Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Supercoupe
  2. // Barça/Porto (2-0)
  3. // Notes

Xavi enchante, Guarin déchante

Pour une fois, Messi a bien voulu laisser le titre de meilleur joueur du match à son capitaine. Guarin, pour sa part, n'a eu besoin des faveurs de personne pour s'affubler de celui de flop de la soirée.

Modififié



FC Barcelone

Valdes (6,5). Oui, Valdès est un très bon gardien. Ce soir, il n'a pas eu grand chose à faire, mais lorsqu'il a fallu intervenir, sur les missiles de Moutinho et Guarin, il a répondu présent. Bon, on ferme les yeux sur la mésentente avec Mascherano, qui aurait pu couter cher.

Abidal (7). Le Français confirme les très bonnes choses vues face au Real Madrid. Sur l'aile, il est résolument plus efficace que dans l'axe, et son repositionnement après la sortie d'Adriano ne fait que le garantir. L'arbitre l'a gracié sur une faute évidente dans la surface. Parce qu'il a droit à une année d'immunité ?

Mascherano (7,25). Quel début de saison. Repositionné en défense centrale, l'ancien de Liverpool a encore été énorme, en annihilant le jeune Kleber. Tellement énorme qu'en fin de rencontre, Guarin a voulu lui péter la cheville. Raté : il est en fer.

Dani Alvès (6). On l'a connu plus offensif. Plus agressif même. Le Brésilien a fait un match discret, ce qui est rare. Et il n'a pas énormément défendu non plus. Ce qui est moins rare.

Adriano (5,25). Son passement de jambes éclair, face à Naples, avait laissé penser qu'il était finalement capable de belles choses. Bon, en fait, il est le maillon faible de ce Barça. Profite : Puyol et Piqué reviennent bientôt.

Keita (5,5). Le sosie officiel de Thomas Ngijol a fait le job. Rien de fou. Costaud, sans plus.

Iniesta (6,5). On ne peut pas être stratosphérique à tous les matches. Iniesta a semblé un peu éprouvé, même s'il conserve sa classe au-dessus du lot. Il reste juste et précis mais a perdu quelques ballons. Quoi ? Quelques ballons ?

Xavi (8,5). Gigantesque. Ce joueur a un grand malheur dans sa vie. Il n'aura jamais le Ballon d'Or, alors qu'il est cent fois plus talentueux que la moitié des joueurs qui l'ont eu. Ce soir, il n'a pas perdu un ballon. Comme d'habitude. A chaque fois qu'une action part de ses pieds, cela peut se transformer en occasion de but. Le Brahms du ballon rond.

Pedro (6). Il a beaucoup couru. Pour pas grand chose. Il a même eu un peu peur de Helton, qui est sorti comme un kamikaze sur lui. Froussard va.

Messi (7,5). Quand il est en forme, il prend son 10. Quand il est un peu moins bon, il est tout de même l'un des meilleurs joueurs sur la pelouse. Un but d'opportuniste, une passe décisive. Easy. Et une stat : Messi est présent sur 100% des buts inscrits par le Barça cette saison (4 buts et 3 passes décisives). Messi-dépendant ?

David Villa (5,75). On ne peut pas mettre des enroulés en pleine lucarne à chaque rencontre.

Les remplaçants : Busquets (non noté) a remplacé Adriano, et a soulagé Abidal d'un poids. Concrètement, il n'a pas eu grand chose à faire. L'entrée d'Alexis Sanchez (5,5) est prometteuse, mais le Chilien manque encore de jus dans les jambes pour faire la différence. En revanche, tout va bien pour Fabregas (7). Dix minutes sur la pelouse, un but, et un deuxième trophée en moins de dix jours. L'intégration se passe bien.



FC Porto

Helton (7). Sans lui, Porto en aurait peut-être pris 3 ou 4 de plus. Une chose est sûre : il n'a pas peur de sortir comme un fou, et il n'a pas peur non plus de prendre des tirs en pleine poire. Un vrai.

Fucile (6). Bon sur l'aile. Il a bien tenu sa ligne, mettant très souvent les attaquants barcelonais hors-jeu. Mais quand ça passe par le centre, ce n'est plus de son ressort.

Otamendi (5,5). Il a fait comprendre à Messi que l'amitié entre Argentins n'existait plus lorsqu'il s'agit de battre le Barça. Bah ouais, il n'y a pas que les Espagnols qui s'entretuent.

Rolando (6,5). Une bonne dégaine, une tête de killer : Rolando a été impeccable pendant toute la rencontre. A la fin, tel un capitaine de navire, il s'est sacrifié pour empêcher Messi d‘aller planter le deuxième but. Dommage que Fabregas l'ait inscrit deux minutes plus tard.

Sapunaru (6,5). Si les ailiers barcelonais ont été moins incisifs que d'habitude, c'est peut-être parce qu'il a réussi à les contenir. Et ça, cela n'est pas donné à tout le monde.

Souza (4,75). Il était présent et a fait un match immense. C'est ce que l'on aurait pu dire de lui s'il n'avait pas été invisible. A revoir.

Guarin (3,5). Dans son attitude, Guarin a ce petit quelque chose de Balotelli. Un type qui peut être génial mais qui, de temps en temps, s'en fout de tout. Il portera longtemps sur la conscience cette passe assassine en retrait pour Messi. En revanche, il va recevoir les félicitations de Marcelo et Pepe pour son tacle sur Mascherano.

Joao Moutinho (5,5). Une belle frappe dans les premières minutes, prémices d'un match costaud en tous points. Prémices, seulement.

Cristian Rodriguez (5,5). Il a tenté de belles combinaisons avec Kleber, qui lui a souvent rendu des ballons pas évidents. Mais après, au niveau des centres, il s'est plutôt rapproché de Johnny Ecker que de Beckham. Dommage, Hulk aurait certainement aimé recevoir un ballon.

Hulk (6,75). Ce soir, Hulk a été l'incarnation vivante de l'expression « un seul être vous manque, et tout est dépeuplé » . Le Brésilien a couru dans le vent, a fait des passes à un coéquipiers inexistant, a attendu des ouvertures. Attention, un amoureux transi peu faire n'importe quoi : signer à l'Atletico Madrid, par exemple.

Kleber (4,5). Equation mathématique : Falcao – 73 buts en 86 matches = Kleber. La comparaison va durer toute l'année, malheureusement.

Les remplaçants : Qu'ils se nomment Varela, Fernando ou Belluschi, aucun des trois nouveaux entrants de Porto n'a réussi à poser son empreinte sur le match. Même pas un petit tacle assassin, rien.

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
À lire ensuite
Ecosse année zéro