1. //
  2. // Demi-finale retour
  3. // Barcelone/Bayern (0-3)
  4. // Les notes

Xavi de recherche

De Xavi, étouffé, aux tocards de devant, Villa et Cesc, le Barça n'a jamais pu croire à la remuntada. Pire, il s'est effondré, chez lui, pour son dernier match de Champions. Poor Barcelonesome cowboy.

Modififié
19 59
Víctor Valdés (4) : La première fois qu'on l'a vu, c'était sur la passe en retrait douteuse d'Alves. Puis le pressing hyper haut du Bayern le contraint à dégager au pied plusieurs fois. Une rareté pour lui et le Barça. S'il n'a pas grand-chose à se reprocher (sauf peut-être sur le but de la tête de Müller), il comprend vite que cette soirée sera particulière…

Gerard Piqué (4) : Contraint dès le début de match à beaucoup défendre, il a convaincu face aux assauts du Bayern. Du moins en première mi-temps, avant ce but, celui du 2-0, contre son camp. Auparavant, il avait effectué de vraies bonnes interventions de patron. Comme sur ce retour devant Robben, ou ce tacle bien sec en pleine surface. D'un autre tacle, il avait rabattu la balle vers Valdés face à la course de Mandžukić. Si l'échéance a été retardée, c'est grâce à lui. En plus, il s'est appliqué à la relance, cherchant les meilleurs angles d'attaque possibles. Mais dans sa recherche, il a souvent mis trop de temps pour animer un Barça qui avait besoin d'en coller 4, donc au moins un rapidement. Il n'en fut rien. Résigné, il lâcha prise autour de l'heure de jeu. Le résultat s'en est ressenti.

Marc Bartra (3,5) : Avancé depuis son poste de central droit, il allume une merveille de diagonale vers Pedro. Cette passe donne la marche à suivre pour Barcelone. L'attaque la plus rapidement posée, donc déstabilisante pour la puissante défense du Bayern. La seule en fait. En défense, il a tout essayé pour faire le boulot. Un but. Puis deux. Et sur un énième centre de Ribéry, il est directement battu de la tête par Thomas Müller. S'il avait bien tenu jusque-là, 3-0, à domicile, ça fait quand même naufrage. Par décence, on lui épargnera le score cumulé. 7-0, ce n'est plus une manita, c'est du fist-fucking.

Alexandre Song (5) : Des erreurs de précision sur ses passes, mais en défense, tant qu'il ne faut pas courir derrière Ribéry, il sait faire. Face à l'audacieux pressing du Bayern, le neveu a tenu la baraque et évité le déluge dès le début de match. Song est celui qui récupère le plus de cuirs, tout au long de la rencontre, qui contrarie vraiment les milieux bavarois. Le meilleur Barcelonais du match, ça veut tout dire. Pour le soutenir dans une telle configuration, un Busquets n'aurait pas été de refus. Au moins autant que Messi, Sergio a manqué au Barça ce soir pour espérer une remuntada. Ce soir, c'est Remunada.

Adriano (3) : Deux bons retours en défense, dont un de la tête sur un trois contre deux, sur des ballons cruciaux. Et puis, sur cette transversale pour Robben, il s'est fait fumer. Par le move de Robben. Arjen fait toujours pareil, crochet gauche-frappe, mais parfois, ça passe… Là, c'est bien passé. Adriano devrait le savoir. Et pourtant : 1-0, game over. Cinquantième minute du match, il faut en claquer six pour le Barça. Patatra. Si le plan de Vilanova était de faire entrer Messi si jamais y avait moyen, c'est complètement raté. Ses hommes n'ont ni su marquer les premiers, ni éviter d'en prendre. Le Mes est dit.

Daniel Alves (3) : De sa prestation, on soutient surtout ses lamentations sur chaque contact, et la défense de Ribéry. Alors que l'on pensait le match gelé à 1-0, les remplacements effectués, ses absences en défense ont permis aux Bavarois d'en rajouter une couche. Deux fois, il a laissé partir Ribéry dans son dos. Deux fois de trop.

Xavi Hernández (3): Le principal agressé, c'était lui. La stratégie du Bayern consistait à lui laisser le moins de temps possible. Une réussite. D'autant qu'à l'inverse, Xavi, lui, n'a jamais réussi à presser le milieu teuton. Et sur la grosse occasion des siens, suite à cette remise malgré lui de Cesc, il ne parvient pas non plus à claquer cette reprise qui aurait pu… Alors non seulement le Barça ne s'est pas qualifié, mais en plus, il n'a pas gagné. Faut dire que son meneur de jeu a disparu. La preuve ? Il est sorti pour Sanchez avant la 60e. Officiellement pour se reposer...

Andrés Iniesta (4) : Forcé par la défense du Bayern à jouer plus bas, donc plus long, donc moins bien. Si jamais il a un point faible, il est sans doute là. Sans solutions probantes devant lui, il n'a jamais pu s'exprimer, sortant au fur et à mesure du match, puis définitivement à la 64e, pour Alcántara, venu sans son chaudron magique.

Cesc Fàbregas (2) : Avec le placement haut du Bayern, sa position de neuf requiert appels en profondeur, abattage physique et réception des ballons longs. Tout ce qu'il n'aime pas trop faire. En résulte un placement que n'aurait pas renié Anelka, collé à ses milieux plutôt que dans la surface, et un manque flagrant de poids sur le jeu. Les rares fois où il a le ballon dans la surface, il foire son dribble. Ou se montre trop court. Le pauvre, lui qui voulait jouer pépère comme à l'époque de la Masia, en totale récréation avec ses petits copains. Un jeu plein de bonnes intentions, qui ne fonctionne plus. Pire, qui n'existe plus. Aujourd'hui, le Barcelonais doit se réinventer.

Pedro (5) : Dans son difficile duel avec Lahm, Pedro se montre âpre et tranchant. Comme sa belle patate, détournée du gant de Neuer en corner. Pour une fois que le Barça frappe de loin, cela aurait pu, si c'était dans ses habitudes, constituer une solution. Si solution il y avait.

David Villa (2) : Sur le côté droit, il est brouillon, fébrile, et toujours un poil en retard. Avant de frapper, trois touches de balle, donc deux de trop, surtout pour la petite musique du Barça. En plus, sa frappe est contrée. Censé plongé dans la diagonale ouverte suite aux décrochages de Fàbregas, il n'a jamais fait le fou. Aucun dribble, aucune percussion, peu de prise de risques. Ce soir, il n'a jamais pu. Pire, il n'y a jamais vraiment cru.

Par Simon Capelli-Welter
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

je pensais vraiment que Sofoot allait avoir un petit élan de commisération et de pitié pour le barca et ne pas noter certains de leurs joueurs .
Je suis triste, aucun jeu de mots, aucune expression fleurie, aucun sourire. J'aurais donc attendu jusqu'à 00h34 pour rien...
Messi (10) : a compris que tout SoFoot allait lui briser les roubignolles s'il ne mettait pas un quadruplé, a donc préféré demander une dispense de sport au docteur.
docteur fuentes : 0 Une prestation bien pale (a l'image au teint d'iniesta)
Madridchestercity Niveau : Loisir
100e sur le Bayern pour la finale contre Dortmund ! ça me remboursera des 100e que j'avais misé sur eux l'année dernière.
my bad il fallait lire : à l'image du teint*

PS: une possibilité d'editer ses messages serait cool
Ah putain* il jouait Fabregas?????
milanello44 Niveau : CFA
Mais que cherche à faire Pique si ce n'est bombarder Valdes sur le 2ième but, on sent dans son geste un dépit total et l'envie d'en finir au plus vite après le 1er but.
cantor0305 Niveau : CFA
le triangle bousquets-iniesta-messi doit être conservé. pour le reste... même pour xavi effectivement, il veut sans dout finir à la zizou au brésil, mais là c'est juste pour faire encore une saison au barca titulaire dans les matchs importants. defence central et attaquant de pointe à changer.
Rainbowman Niveau : DHR
Piqué mérite mieux je trouve, sans lui ils en prenaient trois déjà en première mi-temps ! Et puis sur le CSC, il a pas de chatte juste. Il a même rattrapé 3 mètres sur Robben alias la mobylette trafiquée alors qu'il filait droit aux cages !
cantor0305 Niveau : CFA
je cherche à faire un jeu de mot avec "siège" et "alcantara", des idées ?
Pierre du Bayern Niveau : CFA2
Je n'arrête pas de lire que Robben fait toujours le même geste...
Les mecs, vont avez regardé les matchs de Robben, depuis sa saison 2009-2010 ?

Bande de bouffons même ! Même si tu sais que c'est sa spéciale, est ce que vous avez vu la vitesse d'exécution du geste ? Ils le voient tout de suite qu'il va faire ça, ils se jettent à deux pour contrer ça, et Valdès est à quelques centimètres.
C'est juste un geste parfait, on en parlait encore ce matin sur d'autres articles So Foot : ce geste, c'est le geste parfait de Robben, la balle impossible, un but magique. C'est juste hallucinant, les mecs viennent te chîer dans les bottes, viennent hurler que Robben rate tous ses gestes, et quand il plante un but M-A-G-N-I-F-I-Q-U-E comme celui de ce soir, spéciale ou pas, il faut juste saluer l'exécution technique, ultra rapide, parfaite de Robben. Bande de bouffons "ah ouais, il l'a mise, hoooo" blasés va, retournez manger des chips et prendre des kilos plutot que de parler de foot...
cantor0305 Niveau : CFA
à l'image du chroniceur du foot allemand sur rmc, je sens que les nouveaux supporter du foot allemand qui fleurissent sur les forums de foot vont être très rapidement 10 fois plus arrogant et gonflant que ceux du foot espagnols...
Tu m'etonnes ! ça fait 12 ans qu'ils ont rien gagné sur la scène européene .
Le refrain au Bayern: ''A part Barcelone j'ai violé personne''
J'allais dire comme au match aller " Pourquoi Messi n'a pas joué ? " . Malheureusement, il n'a pas joué. Fin de ma blague et de ma soirée.
Mes que una eliminación.
Travis Bickle Niveau : Ligue 1
Même si les notes reflètent bien la prestation d'ensemble, je trouve que celle attribuée à Pique est dure. Sans lui, c'était déjà plié bien avant la mi-temps.
Son CSC est anecdotique. [Mandzukic avait planté la tente au point de penalty]

Coaching très curieux de Vilanova.
"Pire, il n’y a jamais vraiment cru. "

Je crois que cette dernière phrase résume assez bien l'état d'esprit des joueurs et du banc du Barça ce soir.
Ce qui me désole c'est qu'avec cette fin de cycle, tout le monde oublie ce qu'était le Barça de Pep. Comme j'ai vu, un gars oser comparer ce Bayern là au Barça de 2008-2012. Allant même jusqu'à dire qu'ils sont meilleurs. T'façons en France plus rien ne me choque quand ça parle de foot. :(

Bon, ceux qui se réjouissent de la chute (sanglante) du Barça et du Real à cause de leurs supporters trop envahissant pour certains je comprends, mais là si le Bayern continue comme ça on va en manger du munichois... Ils n'ont même pas gagné la Ligue des Champions que certains se voient déjà sur le toit du monde pour des années avec l'arrivé du philosophe. Le plus dur au foot ce n'est pas de gagner mais de confirmer... Et c'est ça qui fait que des équipes comme le Real, l'Ajax, le Barça et Milan ont marquer l'Histoire.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Ribéry, ce petit cochon
19 59