En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options

Xavi, Kaka, Rooney déjà morts ?

Naaaan ! Pas encore... Grosse fatigue pour l'instant. Mais la question lancinante revient sur le tapis : quid des cadences infernales ? Quel prix à payer pour nos gladiateurs adorés qui depuis des années nous offrent le mercredi en C1 et le week-end en championnat un festin somptueux ? Petit panorama pas très folichon des réalités du foot de (très) haut niveau actuel...

Modififié
Xavi dit stop !

La nouvelle est passée un peu inaperçue. La semaine dernière, Xavi (30 ans) a dit « stop » ...Dimanche, il n'a pas joué contre Majorque (1-1). Pourquoi ? Blessure et « lassitude » ... Blessure : le milieu catalano-espagnol souffre depuis le 11 août (Mexique-Espagne) d'une tendinite aux deux tendons d'Achille. Pour éviter que cela devienne handicap chronique, il a souhaité marquer une pause, comme il l'a confié à Pep Guardiola et à Vincent Du Bois (Vicente Del Bosque). Le coach blaugrana s'est exprimé sur le sujet sans tabou : « Il n'en peut plus. Quand Xavi, un joueur qui se blesse peu, très régulier, qui supporte la douleur, te demande presque énervé de le changer à la 20ème lors des rencontres, c'est que quelque chose ne va vraiment pas. Il doit se reposer pendant ces dix jours et il faut espérer que la douleur va disparaître » . Voilà. A priori, c'est une question de temps, de repos et de soins. Et c'est tout ? Non.

Le cas Xavi présente un passif de participations au Barça et avec la Roja assez hallucinant. Depuis quatre ans, il n'arrête pas : il a joué 248 matches, soit 5,375 matches par mois, 64,5 par saison. 22 000 minutes... Le voilà le prix à payer pour le stratège génial, la rançon éprouvante de tous ses matchs pendant lesquels il nous a quasiment toujours régalés... L'enjeu en valait-il la chandelle ? Oui, en terme de palmarès : onze titres avec le Barça, en plus de l'Euro et le Mondial avec la Seleccion, c'est tout simplement vertigineux. Mais il y a les conséquences, résumées par Guardiola, encore : «  C'est Vicente Del Bosque qui a parlé avec lui et Xavi lui a répondu qu'il ne voulait pas être appelé pour les éliminatoires de l'Euro. Il ne pouvait pas, la douleur était trop forte » . Pour ces qualifs, ça devrait aller pour l'Espagne. Même sans Xavi, qui n'aura manqué que 21 des 279 derniers matches joués par son club...

On ne sait pas encore combien de temps exactement durera son indisponibilité. Barcelone devra donc se passer de lui. Pas évident comme le rappelle Pep : « On a des solutions mais personne ne peut faire ce qu'il fait » . On verra bien... Mais cette « pause » forcée interpelle. Bien sûr, à 30 ans, il n'est pas surprenant que son corps montre des signes de fatigue bien compréhensibles. Qui plus est, Xavi et quelques coéquipiers du Barça et de la Seleccion (ses « amis » du Real) ont vécu quatre années extraordinaires bien chargées : Liga, Coupe du Roi, Ligue des Champions, Euro 2008 et Mondial 2010 ! Que des compètes où ses deux équipes sont toujours quasiment allées au bout. Jouer dans les équipes à succès, ça laisse forcément des traces. Son pote de gloire, Iniesta, a eu la « chance » d'être blessé et de pouvoir souffler un peu. Pas Xavi, rattrapé par les cadences infernales inhérentes aux clubs qui cartonnent... Mais le cas de Xavi n'est pas isolé. D'autres grands joueurs talentueux du même âge, voire plus jeunes présentent les signes inquiétants d'usure prématurée.

Premier League kills me...

Qui se souvient du témoignage fort de Fernando Torres (26 ans), la saison dernière ? L'attaquant de l'Espagne et de Liverpool, pas mal marqué par les blessures diverses depuis quelques temps, s'inquiétait dans News of the World des conséquences sur son organisme de l'intensité physique du championnat d'Angleterre : «  Je n'ose imaginer l'état dans lequel je serai dans cinq ou six ans si je continue à jouer ici. Cela risque fort de m'amener des problèmes quand j'arrêterai. L'intensité physique est supérieure à tous les autres pays (...) La Premier League est une épreuve si dure. J'ai toujours admiré ce championnat et les joueurs qui y évoluent. C'est ma troisième saison, et je suis stupéfait de continuer à voir jouer à un tel niveau Gerrard, Rooney ou Lampard, parce que la Premier League éreinte les joueurs » . Fernando Torrès venait d'atteindre ses 26 ans quand il a fait ces déclarations... Alors, pareil : jouer pour les Reds et pour la Roja et peut-être avec un physique un peu moins costaud que d'autres, forcément, ça fait tirer sur la corde. Mais, Torrès est encore « jeune » et mine de rien, il traîne des problèmes physiques qui l'empêchent de revenir tout à fait à son meilleur niveau. Ses prestations au Mondial sud-africain ont fait peine à voir et son début de saison avec Liverpool n'est pas flamboyant (un but en 9 matchs, PL et C1)...

Torrès parlait aussi de Gerrard (30 ans), Lampard (32 ans), Rooney (25 ans)... Le moins qu'on puisse dire, c'est que pour les trois grands du foot anglais, le bilan de santé n'est pas extra non plus. Lampard est blessé mais retrouvera bientôt les terrains, Gerrard n'est plus le super midfielder qu'il a été il y a quelques saisons et Rooney traîne un mal plus profond que son histoire d'adultère et de « chasse à l'homme » que les tabloïds lui imposent depuis... On se souvient de l'état de délabrement physique incroyable de ces tauliers de l'équipe d'Angleterre au Mondial sud-africain. De mémoire d'observateur, on n'avait jamais vu sélection aux Trois Lions aussi pathétique et aussi près de l'agonie. Même au Mondial 2002, les grandes équipes fatiguées (France, Argentine, etc.) n'étaient pas aussi cramées. Gerrard, Lampard et Rooney, soit : Liverpool, Chelsea et MU, les trois du Big Four britannique qui écument eux aussi depuis 4-5 ans le haut du tableau en Premier League et de la Ligue des Champions... Les trois stars anglaises ne sont pas « finies » et n'ont pas le même âge, mais on constate quand même qu'elles ont bien morflé. Si Lampard et Gerrard ont atteint la trentaine et accusent logiquement le coup, on peut s'inquiéter de l'avenir proche de Rooney. Car concernant Wayne, ses problèmes physiques et sportifs (aucun but depuis le 30 mars dernier jusqu'à ce péno contre West Ham lors de la 3ème journée et son doublé à Bâle contre la Suisse) remontent largement avant sa « crise conjugale » . Actuellement, c'est Berbatov qui tire MU vers le haut. Pas Wazza... Quand redeviendra-t-il le tueur des surfaces qu'il a été ?


[page]
Quel avenir pour Kaka ?

Kaka pour finir ? Complètement lessivé à seulement 28 ans ? Non, pas encore si on en juge par la Coupe du Monde du meneur de jeu brésilien. Pas à 100 % certes, mais pas agonisant non plus. Une coupe du monde moyenne. Sans plus. Mais pas moins : contre les Pays-Bas, il a plutôt ben tenu sa place. Reste que ce n'était plus le super Kaka d'il y a encore deux, trois ans. L'an passé, une première saison madrilène en pointillés où des bribes de son génie ont parfois éclairé Bernabeu avait succédé à une dernière saison milanaise là encore pas extra (16 buts pour 31 matchs dans le Calcio en 2008-09, quand même !).... Kaka en perdition ? Opéré au genou gauche début août et indisponible jusqu'en novembre-décembre, il s'apprête à vivre encore une saison pourrie. La rumeur a même couru que le Mou aurait cherché à s'en débarrasser... En tous cas, Mourinox est entrain de bâtir un nouveau Real dont Kaka ne fait pas partie actuellement. Quelle place pour lui quand il reviendra après sa convalescence ? Kaka paye lui aussi ses années milanaises à courir après la gloire dans le Calcio, en Ligue des Champions et bien sûr aussi avec la Seleçao... Les ennuis physiques de Kaka correspondent aussi grossièrement à la fin de la période forte des clubs italiens (Juve, Milan AC), avant qu'ils ne passent la main, fourbus, aux clubs espagnols et anglais, touchés eux aussi (aucun club anglais en demies de C1 l'an passé et deux outsiders Bayern et OL !). L'inter est un cas à part : avec un effectif renouvelé par Mourinho (le flair génial du Mou... et l'argent de Moratti : ça finit par compter !) et où ne figurait pas d'Italiens vraiment titulaires... Outre la carrière en sélection nationale et en championnat local, déjà très exigeants pour les organismes, le point commun de tous ces joueurs précités évoluant ou ayant évolué en Italie, Espagne, Angleterre (soit les trois ligues les plus prestigieuses), c'est l'inévitable C1, bouffeuse d'énergie, dévoratrice de jeunesse.

Découvre-t-on aujourd'hui l'envers délabré de la magnificence de la Ligue des Champions ? Du spectacle, de l'intensité, du jeu, des buts, des joueurs merveilleux... Tout cela a un prix. La C1 nous a constamment offert un spectacle royal cette dernière décennie. Mais il y a de la casse : elle commence à faire ses effets ? Pas entièrement certain. Après tout, d'autres grands joueurs sont toujours au taquet, au top niveau... On verra. Tous les championnats ne se ressemblent pas. Le foot anglais ne connaît pas de trêve hivernale, certains clubs abusent de tournées estivales épuisantes (où la présence des stars est exigée sur le contrat), les trois « grandes nations » ont un championnat à 20 clubs (c'est trop ?)... Le Bayern offre un indice intéressant, puisque figurant en Bundesliga, quatrième meilleur championnat en Europe, officieusement. Le club bavarois est actuellement à la ramasse (12ème au classement !). Or, le Bayern fournit le gros de la Mannschaft (jusqu' à 8 joueurs, sans compter les autres internationaux des autres pays), joue sans cesse sur trois tableaux majeurs (coupe, championnat, C1). D'où l'actuel coup de mou inouï dans son histoire ? Sans doute... Le Bayern paierait donc lui aussi le prix de la course effrénée au succès ? Robben et Ribéry sont sur le flanc. OK, le premier a des pépins récurrents et le second a été « agressé » , donc blessé. Mais ils ont déjà beaucoup donné ces dernières saisons. Attendons de voir cette année ou un peu plus tard, voir si les « increvables » Lahm, Schweini (ou d'autres, même les jeunes) ne connaissent à leur tour le contre-coup des cadences infernales...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 6
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 22 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7
À lire ensuite
Essien, l'homme dynamo