Yannis Salibur (Clermont) : « Ne pas aller trop vite »

Passé par le centre de formation de Lille, Yannis Salibur a passé deux années à Boulogne avant de rejoindre Clermont et l’Auvergne. Auteur d’une superbe réalisation sur coup franc à la dernière minute vendredi dernier face à Laval, il revient sur son but, le bon début de championnat de son équipe et son futur.

Modififié
0 3
14e de Ligue 2 la saison dernière, Clermont est en tête du championnat avec trois victoires en trois matchs. Ça doit faire plaisir ?
Oui, oui, ça fait du bien. Il y a eu de gros changements dans le groupe - attention je ne dis pas que le groupe de la saison dernière n’était pas bon - avec beaucoup de nouveaux joueurs et ça a fait comme un électrochoc. Tout le monde se met au niveau et il y a une bonne ambiance. Sur les matchs de préparation, on sentait que ça se passait bien, dans la continuité de ce qu’on fait depuis plusieurs mois déjà. Tout ce qu’on fait en ce moment, que ça soit à l’entraînement ou en match, est assez cohérent donc, pour nous les joueurs, c’est agréable…

C’est typiquement le genre de série qui peut modifier les objectifs d’un club…
On préfère ne pas aller trop vite même si nous avons gagné nos quatre premières rencontres avec celle en Coupe de la Ligue (3-0, face à Dijon, ndlr). Et on sait qu’à un moment donné, comme dans toutes les équipes, il y aura forcément une moins bonne période. Donc il faut profiter des bons moments qu’on a pour l’instant. On est sur une bonne lancée et j’espère que ça va durer. Si on fait bien les choses, généralement on est récompensé. C’est le cas pour l’instant et c’est tant mieux.

Et la montée, vous en parlez ?
Chaque joueur y songe, mais on ne va pas commencer à en parler maintenant. Nous ne sommes qu’à la quatrième journée…

Parle-nous un peu de ton coup franc, maintenant… Ta merveille de coup franc, même.
En première mi-temps, j’en avais déjà tiré un. Je cadre bien la balle, mais je ne l’excentre pas assez et le gardien met une claquette. À la dernière minute, je me dis que si j’arrive à trouver le cadre, ça peut peut-être faire mouche. Je le sentais bien, donc je demande à mon coéquipier Thibault Moulin de me la laisser et se mettre à côté pour donner une fausse piste au gardien vu qu’il est droitier. Après, j’ai essayé de me concentrer pour la cadrer assez fort. C’est un peu un tout de marquer à cet instant, vu qu’on avait plutôt dominé le match.

Thibault Moulin a dû être plutôt content de te laisser le ballon…
Ouais (rires), c’est ce qu’il m’a dit à la fin.

Marquer à la dernière seconde, c’est quelque chose de jouissif, non ?
Oui, jouissif… C’est toujours bien de marquer, mais quand tu le fais dans ces conditions... Le but de la victoire à la dernière minute avec le public qui pousse, c’est vraiment pas mal.

Tu travailles beaucoup le coup franc à l’entraînement ?
En match, je me sens plus dans certaines situations pour les tirer. Ça dépend de la distance et de où la balle est placée. Mais depuis tout jeune, le coup franc est un exercice que j’aime bien.

C’est sympa, comme ville, Clermont ? La Seine-Saint-Denis d’où tu viens ne te manque pas trop ?
Ma famille est à Saint-Denis et j’essaye d’y retourner de temps en temps, mais pour l’instant ça se passe bien à Clermont, la ville est sympa. Quand j’étais à Boulogne, ce n’était pas vraiment le même style. Ici, c’est une ville étudiante, donc ça bouge un petit peu beaucoup. Je suis plutôt casanier, mais pour l’instant, il fait beau, donc j’essaye de profiter du beau temps. Parce que lorsqu’il fait froid, il ne le fait pas à moitié… Ceux qui connaissent pas seraient vraiment surpris de la ville de Clermont.

Cet été, on t’a annoncé partant de Clermont et tu es toujours là. Tu es sûr de rester en Auvergne cette saison ?
On n'est jamais sûr de rien en football, il y a tellement de choses qui se passent. Mais comme je l’ai déjà dit, je suis bien à Clermont. J’ai eu des discussions avec les dirigeants et, pour l’instant, je suis là. Il y a certaines approches mais, dans cette situation, il faut que Clermont veuille et que moi aussi je veuille. Si je pouvais finir la saison à Clermont, ça serait très bien.

La prochaine journée, c’est Arles-Avignon. Un petit mot là-dessus ?
C’est une équipe assez athlétique et qui ne joue pas trop mal au ballon. On a Mana Dembele qui est suspendu et Pierrick (Capelle) qui s’est blessé pour une longue durée. Ça va être plus compliqué que les autres matchs, vu que ce sont des mecs qui nous facilitent vraiment la tâche. Pierrick au milieu du terrain nous fait un gros gros travail et Dembele est notre buteur. Mais on a aussi des super mecs sur le banc, des recrues qui sont arrivées. On va essayer d’en profiter pour aller faire quelque chose là-bas.

Match nul ou victoire, du coup ?
Victoire, j’espère… On essaye d’avancer, donc faut voir le contexte du match. Si on peut gagner, on ne s’en privera pas.

Propos recueillis par Antoine Aubry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans son cas, Alex aurait fait un bien meilleur prénom que Yannis
c'est un bon joueur, vif et technique. une bonne recrue potentielle pour les "gros" de ligue 2 voire qq clubs de ligue 1
Je me souviens l'avoir vu au tournoi de Montaigu (15/16 ans): largement au dessus du lot.
sur FM c'est une brute, mais dans la vrai vie il démarre sa carrière plus laborieusement.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 3