1. //
  2. // Monaco/Auxerre

Yann Lachuer : « Un miracle qu'Auxerre se maintienne à ce niveau »

Plus d’élite, de Guy Roux, de « on joue le maintien » , de places à 10 balles à l’Abbé-Deschamps, de Bourgogne. En mai dernier, l’AJ Auxerre a chuté en Ligue 2 après 32 piges passées dans l’élite. Un cataclysme, sur fond de discorde à la tête du club, que Yann Lachuer a suivi de près. L’AJA, il l’a dans la peau. L’ex du PSG, notamment, dresse un bilan de la situation du club qui fut le sien pendant dix ans, avant le déplacement à Monaco.

Modififié
24 10
Yann Lachuer, quatre mois après sa relégation, dans quel état se trouve l’AJA ?
Il y a plusieurs aspects à analyser. D’abord, le club a été obligé de vendre ses meilleurs éléments pour assurer et maintenir un budget conséquent. Ce n’est pas la meilleure des façons pour jouir d’une bonne équipe et, éventuellement, remonter immédiatement. Le deuxième aspect, c’est l’obligation de puiser dans le centre de formation. Mais les jeunes ne sont pas forcément prêts à relever un tel défi. La marche est grande. Ce sont des garçons qui ont du potentiel, mais il leur faudra du temps pour arriver à maturité.

Est-ce la raison, selon vous, de leur inconstance ?
Malheureusement, ils se sont vite retrouvés sur le devant de la scène. Ils ne s’y attendaient pas. C’est ce qui explique sûrement leur irrégularité (Ndlr: Auxerre est actuellement 11e). Ils ont du mal à trouver un rythme de croisière. La Ligue 2, c’est un autre monde. Le club n’était pas préparé à ça.

C’est le grand malheur de l’AJA : s’être habitué à l’élite en ayant des moyens de Ligue 2. Cette descente est-elle d’autant plus cruelle ?
On a toujours dit que c’était un petit miracle qu’Auxerre puisse se maintenir à haut niveau. Sa renommée provient de son centre de formation. Avec tous les mouvements dans le football moderne, ce n’est pas toujours évident. La concurrence est toujours plus rude. Vous n’avez pas toujours matière à sortir des garçons pour se maintenir en Ligue 1. Il y a eu des évènements forts, comme le retrait de Guy Roux. Son départ n’a pas été anticipé. Il y a eu du bon travail de la part de Jean Fernandez. Son départ aussi a laissé des traces.

Comment expliquer ce trou d’air dans la mécanique de formation ?
C’est un problème de génération combiné à la concurrence des autres clubs français. Sans oublier les étrangers qui viennent faire du pillage avant même que les jeunes aient joué en professionnel. La rotation et la mutation des joueurs se sont accélérées suite à l’arrêt Bosman. Le temps de formation a été réduit. Tous ces facteurs font que vous n’avez pas la relève à l’instant T.

Auxerre a-t-il été pris de court ?

Ce qui faisait sa force, c’est que le club programmait les départs au compte-gouttes, deux années en amont. Cela laissait le temps de former le jeune suivant ou d’aller en chercher un autre en Ligue 2 ou National. Pour faire le lien. Auxerre a essayé de pallier en recrutant à l’extérieur, pas toujours de manière bénéfique. Ceci a été fait à l’encontre de la philosophie du club : lancer des jeunes, quitte à perdre des matchs.

Qu’avez-vous à dire sur le bazar à la tête du club en début d’année ?

On est en plein cœur de la succession d’un trio (le président Jean-Claude Hamel, Guy Roux et Gérard Bourgoin, ndlr) qui a été exceptionnel. Qui a réussi à monter un club de DH jusqu’à la C1. Cela a duré quarante ans et c’est à mettre dans le Guinness Book des records. Il y a eu un passage de témoin à assurer et assumer. C’est là que les problèmes ont commencé. Je n’étais plus à l’intérieur du club, mais cette succession devait arriver et n’a pas été anticipée, gérée, préparée. Il aurait fallu que tout le monde se mette autour d’une table pour discuter d’un projet pour la suite. Ces trois dirigeants n’ont peut-être pas su le faire. C’est plus facile à dire... L’amorce de changement de présidence avec l’arrivée d’Alain Dujon a engendré un cafouillage. Après, il y a eu un lobbying de fait pour que Roux, Bourgoin et Hamel reviennent au club et reprennent le pouvoir.

Justement, Guy Roux s’est défendu d’avoir pris part à ce « putsch » . Croyez-vous qu’il ne soit pour rien dans cette affaire ?
Je n’y crois pas. Cependant, je pense qu’il n’avait plus aucun pouvoir. Pour la petite histoire, quand il est parti à Lens (à l’été 2007, pour une pige d’un petit mois, ndlr), c’était pour la simple et bonne raison qu’il devait laisser travailler le nouveau staff en place. Forcément, Guy Roux à Auxerre, cela prend de la place. Il est incontournable. Y a t-il eu un problème de compatibilité ? Roux était-il prêt à donner des conseils ? À se mettre en retrait ? Quand vous avez été devant, il faut savoir transmettre en apportant votre patte. Mais vous laissez travailler les gens qui vous succèdent. Était-ce dans les capacités et les volontés des uns et des autres ? Je ne pense pas, sinon cela se serait fait logiquement.

L’avenir de l’AJA, comment l’envisagez-vous ?
Sportivement, cela va être compliqué de remonter de suite. J’ai surtout des inquiétudes sur le plan pécuniaire. Une descente, cela arrive, pas de soucis. Ma crainte, c’est qu’elle n’ait pas été gérée pour l’amortir financièrement. Est-ce que le club aura suffisamment les reins solides pour faire une, deux années en Ligue 2 ? Les ressources ne sont pas inépuisables. Si vous n’avez pas de joueurs avec une bonne valeur marchande, vous perdez l’unique source de revenus hormis les droits télés. Mais en Ligue 2, ils sont moindres.

On perçoit beaucoup de pessimisme dans vos propos.

Il faut positiver, il y a tout de même un savoir-faire dans ce club. J’espère qu’il ne perdra pas son identité et restera un club formateur. Mais sous certaines conditions. Accepter cette période très difficile et continuer à travailler sur le même axe. Espérons qu’il n’y ait pas eu de dérives…

Qu’est-ce qui est réalisé en ce sens ?
L’investissement et la refonte du centre de formation sont importants. Ils se donnent les moyens. Il y a des anciens de la maison dans l’encadrement comme Raphaël Guerreiro, Pascal Vahirua, Johan Radet, Claude Barret. Ils sont les garants de la culture auxerroise. L’équipe première doit en profiter et être patiente.

Propos recueillis par Pierre Girard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Pascal Pierre Niveau : Loisir
AJA, Lens, Metz, Nantes.... des clubs qui ont mis des oeillères sur l'évolution du foot des années 2000 et qui ont souvent cru pouvoir s'asseoir sur leur "expérience". Des beaux plantages structurels, économiques donc sportifs ^^
Des clubs qui manquent à l'élite par rapport à ce qu'ils ont représenté... c'est sûr que ça envoie plus de souvenirs que Thonon-Gaillard (Evian trademark)...
IgorYanovskiTheMachine Niveau : DHR
Très interressant comme article, par contre, je ne suis pas d'accord avec toi, Pascal-Pierre, tu ne peux pas mettre Lens dans la même catégorie.
Eux, ils ont au contraire été les précurseurs en France de l'arrivée du foot-business, ils avaient un vrai plan de développement (avec pleins de ratés sans doutes), choses que n'ont pas eu Nantes, l'AJA...
C'est sur le plan sportif qu'ils se sont cassés la gueule Lens, ils avaient montés une équipe de feu à l'époque et après leur titre en 98(?), ils ont sombrés et leurs dépenses n'étaient pas du tout adaptés en L2, ce qui a causé une longue agonie... N'est pas Martel...
Alors que Nantes et Auxerre, eux c'est le contraire, ils n'ont pas essayé de développer leur clubs (mes condoléances aux supp Nantais avec Kita...)
Comme quoi, c'est assez difficile de gérer un club, qui est une entreprise, mais avec aucune certitude de rentabilté, la "marchandise" est impossible à cerner, bonne ou mauvaise, l'amlgamme non plus, anticiper limite impossible...
Je me rappel très bien ceux qui dans les bars d'Auxerre : "Bourgoin va tout dechirer, il va mettre de l'argent" et moi " vous avez vu comment a fini son usine (liquidation)" et eux "mais non un club de foot c'est pas pareil". Bah si les mecs.
M'enfin moi ca me fait rire et pourtant je suis auxerrois, mais c'est tellement pathetique ce retour des vieux cons*, c'est bien pour eux ils le méritent.
Auxerre ne remontra pas et s'enfoncera. Bravo gégé !
Ce qu'il manque à l'AJA et au foot français en général, ce sont des joueurs comme Lachuer. Intelligent, et avec de la technique. A l'époque c'était un joueur bon, aujourd'hui ce serait une star en L1!
Par contre pour "l'ex international dresse un bilan", faudra m'expliquer quand il a été international Lachuer
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Igor / essayer de recruter ne veut pas dire que tu t'adaptes aux nouvelles conditions économiques et structurelles du foot.
Je ne suis pas un spécialiste du Rc lens, mais il me semble que les recrues après le titre sont plutôt nazes (Chelle, Rool, Nyarko) ou alors des mecs de L1 ayant déjà bien flambé (Rodriguez, Coridon, Blanchard).
Alors, peut-être pas une oeillère, mais que de mauvais choix.
Et pendant ce temps-là....Lille.
sebastien-cauet Niveau : District
Ce maillot Playstation...
Elle est bien la belle époque des maillots Duc ou Playstation! Après la purge d'hier je ne vois pas comment l'AJA se maintiendra sur le long terme en ligue 2... Ça fait de plus en plus mal au coeur de voir ce club couler avec le Gégé aux manettes... Un type comme Lachuer qui vient du sérail. Ça aurait été bien plus intéressant qu'un bricoleur comme JGW, pas du tout imprégné par la philosophie de jeu auxerroise si particulière. Depuis l’ère Fernandez c'est aussi ça qui manque à l'AJA. Plus d'identité + vente des joueurs cadres et un peu technique + forte plus querelle de poulailler entre dirigeants = déclin qui se terminera en national ou en CFA. Tout ça pour dire que ça fait sacrement mal le samedi à 14h de se taper un Monaco - Auxerre dégueulasse made in Ligue 2 sur Beinsport. Tristesse.
Les problèmes de Lens sont bien plus tard, ils arrivent surtout au mercato d'été précédent la descente, où Martel et la direction prend plusieurs risques pour viser le podium et fait signer des joueurs qui seront mauvais alors que les autres ciblés explosent. Plus moyen de me rappeler des noms mais quand j'avais lu l'interview, je me suis dit que des fois ça se joue à pas grand chose quand même..
Contrairement à ce que dit Pascal Pierre sur le premier commentaire, je pense que c'est tout l'inverse de ce qu'il avance qui s'est passé à Nantes (je parle du FCN car c'est mon club et que je el connais mieux que les autres).

Je ne pense pas que le club se soit "assis sur ses lauriers" en s'appuyant sur ce qui existait déjà comme il le laisse entendre (moi je comprends par là : force de la formation des jeunes, structures de formation et d'entrainement dignes des plus grands clubs européens, jeu "à la nantaise") mais a, au contraire, totalement oublié ces valeurs, ces forces qui avaient fait la grandeur du club.

Car au contraire, Kita et Dassault avant lui ont évincé tous les cadres (membres du staff technique, médical, formateurs...) ou presque, a fait table rase du passé et ont voulu faire entrer "en force" ce club dans l'air du foot business en oubliant les valeurs fondamentales, en recrutant bling bling, en misant sur le marketing, en voulant en faire une entreprise comme une autre en bref.

et un club de foot, ça ne peut définitivement pas être une entreprise comme une autre.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les chiffres d’octobre
24 10