En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 5e journée
  3. // FC Barcelone/Grenade (2-0)

Xavi sauve le Barça

Un Barça schizophrène a eu toutes les peines du monde à venir à bout d’un Grenade valeureux (2-0), et d’un Toño monstrueux. Grâce à un Xavi sorti du banc, les Catalans assurent tout de même l’essentiel : ce soir, le Real est à onze points.

Modififié
Barcelone - Grenade : 2-0
Buts : Xavi (87e) et Gómez (csc, 90+2e) pour le Barça.


Depuis une éternité – le 15 décembre 2011 et ce foutu terrain de Yokohama –, David Villa ne pensait qu’à ça. Face à Grenade, Tito Vilanova l’a donc inscrit sur sa line-up. Un fait marquant qui n’a toutefois pas caché l’absence barcelonaise du premier acte. Et le manque de réussite du second. Le Barça s’en est encore remis à son métronome Xavi pour ramasser les trois points. Tombés sur un Toño, le portier andalou, exceptionnel 87 minutes durant, les Blaugrana sortent tout de même de cette rencontre avec les trois points dans la musette. Mais que cette quête aux onze points d’avance sur le Real Madrid fut difficile à atteindre…

Messi et Villa s’invectivent

Car le lendemain européen est bien difficile pour ce Barça. Sans rythme dans les guiboles, sans réelle imagination dans la cabeza, les absences des cerveaux Xavi et Iniesta, cumulées à celles des accélérateurs de particules que sont Tello et Pedro, se font sentir. Il faut attendre la sixième minute pour voir les Blaugrana entrer en action. Sur une ouverture millimétrée pour Lionel Messi, Dani Alves voit son acolyte attendre un peu trop avant de décrocher sa frappe. Un début mi-figue mi-raisin, qui permet à Grenade de sortir la tête de l’eau. En deux temps, Floro Flores profite d’un mauvais renvoi d’Alexandre Song, puis la sentinelle Mikel Rico se dépatouille d’un cafouillage. À la demi-heure, c’est au tour du latéral Siqueira de griller la politesse à Alexis Sánchez. « Double V » est sur la trajectoire et fait office de cache-misère barcelonais. Entre-temps, seul Fàbregas – pourtant bien transparent dans son faux rôle de relayeur – a su inquiéter le portier andalou sur une frappe aux vingt mètres facilement captée. Vraiment en dedans tout au long de ce premier acte, l’image marquante n’en reste pas moins la petite tension Messi-Villa. Sur une incompréhension symptomatique des carences azulgranas, entre les deux hommes, la crispation se fait sentir. Car oui, à la mi-temps, le tableau d’affichage est toujours figé, nul et vierge. Malgré le sempiternel diktat des 68 % de possession.

Fort Alamo sur Toño

Passablement agacé par l’attitude de ses ouailles, Tito Vilanova remobilise son monde. Alors, dès la reprise, le ton est tout autre. Alexis Sánchez ouvre une brèche pour un Villa trop court, ou plutôt trop long. Pas dans son assiette, El Guaje est illico remplacé par Pedro pendant que Thiago laisse sa place au métronome Xavi. Ça y est, le Barça est reparti pour imposer sa mainmise sur le jeu. Il faut néanmoins une dizaine de minutes pour voir la machine se remettre en action. En soixante secondes chrono, Messi, par deux fois, se fait refouler par la défense andalouse, puis voit Toño sortir une parade XXL sur un un-contre-un. Fàbregas, à vingt minutes du terme, pense ouvrir le score. Il n’en sera rien : sur un retour express, un défenseur sauve à un mètre des cages. S’ensuit une période où frappes, centres et combinaisons sont légion. Sur un mouvement d’école ponctué par un centre de l’homme du moment Tello, Xavi n’a plus qu’à ouvrir le pied pour assister au premier tremblement de filet. Bah non : Toño, une énième fois impérial, sauve les siens. En fer de lance d’une défense héroïque, tous ses petits coéquipiers se mettent au diapason. Décisif encore à deux reprises, il ne peut rien sur la reprise de Xavi. D’un exter' de l’entrée de la surface, il cruxifie l’homme du match. Le Barça respire enfin. Et assiste à un CSC de Gómez sur un numéro de la Pulga, peu en verve durant la rencontre. Peu importe, le Barça dormira avec onze points d’avance sur l’ennemi madrilène.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 9 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 12 il y a 10 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4 Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 86