injustice, j’étais plus jeune et je démarrais au quart de tour. »

Ton fils s’appelle Eden. Si ça, c’est pas une belle preuve d’amitié.
(Rires) Oui c’est vrai, c’est un petit clin d’œil. Après, c’est un beau prénom, que j’aimais bien à la base.

Jean-Michel Vandamme, votre formateur, disait qu’il vous plaçait à l’opposé sur le terrain pour que vous ne jouiez pas qu’entre vous. C’est vrai ?
Oui, c’est vrai. On avait un coach très rigoureux, très strict. Quand on était tout jeunes, on se comprenait vraiment bien sur le terrain, on avait la même philosophie de jeu, alors on se cherchait beaucoup. C’était super facile de jouer avec lui parce qu’il était déjà très mature dans son jeu. Du coup, il nous recadrait souvent à la mi-temps et nous disait de ne pas jouer tout le temps tous les deux sur le même côté, pour l’équilibre de l’équipe. Alors il nous séparait sur le terrain.


Tu as signé pro très tôt, à seize ans. Mais pendant qu’Eden commençait à avoir beaucoup de temps de jeu avec le LOSC, tu as dû te contenter de deux petits matchs de Coupe. Comment tu expliques ça ?
Tout simplement parce qu’il était plus mature que moi. Il avait un jeu qui correspondait plus au LOSC de cette époque et surtout, il a su saisir sa chance au bon moment. Moi à l’époque, j’avais quelques problèmes de comportement. J’étais fautif, et il y avait aussi certaines personnes du club qui sont aujourd’hui parties qui n’étaient pas forcément d’accord avec le fait que je reste. Mais comme je le répète, je ne regarde pas trop vers le passé. Je regarde de temps en temps Lille parce que j’ai encore quelques amis là-bas. Mais sur le terrain, après, il n’y a plus d’amis. Et puis, j’ai toujours une très bonne relation avec Jean-Michel Vandamme qui était l’un des seuls à me soutenir.

Qu'est-ce qu’on te reprochait en matière de comportement ?
À l’époque, j’étais un peu plus impulsif, un peu plus nerveux et un peu plus rancunier. Je n’aimais pas l’injustice, j’étais plus jeune et je démarrais au quart de tour. Comme plein de jeunes de mon âge. C’est pas forcément passé auprès de certaines personnes au club, et c’est normal. Ce sont des erreurs qui m’ont permis d’en tirer des leçons, c’est bien aussi. Je préfère raisonner comme ça et travailler dans mon coin tranquillement. Je suis quelqu’un d’assez réservé.

Régis Brouard, qui t’a coaché à Clermont, nous disait que si tu n’avais pas percé à Lille, c’est parce que tu manquais de « gnaque » . Tu as ce sentiment ?
Ça a pu m’arriver de choisir mes matchs, c’est vrai. Surtout en Ligue 2. Mais avec Régis Brouard, c’était différent. On avait une relation particulière. J’ai toujours senti qu’il avait une profonde affection pour moi, et quand il dit ça, c’est pour mon bien. Et c’est réciproque. Il a appris à me connaître, ce que d’autres dans le passé n’avaient pas fait. Connaître un entraîneur humainement, surtout au niveau professionnel, c’est très important pour moi. Il m’a permis de faire ma première saison très aboutie dans le monde pro, parce qu’il m’a toujours fait confiance. Même parfois une confiance aveugle (rires). Il m’a beaucoup fait évoluer.

« Corinne Diacre est arrivée entre-temps et ça s’est mal passé. Elle avait déjà son groupe, elle voulait que je parte. C’était un autre délire qu’avec Régis Brouard. »

C’est grâce à lui que tu as changé de comportement ?
J’avais déjà changé avant d’arriver à Clermont, parce qu’il y a plein de choses qui se sont passées dans ma vie qui m’ont fait relativiser. Il y a eu la naissance de mon fils et d’autres choses un peu plus personnelles. Mais c’est vrai qu’il y a eu des personnes qui m’ont marqué dans mon parcours comme Pascal Plancque à Lille, puis Régis Brouard.


Tu parles de Pascal Plancque. C’est lui qui t’a fait venir à Boulogne après ton départ de Lille ?
Oui, à la fin de mon aventure lilloise, c’était peut-être le seul qui croyait encore en moi et en ma capacité à percer. Ça a été important pour moi parce que quand j’arrive à Boulogne, personne ne me connaît. Grâce à lui, ça s’est bien passé, malgré la descente en fin de saison. Donc sportivement, il fait partie des personnes qui m’ont permis d’en arriver là, et je suis toujours très content d’avoir encore de ses nouvelles.

Tu as l’air d’avoir besoin de créer des liens avec tes formateurs et tes entraîneurs pour t’épanouir pleinement.
Oui, c’est vrai, je suis un joueur qui fonctionne comme ça. Après, je m’adapte à tout, je n’ai pas connu que des entraîneurs comme ça. Mais il y a forcément des mecs avec qui tu as plus les mêmes sensibilités que d’autres. C’est ce qui s’est passé avec ces coachs-là. Antoine Kombouaré est un peu comme ça aussi. Jocelyn Gourvennec m’a plus appris et m’a plus fait évoluer sur la rigueur, des choses comme ça. C’est différent, mais j’ai appris de chaque entraîneur. C’est Jocelyn Gourvennec qui me fait venir de Clermont alors que je suis en difficulté, par exemple.

Tu es parti de Clermont pour rejoindre la Ligue 1, libre de tout contrat. C’est inhabituel, qu’est-ce qui s’est passé ?
C’est particulier, il y a eu quelques problèmes parce que je devais partir à l’été précédent. Finalement je suis resté, Corinne Diacre est arrivée entre-temps et ça s’est mal passé. Elle avait déjà son groupe, elle voulait que je parte. C’était un autre délire qu’avec Régis Brouard. Donc voilà, quand j’arrive à Guingamp, je n’ai pas beaucoup joué les six derniers mois. C’était un peu difficile, j’étais en manque de rythme et en plus je montais en exigence avec la Ligue 1. Gourvennec a eu beaucoup de patience et je le remercie. D’autres auraient pu m’envoyer en prêt par exemple. Mais non, lui a insisté. Quand tu ressens cette confiance, ça finit forcément par payer.

« Je suis de la banlieue, tout simplement. Quand tu es tout jeune et que tu joues au foot dans un quartier, sans le faire exprès, tu ne travailles quasiment que le dribble. »

Qu’est-ce qui t’a le plus frappé lors de ce passage de la Ligue 2 à la Ligue 1 ?
Le PSG. Le reste, je regardais beaucoup à la télé, j’analysais beaucoup, donc je n’ai pas été vraiment surpris. Mais le PSG ... la claque, quoi. L’année dernière, c’était un rouleau compresseur, je ne comprenais rien à ce qui se passait.

Tous les entraîneurs qui t’ont eu sous leurs ordres parlent de toi comme d’un technicien hors pair, d’un dribbleur au-dessus de la moyenne. D’où ça te vient ?
Je suis de la banlieue, tout simplement. Quand tu es tout jeune et que tu joues au foot dans un quartier, sans le faire exprès, tu ne travailles quasiment que ça. Tu joues entre potes pendant des heures, tu te façonnes sur des terrains durs alors ça travaille tes appuis. Et puis tu essaies d’inventer le plus de gestes possible. Si ça passe, ça passe. Si ça passe pas, ça passe pas. J’avais plein de potes comme moi. Sauf que j’ai réussi à persévérer, j’ai continué dans cette voie-là.

Dans les quartiers, il y a des petits génies dans tous les city-stades. Qu’est-ce qui fait la différence entre celui qui perce et ceux qui ne percent pas ?
Il faut une part de réussite, c’est sûr et certain. Il faut un accompagnement, aussi. Moi, j’ai eu la chance d’avoir mon père toujours derrière moi. J’ai connu des potes très forts qui n’avaient pas cette chance. Mon père essayait aussi de les prendre sous son aile parce que dans les quartiers, on était comme une grande famille. Mais c’était compliqué. Entre ceux qui n’avaient pas l’accompagnement de leur père et ceux qui n’avaient pas de père tout simplement, et bah les éducateurs leur font moins confiance car il n’y a pas le cadre qui suit derrière. Après, une fois que j’étais au Red Star, il faut aussi une part de chance pour se faire repérer. Du coup, aujourd’hui, c’est un bonheur. Je sais la chance incroyable que j’ai de faire ce métier-là. On gagne bien notre vie, on fait ce qu’on aime, on est des privilégiés.

Propos recueillis par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Note : 1
Vraiment un joueur qui nous fait du bien.
J'ai vraiment flippé quand j'ai vu que Hull le voulait hier...
+1 quelle misère s'il part à hull...
1 réponse à ce commentaire.
J'avoue j'étais sceptique au début. Mais le mec a une assez bonne mentalité. Il a en effet mis un peu de temps à s'adapter, mais maintenant il se fond bien dans l'effectif. C'est pas non plus la grosse star, mais il participe bien au collectif. J'aime vraiment ce qu'est devenu le club, un bon mix entre d'anciens bons joueurs, des jeunes très prometteurs et des recrues qui oeuvrent pour le collectif.
GovouLegend Niveau : CFA
Je l'avais beaucoup aimé avec Clermont. Apparemment il avait été placardisé par Diacre car il faisait parti des rares joueurs qui avaient du mal a etre coachés par une femme. Je suis très content de le voir réussir à Guingamp, il a une bonne mentalité et une belle technique.
A noter que le fils aîné de Hazard s'appelle .. Yannis!

Et oui, ils sont vraiment copains comme cochons ces deux la !
il y a 9 heures NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
il y a 6 heures Un match arrêté par des jets d'oeufs 11 il y a 11 heures Des lions sur les murs d'un vestiaire 29
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 21:30 La belle ouverture du score de Liverpool 16 Hier à 17:57 Macron s'est invité à la Commanderie 29
Hier à 11:20 Un mercato raccourci en Premier League ? 26 Hier à 11:16 Gignac donne son nom à un tigre 22 Hier à 08:48 Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 41 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 lundi 24 juillet Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6